Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Invalidité 2ème catégorie : montant 2018

22 février 2018 par Lavinia Burcea - Lecture 2 min.

Tout salarié qui, à la suite d’une maladie d’origine non professionnelle ou d’un accident, se trouve dans l’incapacité partielle ou totale de travailler peut prétendre à une pension d’invalidité, sous réserve de réunir un certain nombre de conditions. La rémunération à laquelle a droit une personne avec invalidité 2ème catégorie est revalorisée chaque année.

invalidité 2ème catégorie

INVALIDITÉ 2EME CATÉGORIE : SPÉCIFICITÉS

Un salarié ayant perdu 2/3 de ses capacités de travail, ou de gain et qui ne peut pas reprendre normalement son activité est déclaré en invalidité 2ème catégorie. Toutefois, il est possible qu’il travaille de manière réduite, en percevant également une pension d’invalidité de la part de la Sécurité Sociale. Autre caractéristiques d’un salarié déclaré en invalidité 2ème catégorie est la possibilité de rester dans l’effectif de la société et ce même s’il ne travaille pas. Il peut être licencié pour inaptitude, après l’avis du médecin du travail ou pour gêne au fonctionnement du service.

L’invalidité 2ème catégorie n’est pas considérée comme suspension du contrat de travail, le salarié ayant donc l’obligation de continuer à envoyer des arrêts de travail à son employeur pour qu’il ne soit pas licencié pour absence injustifiée.

PENSION INVALIDITÉ 2EME CATÉGORIE ET AUTRES REMUNERATIONS

La pension d’invalidité pour la 2e catégorie est calculée à partir de la moitié du salaire annuel moyen correspondant aux cotisations versées au cours des 10 années civiles d’assurance, dans la limite du plafond annuel de la Sécurité sociale.

Le montant pour la 2ème catégorie d’invalidité pour l’année 2018 est nécessairement compris entre un plancher de 282,77 euros par mois (seuil minimum) et un plafond de 1 655,50 euros par mois au maximum.

En plus de la pension d’invalidité, l’assuré pourrait éventuellement disposer d’un complément d’indemnisation, accordé par la caisse de prévoyance. Pour pouvoir en bénéficier, celui-ci doit être mis en place avant la rupture du contrat de travail, quand le salarié fait encore partie de l’effectif de la société.

Dans tous les cas, le cumul de la pension d’invalidité et de la prévoyance ne peut pas dépasser le salaire mensuel brut que le salarié percevait avant l’arrêt maladie qui a provoqué l’invalidité.

DURÉE DE LA PRISE EN CHARGE ET INVALIDITÉ RETRAITE

La pension d’invalidité est en général attribuée à titre temporaire. Sauf nouvelle décision du médecin conseil, normalement le salarié perçoit la pension d’invalidité ainsi que le complément de la prévoyance jusqu’à 60 ans. Celle-ci peut être révisée, suspendue ou même supprimée pour des raisons d’ordre médical ou administratif.

A 60 ans, la pension d’invalidité se transforme en retraite au titre de l’inaptitude, en donnant droit au calcul de la retraite à taux plein en durée d’assurance.

Tags:

L’actualité

Paie pratique
Contribution formation professionnelle : tout savoir sur la CUFPA 2 août 2019

Avec la réforme de la formation professionnelle, à compter du 1er janvier 2019, la contribution formation et la taxe d’apprentissage sont regroupées dans une contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (CUFPA). Quel est le montant de cette nouvelle contribution unique ? Quels sont les organismes collecteurs ? Quelles échéances à respecter ? […]

Actualité paie, Paie pratique
Loi PACTE : les effets sur le calcul des cotisations sociales 19 juillet 2019

La loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 (JO du 23 mai 2019) relative à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) modifie, entre autres, les règles d’assujettissement et de calcul des cotisations sociales. Via une information publiée le 12 juillet 2019, l’Urssaf apporte des précisions sur la réforme des règles de calcul des […]

Paie pratique
Le surcroît d’activité dans l’entreprise 11 juillet 2019

Selon son secteur d’activité, une entreprise peut connaître des périodes de surcroît d’activité. Pour supporter cette période intensive, l’employeur peut avoir recours à l’embauche de salariés occasionnels. Toutefois, cette initiative d’embauche n’est pas sans conditions, ni sans obligations employeurs. Obligations de l’employeur Pour toute embauche, même celles qualifiées «  d’extra », l’employeur doit impérativement effectuer une […]

FacebookTwitterLinkedInEmail