Actualité paie

Modalités de dépôt du contrat d’apprentissage en 2021

31 janvier 2021 par Vincent Langlois - Lecture 3 min.
dépôt contrat apprentissage

Un décret publié au Journal Officiel du 29 décembre 2019 a fixé les modalités de dépôt d’un contrat d’apprentissage à partir du 1er janvier 2020. Ce décret concerne à la fois le secteur privé et le secteur public. Les nouvelles modalités restent applicables en 2021.Quelles sont-elles ?

Dépôt d’un contrat d’apprentissage dans le secteur privé

Un contrat d’apprentissage doit être transmis par l’employeur auprès de l’opérateur de compétences (ou OPCO) qui va procéder à son dépôt selon les conditions fixées par voie réglementaire (art. L6624-1 du Code du Travail).

L’employeur doit transmettre le contrat d’apprentissage dans les 5 jours suivant le début de l’exécution de ce-dernier au plus tard.

En plus du contrat d’apprentissage, l’employeur transmet également la convention de formation si la formation n’est pas confiée à un centre de formation interne à l’entreprise. S’il n’a pas à joindre la convention de formation, il devra cependant fournir la convention tripartite pour tenir compte du niveau de compétences initial de l’apprenti ou des compétences acquises.

Dans le cas où un apprenti mineur est employé par un ascendant, le contrat d’apprentissage est remplacé par une déclaration souscrite par l’employeur. Ce-dernier doit transmettre cette déclaration à l’OPCO pour dépôt.

A savoir :
Il est possible pour l’employeur de transmettre toutes ces pièces administratives par voie dématérialisée. De plus, le dépôt de contrat d’apprentissage ne donne lieu à aucun frais pour l’employeur.

A la réception des pièces administratives, l’OPCO va se prononcer sur la prise en charge financière. Pour cela, il va avant tout vérifier que le contrat remplit les conditions suivantes :

  • L’éligibilité des formations à l’apprentissage ;
  • L’âge de l’apprenti ;
  • La qualité du maître d’apprentissage ;
  • La rémunération de l’apprenti.

S’il est constaté qu’une ou plusieurs conditions ne sont pas remplies, l’OPCO refuse la prise en charge financière du contrat. Il va ainsi notifier cette décision aux différentes parties ainsi qu’au centre de formation. Cette décision sera émise dans un délai de vingt jours après réception par l’OPCO de l’ensemble des documents demandés. En cas de silence de sa part, la réponse sera par défaut un refus.

Dépôt d’un contrat d’apprentissage dans le secteur public

Cette procédure s’applique uniquement au secteur public non industriel et commercial.

L’employeur public doit transmettre, dans un délai de 5 jours ouvrables après le début de l’exécution du contrat, à l’unité départementale de la Direction Régionale des Entreprises, les pièces administratives suivantes :

  • Le contrat d’apprentissage ;
  • La convention conclue avec le CFA ;
  • La convention tripartite pour tenir compte du niveau de compétences initial de l’apprenti ou des compétences acquises.

A la réception du contrat, l’unité départementale de la Direction Régionale des Entreprise vérifie au remplissage des conditions suivantes :

  • L’éligibilité des formations éligibles à l’apprentissage ;
  • L’âge de l’apprenti et sa rémunération.

Si l’une des conditions n’est pas remplie, le dépôt de contrat d’apprentissage est refusé. Ce refus sera notifié aux différentes parties, de la même manière que dans le secteur privé.

Ici aussi, la décision se prendra dans les vingt jours après réception de l’intégralité des documents. Toutefois, le silence de la Direction Régionale donnera lieu implicitement à une acceptation du dépôt de contrat.

Modification ou rupture du contrat d’apprentissage

Pour le secteur privé, toute modification d’un élément essentiel du contrat devra faire l’objet d’un avenant transmis à l’OPCO pour dépôt, dans les mêmes conditions du dépôt initial. A réception de l’avenant, l’OPCO décidera s’il maintient son acceptation ou son refus, ou bien s’il décide de transformer sa décision.

En cas de rupture dans le secteur privé, l’employeur devra notifier sans délai la rupture à l’OPCO, qui informera les services d’État chargé de la Formation professionnelle.

Dans le cas du service public, toute modification fera également l’objet d’un avenant à transmettre à la Direction Régionale pour dépôt, dans les même conditions que le dépôt initial. En cas de rupture, l’employeur se devra de le notifier, sans délai par tout moyen approprié, à l’unité départementale de la Direction Régionale.

 

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail