Paie pratique

Jours fériés en 2020 : quel impact sur la paie ?

22 juillet 2020 par Vincent Langlois - Lecture 3 min.
Jours fériés en 2020 : quel impact sur la paye ?

L’année 2020 comporte 11 jours fériés en France. L’occasion pour les salariés d’en profiter et de se reposer. Selon la loi ou la convention collective de l’entreprise, l’employeur peut imposer à ses salariés de travailler certains jours fériés. Un salarié peut-il refuser ? S’il travaille un jour férié, comment est-il rémunéré ?

Les jours fériés prévus dans la loi

Légalement, 11 jours fériés sont prévus dans la loi, aux dates suivantes pour 2020 :

  • 1er janvier ;
  • 13 avril (lundi de Pâques) ;
  • 1er mai ;
  • 8 mai ;
  • 21 mai (jeudi de l’Ascension) ;
  • 1er juin (lundi de Pentecôte) ;
  • 14 juillet (fête nationale) ;
  • 15 août (Assomption) ;
  • 1er novembre (Toussaint) ;
  • 11 novembre ;
  • 25 décembre (Noël).

A noter que ces jours fériés sont limitatifs : l’entreprise peut très bien prévoir, après mise en place d’un accord collectif, d’autres jours fériés. Si ce n’est pas le cas, le salarié ne peut pas prétendre à des jours fériés en plus de ceux listés précédemment.

Travailler un jour férié ?

Il est possible pour l’employeur d’imposer le travail lors d’un jour férié, soit à sa libre décision, soit selon la convention collective dont il dépend. Ainsi, selon le jour férié, l’autorisation de travail ou non va varier :

  • Le 1er mai, le repos est obligatoire, à l’exception des services ne pouvant pas interrompre leur activité en raison de sa nécessité (hôpitaux, hôtels, etc…) ;
  • Les autres jours fériés, le repos est obligatoire seulement pour les jeunes travailleurs de moins de 18 ans ou si le jour est mentionné comme jour de repos obligatoire dans la convention collective.

En Alsace-Moselle, les jours fériés sont obligatoirement chômés dans les entreprises des secteurs industriels, commerciaux et artisanaux uniquement.

Les heures de travail perdues par un jour férié chômé ne donnent pas lieu à récupération.

Un salarié qui refuse de travailler un jour férié non chômé est fautif pour absence irrégulière, et peut être sanctionné. L’employeur a alors la possibilité de retenir sur le salaire de l’employé ce jour d’absence.

Comment rémunérer le travail un jour férié ?

Comme pour l’obligation de travail ou de repos un jour férié, la rémunération du travail un jour férié va varier selon le jour :

  • Le 1er mai, si le jour est chômé, la rémunération habituelle est maintenue (une réduction de salaire pour chômage un 1er mai est impossible). Si le jour est travaillé, la rémunération sera du salaire habituel et d’une indemnité égale au montant de ce salaire. Le travail un 1er mai est donc payé double.
  • Pour les autres jours fériés un salarié ne perd pas de rémunération à partir de 3 mois d’ancienneté si le jour est chômé. Si le jour férié est travaillé, aucune majoration de salaire n’est prévue par la loi, mais certaines conventions collectives proposent une rémunération plus favorables, et doivent donc être suivies.
  • Dans le cas de la journée de solidarité (par défaut le lundi de Pentecôte), le jour férié est obligatoirement travaillé et non rémunéré.

Quelle que soit la nature du contrat de travail, le salarié bénéficie d’un maintien de salaire en cas de jour férié chômé. Ce maintien de salaire s’applique également aux saisonniers cumulant 3 mois d’ancienneté dans l’entreprise, avec un seul contrat ou par le cumul de plusieurs contrats successifs.

A savoir :
Le repos lors d’un jour férié peut être l’occasion pour un salarié de faire le pont, entraînant le chômage d’un ou deux jours supplémentaires autour du jour férié chômé. La décision de permettre au salarié de faire le pont revient uniquement à l’employeur.

Jours fériés et salarié intérimaire

Pour bénéficier du paiement des jours fériés chômés, un salarié doit totaliser au moins 3 mois d’ancienneté dans l’entreprise. Cette condition d’ancienneté ne s’applique pas aux salariés intérimaires, même si les autres salariés de l’entreprise se voient appliquer cette condition.

Dès que le jour férié chômé se trouve dans la période de mission d’intérim, l’entreprise se doit de rémunérer le salarié missionné. Sa rémunération se fera sur la base horaire que celui-ci aurait du effectuer si ce jour n’avait pas été férié.

Aucune disposition légale ou réglementaire n’impose la présence de l’intérimaire un jour férié d’être présent la veille ou le lendemain du jour férié pour qu’il soit rémunéré (à part s’il est missionné sur ces jours, bien évidemment).

De ce fait, le paiement des jours fériés est dû au salarié intérimaire dès que :

  • Les autres salariés de l’entreprise bénéficient du paiement du jour férié chômé ;
  • Le jour férié est inclus dans la période de mission et ce, même si l’intérimaire n’a pas travaillé la veille ou le lendemain du jour férié chômé ;
  • Deux missions se succèdent dans la même entreprise, et le salarié intérimaire a travaillé la veille et le lendemain du jour férié.

Sur le même sujet

aide à l'emploi
Paie pratique
Aide à l’emploi : tous les dispositifs en vigueur 23 septembre 2020

Il existe de nombreuses aides à l’emploi (aides à l’embauche et au retour à l’emploi) permettant aux employeurs d’alléger le coût de leur recrutement. Il s’agit des aides financières de la part de l’Etat mises en place pour lutter contre le chômage et favoriser l’embauche de certaines catégories de personnes identifiées comme désavantagées dans leur […]

35 heures
Paie pratique
Travail à 35 heures : 20 ans après 17 septembre 2020

Le 1er février 2000, la Loi Aubry passait la durée légale du temps de travail à 35 heures dans les entreprises de plus de 20 salariés. Depuis sa mise en place, cette loi a toujours suscité des critiques, mais n’a jamais été supprimée. Son dispositif a cependant été sujet à plusieurs aménagements. 35 heures : […]

Coronavirus : arrêt de travail sous conditions
Paie pratique
Coronavirus : arrêt de travail sous conditions 16 septembre 2020

Le coronavirus et sa rapide propagation oblige les entreprises à redoubler de prudence. Un salarié peut alors être écarté et contraint de rester à son domicile. Dans certains cas, le salarié ne peut alors ni se rendre à son lieu de travail, ni télétravailler. Est-il alors possible de prescrire une arrêt de travail pour cause […]

FacebookTwitterLinkedInEmail