Paie pratique

CDD saisonnier : les spécificités de la paye

26 avril 2021 par Cyril Legrix - Lecture 3 min.
CDD saisonnier

De part leur activité, un grand nombre d’entreprises embauche des salariés en contrat saisonnier. Cette forme de contrat, en plus de nécessiter le respect de plusieurs conditions administratives, présente aussi des spécificités en terme de paye des salariés saisonniers. Revoyons ensemble toutes les particularité à connaître sur le CDD saisonnier.

Les éléments du bulletin de paye du saisonnier

Le bulletin de paie du saisonnier doit, comme pour tout contrat de travail, comporter des mentions obligatoires classiques :

  • Le nom, le prénom et l’adresse du salarié ;
  • Le nom et l’adresse de l’établissement dont dépend le salarié ;
  • L’intitulé de la convention collective applicable dans l’entreprise ;
  • L’intitulé de poste du salarié, sa position dans la hiérarchie (niveau et coefficient hiérarchique inclus si c’est le cas) ;
  • La période de la paie, le nombre d’heures auquel se rapporte le salaire, la nature et le montant des accessoires de salaire, la nature et le montant des retenues sur salaire ;
  • La mention que le bulletin de paie doit être conservé sans limitation de durée.

Au-delà de ces éléments récurrents, il existe des aspects auxquels il faut faire attention dans la fiche de paye d’un saisonnier. Par exemple, si les heures supplémentaires ne sont pas payées en fin de mois mais compensées par un repos compensateur de remplacement (souvent mentionné comme « récupération »), ce temps de repos est calculé en prenant en considération la majoration applicable.

De ce fait, une heure majorée de 25 % ouvrira droit à un temps de repos payé de 1 heure + 25 % d’une heure, soit 1 heure et 15 minutes. Le nombre d’heures supplémentaires effectuées et les droits acquis et pris au titre de ces repos compensateurs de remplacement doivent être mentionnés sur une fiche annexée au bulletin de paie.

La nature et le montant des accessoires au salaire son également à mentionner. La qualification de toute prime doit être spécifiée, peu importe sa nature (prime d’assiduité, prime de résultats etc).

Attention !
Ne pas mentionner la nature exacte des primes peut être un élément potentiellement indiquant la volonté de dissimuler les heures de travail (des heures supplémentaires payées sous forme de prime par exemple, ce qui est interdit).

Dans le cas d’un contrat saisonnier, les conditions de vie peuvent aussi, dans certains cas, être prises en compte comme des accessoires au salaire. Dans cette catégorie entrent, parmi d’autres, le repas et le logement. Étant des avantages en nature considérés comme compléments de salaire, ils sont donc soumis à des cotisations sociales.

La rémunération du salarié en CDD saisonnier

Le CDD saisonnier présente une particularité concernant la rémunération : il se base sur une rémunération à l’heure, et non pas mensuelle. Ainsi, le salarié est payé en fonction de ses heures travaillées.

La rémunération horaire du saisonnier ne peut être inférieure à :

  • 80% du SMIC (8,20€ bruts en 2021) s’il est âgé de 16 ans ;
  • 90% du SMIC (9,22€ bruts en 2021) s’il est âgé entre 17 et 18 ;
  • 100% du SMIC (10,25 bruts en 2021) s’il est majeur.

Si le salarié a cumulé plusieurs CDD saisonniers auprès du même employeur, il aura droit à une prime d’ancienneté. Sont considérés comme successifs les contrats saisonniers conclus dans la même entreprise sur une ou plusieurs saisons,  compris lorsque ces contrats ont été interrompus par des périodes sans activité dans l’entreprise.

Simplifiez votre gestion paie
Contactez-nous

En cas de rupture du contrat de travail, quelle qu’en soit sa durée, le salarié a droit à une indemnité compensatrice de congés payés. Le montant de l’indemnité correspond aux congés payés acquis et non pris à la date de la rupture du contrat. Dans le cas particulier d’un contrat de vendanges, l’indemnité compensatrice de congés payés doit être versée au salarié à l’issue du contrat.

Rappel :
Les CDD saisonniers donnent droit à 2,5 jours de congés payés par mois travaillé, y compris en cas de temps partiel. 

Comment déclarer son salarié saisonnier ?

Comme pour tous les autres salariés, l’employeur est chargé de déclarer ses salariés saisonniers. Pour cela, il rédige une Déclaration Préalable à l’Embauche (DPAE) auprès de l’URSSAF. Cette démarche va rassembler à elle seule les informations relatives au salarié, à l’employeur et au contrat de travail.

La déclaration doit être effectuée au moins 8 jours avant l’embauche, période d’essai comprise. Il faudra ensuite inscrire le salarié saisonnier sur le registre du personnel de l’entreprise et lui remettre la copie ou l’accusé de réception de sa DPAE.

L’absence de déclaration d’un saisonnier est constitutive d’un délit de travail dissimulé. Il est caractérisé par le défaut de déclaration préalable à l’embauche, le défaut de remise des fiches de paie ou l’omission intentionnelle des déclarations relatives aux salaires ou aux cotisations sociales assises sur ces salaires ainsi que les déclarations fiscales.

Facilitez vos déclarations grâce à l’externalisation
Contactez-nous

Tags:

Sur le même sujet

Calcul exonération Lodéom
Paie pratique
Calcul exonération cotisation Lodéom 2022 14 janvier 2022

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 a apporté des modifications concernant le dispositif d’exonération de cotisations dite « Lodéom » spécifiques aux employeurs d’Outre-mer. Passons en revue le mode de calcul de l’exonération Lodéom et les nouveautés à prendre en compte dès le 1er janvier 2022. Cotisations exonérées Lodéom Les cotisations et contributions […]

Exonération Lodéom
Paie pratique
Exonération Lodéom 2022 : les modalités de calcul 14 janvier 2022

Depuis la suppression des dispositifs CICE et CITS au 1er janvier 2019, le gouvernement a voulu renforcer l’exonération spécifique aux employeurs situés en Outre-mer (exonération dite « LODéOM »). Suite au décret publié au JO le 31 décembre 2021 en application de la loi de financement de la Sécurité sociale 2022, voici les modalités de calcul des […]

Convention collective de la propreté
Paie pratique
Convention collective de la propreté : grille de salaire 2022 12 janvier 2022

La convention collective de la propreté (Brochure 3173, IDCC 3043) s’applique aux entreprises exerçant une activité de nettoyage de locaux et/ou de nettoyage à domicile (moquettes, tapis, rideaux etc.). Voici par la suite les nouvelles valeurs des salaires minima, primes et indemnités des salariés à prendre en compte en 2022. Vous souhaitez externaliser la paie […]

FacebookTwitterLinkedInEmail