Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Départ en retraite sans reprise de l’entreprise : recours au licenciement économique

23 novembre 2018 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.

La succession à la tête des petites entreprises n’est pas toujours facile. Certains dirigeants souhaitant se retirer ne trouvent pas de repreneurs même dans leur famille ou chez les salariés. Dans le cas de départ à la retraite, sans que l’entreprise ne soit reprise, les contrats doivent être rompus par le biais d’un licenciement économique.

CONVOCATION À L’ENTRETIEN PRÉALABLE AU LICENCIEMENT

L’employeur doit convoquer les salariés concernés à un entretien préalable par courrier recommandé ou remise en main propre contre décharge.

Ce courrier mentionne l’objet de l’entretien clairement et sans équivoque, la date et le lieu et la possibilité pour le salarié de se faire assister par une personne de son choix appartenant à l’entreprise ou par un conseiller du salarié en rappelant l’adresse des services où la liste des conseillers peut être consultée. Des modèles de courrier de convocation sont disponibles sur internet.

L’entretien doit se dérouler au moins 5 jours ouvrables après la présentation de la convocation.

NOTIFICATION DU LICENCIEMENT ET CSP

Lors de l’entretien, il est indiqué au salarié le motif de la décision du licenciement et il lui est présenté le contenu et les modalités des dispositifs de reclassement comme le contrat de sécurisation professionnelle (CSP).

Après l’entretien, le licenciement est notifié dans un délai minimum de 7 jours ouvrables pour un salarié non-cadre non et 15 jours ouvrables pour un cadre.

La notification est faite par courrier recommandé ou remise en main propre contre décharge et mentionne le motif économique et la proposition de bénéficier du contrat de sécurisation professionnelle.

Le salarié à un délai de 21 jours de réflexion après remise des documents (généralement lors de l’entretien préalable) pour donner sa réponse à la proposition de contrat de sécurisation professionnelle.

Si à la date prévue pour l’envoi du courrier de notification, le délai de 21 jours n’est pas expiré, l’employeur doit adresser un courrier recommandé au salarié lui rappelant la date d’expiration et qu’en cas de refus du CSP, le courrier vaudra notification de son licenciement.

En parallèle, dans les huit jours qui suivent la notification du licenciement, l’employeur est tenu d’informer la DIRECCTE par courrier recommandé qui précise le nom, l’adresse, l’activité et l’effectif de l’entreprise ; les nom, prénom, nationalité, date de naissance, sexe, adresse, emploi et qualification du salarié licencié ; la date de notification du licenciement.

Sur le même sujet

Conseils RH
Congé sabbatique : quelles démarches pour vos salariés ? 28 janvier 2020

Vos salariés rêvent de voyager pendant des mois pour découvrir le monde sans être obligés de démissionner ? Il existe une solution : le congé sabbatique. Avec votre accord, tout salarié qui remplit les conditions requises peut adresser une demande de congé sabbatique pour réaliser ses projets personnels ou même pour se lancer dans une […]

Conseils RH
La procédure à suivre en cas de mise à pied disciplinaire 27 janvier 2020

Il peut arriver qu’un salarié commette une faute grave, mais ne nécessitant pas de licenciement. L’employeur peut alors appliquer une mise à pied disciplinaire (MAPD). Cette forme de sanction disciplinaire lourde permet à l’employeur d’écarter temporairement un salarié de l’entreprise. De ce fait, la mise à pied va avoir un impact sur le maintien du […]

Conseils RH
Congés payés : période de référence 23 janvier 2020

Dans la plupart des entreprises, la période de référence pour le calcul des congés payés prend fin le 31 mai 2020. Rappel des règles du Code du travail relatives aux congés ainsi que les principales nouveautés à connaître. CONGÉS PAYES : PÉRIODE DE RÉFÉRENCE 2019-2020 Pour rappel, tout salarié à droit à des congés payes […]

FacebookTwitterLinkedInEmail