Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Taxe sur les salaires : barème 2019

5 février 2019 par Mihaela Mita - Lecture 2 min.

La taxe sur les salaires est due par tous les employeurs établis en France, lorsqu’ils ne sont pas soumis à la TVA sur la totalité de leur chiffre d’affaires. Voici le barème de calcul de cette taxe, applicable à compter du 1er janvier 2019.

taxe sur les salaires

TAXE SUR LES SALAIRES : QUI EST CONCERNÉ ?

Tout employeur domicilié ou établi en France est soumis à la taxe sur les salaires, à condition qu’il soit non assujetti à la TVA l’année du versement de rémunérations (ou assujetti sur moins de 90 % du chiffre d’affaires réalisé l’année avant le versement de rémunérations).

Les employeurs agricoles, les établissements d’enseignement supérieur et les particuliers employeurs d’un salarié à domicile ou d’un assistant maternel sont exonérés de la taxe sur salaire. Comme eux, les employeurs dont le chiffre d’affaires hors taxe réalisé pendant l’année précédente ne dépasse pas les limites de la franchise en base de TVA ne sont pas soumis à la taxe.

BASE DE CALCUL POUR LA TAXE SUR LES SALAIRES

La base de calcul pour la taxe sur les salaires et constituée par l’ensemble des rémunérations brutes et avantages en nature versés aux salariés : salaires, indemnités (de congés payés, de licenciement, de mise à la retraite etc.), primes, gratifications, cotisations salariales, intéressement, participation, épargne salariale etc.

Les éléments qui ne sont pas soumis à la taxe sont :

  • les IJSS (indemnités journalières de Sécurité sociale)
  • les rémunérations des jeunes en contrat d’apprentissage, d’accompagnement dans l’emploi ou d’avenir
  • les indemnités d’activité partielle et celles de cessation d’activité
  • la gratification minimale des stagiaires (la part au-delà du minimum est soumise à la taxe).

LES TAUX APPLICABLES EN 2019

La taxe sur les salaires est calculée sur les rémunérations versées au cours de l’année précédente, selon un barème progressif en trois tranches à compter de cette année. Voici les taux à prendre en compte en 2019 en fonction du salaire brut pour chaque salarié :


Taux de la taxe Tranches de la rémunération brute individuelle annuelle
4,25 % Jusqu’à 7.924 €
8,50 % De 7.924 € à 15.822 €
13,60 % Au-delà de 15.822 €

Les taux applicables dans les départements d’outre-mer (toutes tranches confondues) restent inchangés :

  • 2,95 % en Guadeloupe, Martinique et à La Réunion
  • 2,55 % en Guyane et à Mayotte

Si le montant de la taxe est inférieur ou égal à 1.200 €, alors la taxe n’est pas due. Si son montant est compris entre 1 200 € et 2 040 €, il faut appliquer un décote égale aux 3/4 de la différence entre 2 040 € et le montant de la taxe exigible.

Enfin, l’abattement de la taxe sur les salaires bénéficiant aux associations est porté à 20.835 € en 2019 (au lieu de 20.507 € en 2018 ) .

Tags:

L’actualité

Paie pratique
Contribution formation professionnelle : tout savoir sur la CUFPA 2 août 2019

Avec la réforme de la formation professionnelle, à compter du 1er janvier 2019, la contribution formation et la taxe d’apprentissage sont regroupées dans une contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (CUFPA). Quel est le montant de cette nouvelle contribution unique ? Quels sont les organismes collecteurs ? Quelles échéances à respecter ? […]

Actualité paie, Paie pratique
Loi PACTE : les effets sur le calcul des cotisations sociales 19 juillet 2019

La loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 (JO du 23 mai 2019) relative à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) modifie, entre autres, les règles d’assujettissement et de calcul des cotisations sociales. Via une information publiée le 12 juillet 2019, l’Urssaf apporte des précisions sur la réforme des règles de calcul des […]

Paie pratique
Le surcroît d’activité dans l’entreprise 11 juillet 2019

Selon son secteur d’activité, une entreprise peut connaître des périodes de surcroît d’activité. Pour supporter cette période intensive, l’employeur peut avoir recours à l’embauche de salariés occasionnels. Toutefois, cette initiative d’embauche n’est pas sans conditions, ni sans obligations employeurs. Obligations de l’employeur Pour toute embauche, même celles qualifiées «  d’extra », l’employeur doit impérativement effectuer une […]

FacebookTwitterLinkedInEmail