Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Que deviennent les salariés lors du rachat de leur entreprise ?

1 janvier 1970 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 3 min.

Les contrats de travail ne peuvent pas être remis en cause par le repreneur de l’entreprise. Cependant, il peut procéder à certains licenciements et revoir l’organisation à condition de respecter certaines règles.

OBLIGATION DE REPRENDRE LES CONTRATS DE TRAVAIL

En cas de modification de la situation juridique de l’employeur (transmission, cession totale ou partielle, mise ou apport en société, fusion, sous-traitance, location-gérance, reprise de commercialisation ou par une collectivité), l’intégralité des contrats de travail en cours sont transférés automatiquement au repreneur.

L’article L. 122-12 al. 2 du Code du travail prévoit que toutes les composantes du contrat sont reprises (niveau de rémunération, ancienneté, qualification et avantages acquis) et que le cédant n’est pas obligé de prévenir les salariés.

En revanche, les conventions, les éventuelles primes, les accords collectifs et les accords unilatéraux ne sont pas nécessairement conservés. L’acquéreur peut les dénoncer. La clause de non-concurrence est transférée mais peut également être modifiée pour devenir plus contraignante.

Quand les salaires, les primes (d’ancienneté…), les indemnités (de licenciement, de départ en retraite…) restent impayés au moment du changement de propriétaire, le nouvel employeur a pour obligation de les payer. De même pour les sommes acquises sous le régime de l’ancien employeur (indemnités de congés payés, primes de fin d’année…)., mais payables après le transfert de propriété.

Les salariés concernés par le transfert sont tous ceux titulaires d’un contrat de travail : CDD ou CDI, temps plein ou temps partiel, contrat d’apprentissage, contrat d’insertion, contrat d’alternance, en télétravail ou VRP. Le contrat du mandataire social cumulant un emploi salarié à sa fonction est aussi concerné.

LICENCIEMENT LORS DU CHANGEMENT DE PROPRIÉTAIRE

Il est possible au nouvel employeur de procéder à des licenciements. Cependant, l’inspecteur du travail sera vigilant à ce qu’ils ne constituent pas un contournement de l’obligation de reprendre les contrats de travail. le licenciement peut intervenir pour motif personnel, pour faute du salarié (absences injustifiées, par exemple) ou encore pour motif économique dans le cadre de la réorganisation de l’entreprise.

Licencier est possible après le transfert d’entreprise, lorsque le nouvel employeur procède lui-même à la réorganisation du travail ou impose les modifications essentielles aux contrats de travail que les salariés refusent. En effet, toute modification du contrat de travail est subordonnée à l’accord du salarié. Les indemnités de licenciement sont alors calculées en tenant compte de l’ancienneté totale du salarié, y compris celle passée au service de l’ancien employeur.

LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

Si l’entreprise est totalement reprise, les contrats de travail des représentants du personnel (comité d’entreprise, délégué du personnel, délégué ou représentant syndical au CE) sont transférés automatiquement.

Si le transfert est partiel et qu’un représentant du personnel est concerné, son transfert est soumis à l’autorisation préalable de l’inspecteur du travail. Pour qu’il y ait transfert partiel, il faut que la branche d’activité ou le service transféré constitue une entité distincte et détachable des autres activités exercées par l’entreprise cédante.

L’inspecteur s’assure que le représentant du personnel ne fait pas l’objet de mesures discriminatoires visant à l’éliminer de l’entreprise. Si l’autorisation de transfert est refusée, l’employeur doit conserver le représentant à son service en lui proposant un emploi similaire et une rémunération équivalente dans une autre partie de l’entreprise. Si le licenciement d’un salarié protégé est envisagé, la procédure protectrice spéciale doit être respectée.

LIENS UTILES

LIRE AUSSI

Petit déjeuner Dématérialisation, NTIC et confidentialité au travail  
Un salarié peut-il refuser la mutuelle de son entreprise?
Don de jours de repos au parent d’un enfant gravement malade
Validation des acquis de l’expérience (VAE) et Compte personnel de formation (CPF)
Salaire minimum conventionnel : risques pour l’employeur
Bilan social 2014

Contactez Izabela Gonzalez au sujet du bureau social de Rue de la Paye ou de la sous-traitance de paie au 01 44 06 07 97.

Paye en ligne : Découvrez bientôt notre nouvelle interface Paye-Manager

Tags:

L’actualité

Conseils RH
Allocation de Solidarité Spécifique : comment faciliter le recrutement ? 1 janvier 1970

L’Allocation de Solidarité Spécifique, ou ASS, est une aide versée par Pôle Emploi aux personnes en fin de droit aux allocations chômage ainsi qu’à certaines formations (artistes non salariés, dockers occasionnels et marins pêcheurs) sur une période de 6 mois renouvelable. Son bénéficiaire peut la cumuler avec ses autres sources de revenus jusqu’à un total […]

Conseils RH, Paie pratique
DSN et Attestation Employeur (AED) : la gestion des fins de contrat 1 janvier 1970

L’Attestation Employeur Dématérialisée (AED) permet de déclarer auprès de Pôle Emploi les fins de contrat des salariés. Avec l’arrivée de la DSN, cette déclaration est remplacée par un signalement de la fin du contrat de travail. Voici les étapes à suivre pour bien gérer les fins de contrat en DSN ainsi que les dernières nouveautés […]

Conseils RH
Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019 1 janvier 1970

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (si c’est le cas). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir. Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et […]