Conseils RH

Congés payés : solde et période de référence

10 avril 2024 par Gestionnaire de paie - Lecture 3 min.
Congés payés : période de référence

Dans la plupart des entreprises, la période de référence pour le calcul des congés payés prend fin le 31 mai de chaque année. Passons en revue les règles du Code du travail relatives aux congés ainsi que les principales nouveautés à connaître.

CONGÉS PAYES : PÉRIODE DE RÉFÉRENCE 2023-2024

Tout salarié à droit à des congés payes pour une durée totale de 5 semaines par an (2,5 jours par mois travaillé). Cela correspond à 25 jours ouvrés ou 30 jours ouvrables par an. Toutefois, une convention ou un accord collectif peut majorer la durée du congé annuel. L’année complète est déterminée à partir d’une période de référence, c’est à dire la période d’acquisition des congés payés. Légalement, elle s’étend du 1er juin N au 31 mai N+1.

Le secteur du BTP (parmi d’autres) fait exception, avec une période de référence qui court du 1er avril au 31 mars l’année suivante. Un accord d’entreprise, d’établissement ou de branche peut également modifier cette période de référence.

Dans la plupart de cas, le salarié doit avoir soldé ses congés de l’année précédente au 31 mai. Concrètement, il doit prendre les jours de congés acquis entre le 1er juin 2023 et le 31 mai 2024 au plus tard à cette même date. À défaut, les congés seront perdus.

Il existent néanmoins quelques exceptions. Le salarié peut bénéficier d’un report des congés sur l’année suivante, si :

  • Il le négocie avec son employeur et obtient une autorisation expresse de la part de ce dernier;
  • Le salarié se retrouve dans l’impossibilité de prendre ses congés en raison d’une absence liée à son état de santé (congé de maternité ou d’adoption, absence pour maladie, accident du travail, etc…);
  • Si la durée du temps de travail est annualisée, un report est possible jusqu’au 31 décembre de l’année suivant celle pendant laquelle la période de prise de congés a débuté.

Pour connaitre le solde des congés qui lui restent, le salarié peut le consulter en haut de son bulletin de paye.

Jours ouvrables ou jours ouvrés ?

Le solde de congés payés des salariés peut être exprimé soit en jours ouvrables, soit en jours ouvrés. Bien que pour des raisons de simplicité, un grand nombre d’employeurs expriment le droit à congés de leurs salariés en jours ouvrés, il convient de bien distinguer ces deux notions :

  • Sont considérés comme jours ouvrables tous les jours de la semaine à l’exception du jour de repos hebdomadaire (en général le dimanche) et les jours fériés légaux chômés au sein de l’entreprise ;
  • Les jours ouvrés quant à eux sont les jours de travail effectif dans l’entreprise (le plus souvent du lundi au vendredi inclus). Dans la majorité des cas, une semaine sans jour férié compte 5 jours ouvrés, mais ce montant peut varier dans certains secteurs.

Ainsi, les salariés acquièrent par mois de travail 2,5 jours de congés ouvrables (ou 2 jours ouvrés) par mois, soit 30 jours ouvrables (ou 25 jours ouvrés) par an. Ce droit à congés peut être complété par des dispositions conventionnelles. Pour garantir l’accord du bon nombre de jours de congés aux salariés, il est essentiel de vérifier si te telles dispositions existent dans la convention collective de l’entreprise.

CONGÉS PAYÉS : LES POINTS À NOTER

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, a apporté des modifications importantes aux congés. Voici les principales notions à connaître pour une bonne gestion des congés de vos salariés :

Prise de congés la première
année
Avant la loi Travail, un nouvel
embauché pouvait prendre des
congés par anticipation même
avant le début de la période de
référence suivante.

Maintenant, un nouvel salarié peut
prétendre les premiers jours de congés
qu’il a acquis dès les premiers mois de
son arrivée dans l’entreprise. Conditions : la période de prise des congés doit être
ouverte et l’ordre des départs fixé par
l’employeur doit être respecté.

Durée maximale des congés Avant la loi Travail, la durée
maximale des congés qui
pouvaient être pris en une seule
fois était de 24 jours ouvrables.

Avec la loi Travail, il est possible de
prendre même plus de 24 jours de
congés d’affilée, si le foyer du salarié
comporte un enfant ou un adulte
handicapé ou encore une personne
âgée en perte d’autonomie.

Période de congés modifiable A défaut d’accord d’entreprise,
convention ou accord de branche,
le congé principal de 12 jours
ouvrables doit être pris comme
avant entre le 1er mai et
le 31 octobre.
Jours supplémentaires de
fractionnement
Les salariés n’ayant pas pris leurs 12 jours de congés principaux entre le 1er mai et le 31 octobre ont droit à 2
jours supplémentaires de
fractionnement (sauf en cas de
dérogation par accord collectif).

Sur le même sujet

doeth
Conseils RH
DOETH 2024 : les obligations à respecter 6 mars 2024

La DOETH ( Déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés, des mutilés de guerre et assimilés) est le document de déclaration obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés. Il synthétise l’ensemble des informations concernant les actions menées par une entreprise en faveur de l’insertion professionnelle des personnes handicapées au cours de l’année écoulée (nombre de personnes handicapées […]

Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés
Conseils RH
Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés 1 mars 2024

L’entretien professionnel permet à l’employeur et au salarié d’échanger sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié notamment en termes de qualifications et d’emploi. L’entretien professionnel : une obligation Ce dispositif a été institué par l’ANI de décembre 2013 et rendu obligatoire dès la parution au Journal Officiel, le 7 mars 2014 de la loi votée […]

index de l'égalité
Conseils RH
L’index de l’égalité dans l’entreprise : quelles obligations ? 14 février 2024

En France, malgré le fait que le principe d’égalité des salaires à travail égal soit écrit dans la loi, des inégalités, notamment de rémunération, persistent entre les femmes et les hommes en entreprise. L’égalité professionnelle et salariale n’est pas seulement une question de justice sociale, mais également un vecteur de performance économique pour l’entreprise. Pour […]

FacebookTwitterLinkedInEmail