Paie pratique

Indemnités journalières de Sécurité sociale (IJSS) : mode d’emploi

1 août 2022 par Andreea Aflorei - Lecture 3 min.
IJSS

Les Indemnités journalières de Sécurité sociale, ou IJSS, sont des indemnités versées par la Sécurité Sociale aux salariés en arrêt de travail (maladie professionnelle, accident de travail etc.).  Les IJSS compensent la perte de salaire pendant l’interruption temporaire de travail. La caisse qui verse les indemnités journalières est la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie).

Celles-ci sont soumises à la CSG /CRDS à des taux particuliers en tant que « revenus de remplacement ». Leur montant est donc diminué de 0,5 % au titre de la CRDS et de 6,2 % au titre de la CSG. Le prélèvement à la source s’applique aux IJSS. En cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle, les IJSS sont assujetties à l’Impôt sur le revenu à concordance de 50 % de leur montant.

Les revalorisation du SMIC horaire aux 1er mai et 1er août 2022 ont un impact aussi sur les valeurs maximales des IJSS. Passons en revue les nouveaux montants à prendre en compte cette année.

Conditions pour bénéficier des IJSS

Afin de pouvoir être indemnisé par la CPAM durant les 6 premiers mois d’arrêt, des conditions spécifiques doivent être remplies :

  • Au jour de l’interruption de travail, il faut avoir travaillé, pendant 200 heures minimum, au cours des 3 mois civils précédant l’arrêt de travail ;
  • Il faut avoir bénéficié d’une rémunération équivalente au minimum à 1,015 fois x SMIC horaire au cours des 6 mois civils précédant l’arrêt.

Pour le salarié en arrêt de travail dépassant 6 mois, les IJSS seront versées si :

  • La Sécurité sociale l’a immatriculé pendant 12 mois minimum comme assuré social ;
  • Il a travaillé minimum 800 heures pendant les 12 mois civils précédant la date d’interruption ;
  • Il a bénéficié d’une rémunération équivalente au minimum à 2 030 fois x SMIC horaire au cours des 12 mois civils précédant l’arrêt de travail.

Calcul salaire de base et indemnités journalières

Les indemnités journalières versées à un salarié en arrêt maladie sont calculées à partir de son salaire journalier de base.

Pour le calculer, il faut additionner les trois derniers salaires mensuels bruts et diviser le total par 91,25. Si le salaire brut mensuel dépasse 1,8 fois le Smic mensuel, la base de calcul du salaire journalier de base est limitée à ce plafond. En 2022, ce montant s’établit d’abord à 2 885,61 € au 1er janvier, à 2 962,04 € au 1er mai et à 3 022,11 € depuis le mois d’août.

L’indemnité journalière est égale à 50 % de ce salaire journalier de base dans la limite de 47,43 € pour les arrêts de travail intervenant à compter du 1er janvier 2022. Au 1er mai 2022, le montant maximal des IJSS maladie est de 48,69 € bruts. Une nouvelle revalorisation est entrée en vigueur au 1er août 2022, fixant le nouveau plafond à 49,68 €. De plus, la majoration à partir du 3ème enfant à charge n’existe plus.

Dans le cas de congé maternité, paternité ou d’adoption, les indemnités journalières sont plafonnées à 89,03 € en 2022. En cas d’arrêt de travail consécutif à un accident du travail, l’indemnité est plafonnée à 205,84 € par jour jusqu’au 28ème jour de l’arrêt de travail et passe à 274,46 € par jour à partir du 29ème jour de l’arrêt.

Pour rappel, les 3 premiers jours d’arrêt complet ne sont pas indemnisés par la CPAM, ceux-ci étant considérées comme délai de carence. Les IJSS peuvent être perçues pendant 360 jours maximum étalés sur 3 ans.

Assuré exposé à la maladie en cas d’épidémie

La propagation du « Coronavirus » a suscité l’inquiétude concernant d’éventuelles contaminations en France. De ce fait, le Gouvernement a publié plusieurs textes sur le bénéfices d’IJSS pour les assurés sociaux exposés à cette maladie. A ce jour, ils prévoient l’ouverture immédiate au droit aux IJSS sans remplir les conditions habituelles (ancienneté, contribution minimale au cours des derniers mois…), et sans remplir de délai de carence.

Ce régime est valable :

  • Depuis le 1er janvier 2021 pour les salariés dits « cas contact »;
  • Depuis le 10 janvier 2021 pour les salariés malades du Covid-19 et ceux qui présentent des symptômes et ont effectué un test;
  • Depuis le 26 mai 2021 (pour les arrêts de travail débutant à compter du 28 avril 2021) pour les salariés ayant effectué un autotest positif (suivi d’un test PCR ou antigénique), ainsi que pour ceux soumis à une mesure de quarantaine ou de maintien de placement en isolement (en cas de retour de certains pays).

Ce régime dérogatoire pour les salariés qui se trouvent dans l’impossibilité de travailler en raison de l’épidémie de Covid-19 est prolongé par décret jusqu’au 31 décembre 2021. La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 publiée au JO du 24 décembre 2021 prolonge ce dispositif jusqu’à une date fixée par décret ou au plus tard jusqu’au 31 décembre 2022.

Simplifiez la gestion de vos salariés en arrêt maladie : contactez-nous !

Sur le même sujet

Convention Collective Automobile : salaires minima 2021
Paie pratique
Convention Collective Automobile : salaires minima 2022 30 septembre 2022

L’avenant n°101 du 28 avril 2022 , étendu par l’arrêté du 18 juillet 2022 (publié au JO le 22 juillet 2022), relatif aux salaires minima a fixé les salaires bruts mensuels dans les entreprises relevant de la Convention Collective Automobile. Voici ci-dessous les grilles de rémunération minimale applicables dans l’industrie en 2022. Pour externaliser la […]

Convention collective de la propreté
Paie pratique
Convention collective de la propreté : grille de salaire 2022 28 septembre 2022

La convention collective de la propreté (Brochure 3173, IDCC 3043) s’applique aux entreprises exerçant une activité de nettoyage de locaux et/ou de nettoyage à domicile (moquettes, tapis, rideaux etc.). L’avenant du 31 mai 2022 relatif aux salaires minima du secteur de la propreté a été étendu par arrêté du 18 juillet (JO du 22). Voici […]

convention collective syntec
Paie pratique
Convention collective Syntec – Cinov : Grille de salaires 2022 26 septembre 2022

Pour externaliser la paie, contactez-nous La convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils (dite Convention collective Syntec – Cinov, brochure 3018) impose des salaires minima supérieurs au SMIC. L’accord du 31 mars 2022 mettant à jour les salaires minima de la CCN Syntec a été étendu par […]

FacebookTwitterLinkedInEmail