Conseils RH

Travail dissimulé : quelles sanctions ?

24 octobre 2017 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.
travail dissimulé

Qualifiée comme délit depuis 1997, la notion de travail dissimulée cause de sérieux préjudices à la fois aux salariés, aux entreprises ainsi qu’aux organismes publics. Quelles sont les sanctions applicables en cas de travail dissimulé ? Quels risques pour  l’employeur  et le salarié ? Rue de la Paye vous met en garde.

QU’EST-CE LE TRAVAIL DISSIMULÉ ?

Le travail dissimulé (appelé aussi le travail au noir) correspond au travail non déclaré à l’ensemble des organismes de protection sociale ou à l’administration fiscale. Plus précisément, il y a travail dissimulé lorsque l’employeur n’a pas effectué de déclaration préalable à l’embauche, quand il a « oublié » de remettre le bulletin de payé à son salarié ou quand les heures travaillés ne sont pas toutes mentionnées.

Plus exactement le salarié travaille sans que lui ou son employeur ne cotise aux caisses d’assurances chômage, maladie et vieillesse.

Exemple :

L’emploi d’une femme de ménage ou d’une baby-sitter sans la déclarer constitue aussi du travail au noir. Toutefois dans ce cas, les sanctions ne sont pas aussi fortes que pour une entreprise du bâtiment qui emploierait toute une partie de ses salariés sans les déclarer.
Dans le cas où un salarié non déclaré subit un accident pendant ses heures de travail, le montant de l’indemnisation que l’employeur devra payer risque d’être extrêmement élevé.

SANCTIONS POUR LES EMPLOYEURS

L’auteur du délit de travail dissimulé, s’expose à de lourdes sanctions prévues par le Code du Travail. Pour un chef d’entreprise, en tant que représentant légal, la peine pour travail dissimulé peut s’élever à une amende de 45 000 euros, ainsi qu’à trois ans d’emprisonnement.

Les peines seront aggravées si le salarié est mineur (5 ans d’emprisonnement et 75 000 € amende) ou une personne particulièrement vulnérable (amende peut attendre 225 000€).

Il existe aussi d’autres peines prévues cette fois par le Code pénal applicables en cas du travail dissimulé. Parmi ceux-ci se trouvent l’interdiction d’exercer, la dissolution de la société ou bien la fermeture de l’établissement. Des sanctions administratives comme l’exclusion des marchés publics peuvent également être appliquées.

TRAVAIL DISSIMULE : CONSÉQUENCES POUR LE SALARIÉ

En cas de travail dissimulé, le salarié est toujours protégé par la loi, en étant considéré comme une victime. Il a la possibilité à tout moment de faire valoir ses droits auprès de l’inspection du travail, saisir les prud’hommes, ou encore se référer aux associations et aux syndicats.

Il a également le droit de percevoir une indemnité correspondant à six mois de salaire, quel que soit le mode de rupture de la relation de travail.

Tags:

Sur le même sujet

Accident de travail : procédure et maintien de salaire
Conseils RH
Accident de travail : procédure et maintien de salaire 18 janvier 2022

En cas d’arrêt suite à un accident de travail, le salarié bénéficie d’indemnités journalières de la part de la Sécurité sociale. Celles-ci visent à compenser partiellement la perte de salaire consécutive à l’arrêt de travail. En plus des IJSS, sous certaines conditions, l’employé peut toucher des indemnités complémentaires de la part de l’employeur. Quelle procédure en cas […]

Activité partielle de l’entreprise : tout ce qu'il faut savoir
Conseils RH
Activité partielle de l’entreprise : tout ce qu’il faut savoir 14 janvier 2022

Lorsque les entreprises traversent des périodes difficiles et souhaitent prévenir les licenciements, elles font appel à ce qu’on appelle l’activité partielle (AP). Cela veut dire que l’activité de l’entreprise est réduite ou suspendue temporairement, tout en conservant la possibilité de maintenir les emplois des salariés. Découvrez tous les aspects importants de ce dispositif, les nouveautés […]

Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés
Conseils RH
Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés 14 janvier 2022

L’entretien professionnel permet à l’employeur et au salarié d’échanger sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié notamment en termes de qualifications et d’emploi. L’entretien professionnel : une obligation Ce dispositif a été institué par l’ANI de décembre 2013 et rendu obligatoire dès la parution au Journal Officiel, le 7 mars 2014 de la loi votée […]

FacebookTwitterLinkedInEmail