Paie pratique

Fin de contrat de travail à durée déterminée (CDD)

1 août 2021 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 3 min.
Fin de contrat de travail à durée déterminée (CDD)

A la fin du contrat de travail CDD, l’employeur doit fournir à son salarié les documents suivants : attestation employeur, reçu pour solde de tout compte, certificat de travail, dernier bulletin de salaire. Passons en revue tous ces documents ainsi que quelques autres particularités à connaitre pour bine gérer la fin des CDD.

REÇU POUR SOLDE DE TOUT COMPTE

Le solde de tout compte récapitule toutes les sommes versées au salarié au moment de la rupture du contrat de travail. Il est établi par l’employeur en 2 exemplaires dont un doit être remis au salarié. Il doit spécifier le montant des sommes reçues à l’occasion de la rupture du contrat (salaire, primes et indemnités de rupture du contrat de travail, …). Il peut être remis en main propre ou par lettre recommandée avec accusé de réception.

Il est possible, pour le salarié de contester les sommes déclarées sur le reçu de solde de tout compte en envoyant un courrier recommandé à l’employeur dans les 6 mois suivant la signature. Ce document devra mentionner les raisons de la demande (oubli de prime de précarité par exemple). Si l’employeur n’a pas remis de reçu pour solde de tout compte à son ancien salarié, celui-ci dispose de 3 ans pour contester les sommes.

Téléchargez notre modèle de solde de tout compte ! 

ATTESTATION PÔLE EMPLOI

Ce document permet à son porteur d’établir les droits à l’allocation chômage auprès de Pôle Emploi. Cette attestation est remise par l’employeur quel que soit le motif de la rupture du contrat de travail (démission, licenciement, rupture conventionnelle) et quel que soit le type de contrat (CDD, CDI, intermittent, contrat de professionnalisation).

L’attestation Pôle Emploi doit contenir :

  • le montant des rémunérations brutes soumises à cotisations
  • le montant des indemnités de rupture
  • le motif de la rupture du contrat de travail
  • la durée de l’emploi

Elle doit être remise au salarié avec le dernier bulletin de salaire et le certificat de travail au moment de son départ de l’entreprise.

Les intérimaires et les salariés d’association de mise à disposition doivent demander cette attestation à leur employeur si nécessaire (pas de mission suite au contrat de travail qui vient de se terminer.).

CERTIFICAT DE TRAVAIL

Le certificat de travail est un document remis par l’employeur au salarié à l’expiration du contrat de travail, quels que soit les motifs de la rupture (fin de CDD, licenciement, démission, ) et la durée du contrat.

Il doit obligatoirement mentionner :

  • l’identité de l’employeur (nom, adresse, raison sociale, siège social),
  • l’identité du salarié (nom, prénom, adresse),
  • les dates d’entrée et de sortie du salarié,
  • la nature de l’emploi occupé,
  • les périodes pendant lesquelles le salarié a occupé cet emploi,
  • date de remise du certificat et lieu de sa rédaction,
  • signature de l’employeur.

Le certificat de travail est délivré au salarié à la fin de son préavis. S’il n’en fait pas, l’employeur peut lui remettre une attestation précisant la date de fin du contrat de travail et une autorisation à occuper un autre poste avant la fin prévue du préavis.

Téléchargez notre modèle de certificat de travail ! 

DERNIER BULLETIN DE SALAIRE

Le dernier bulletin de salaire doit faire apparaître en plus de la rémunération du mois écoulé, les indemnités de congés payés non pris, le montant proratisé du treizième mois, de la prime de fin d’année, de l’intéressement et de  la participation si la convention collective et les accords d’entreprise le prévoient.

Pour les CDD et autres contrats précaires il doit aussi faire figurer le montant des indemnités de précarité.

LA PRIME DE PRÉCARITÉ

En fin de CDD, le salarié a droit à une indemnité destinée à compenser la précarité de sa situation. Cette indemnité est appelée « indemnité de fin de contrat » ou « prime de précarité ».

Cette prime de précarité est égale à 10% de la rémunération brute versée au salarié pendant toute la durée du CDD, c’est à dire en tenant compte de la période initiale et des éventuelles périodes de renouvellement. Cependant, il existe des cas dans lesquels l’indemnité n’a pas à être versée, à savoir :

  • En cas de poursuite du CDD en CDI ;
  • Si le salarié refuse le CDI au même emploi immédiatement proposé par l’employée à l’issue du CDD ;
  • En cas de refus de renouvellement du CDD par le salarié dès lors que ce contrat comportant une clause de renouvellement automatique ;
  • En cas de rupture anticipée du CDD sous les conditions suivantes :
    • Initiative du salarié ;
    • Initiative de l’employeur uniquement en cas de faute grave ou lourde, ou en cas de force majeure ;
    • Rupture pendant la période d’essai à l’initiative d’une des deux parties.
  • En cas de CDD conclu avec un étudiant (majeur comme mineur), qui poursuit ses études, pendant ses vacances ;

Certaines formes de contrats dispensent également l’employeur de verser une prime de précarité, sauf convention ou accord collectif plus favorable au salarié. Il s’agît :

  • Des contrats saisonniers ;
  • Des contrat de missions (intérim) ;
  • Des CDD d’usage ;
  • Des contrats destinés à favoriser le recrutement de certaines catégories de personnes sans emploi (contrat aidés, CUI, etc…) ;
  • Des contrats de professionnalisation ou d’apprentissage.

Sur le même sujet

Calcul exonération Lodéom
Paie pratique
Calcul exonération cotisation Lodéom 2022 14 janvier 2022

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 a apporté des modifications concernant le dispositif d’exonération de cotisations dite « Lodéom » spécifiques aux employeurs d’Outre-mer. Passons en revue le mode de calcul de l’exonération Lodéom et les nouveautés à prendre en compte dès le 1er janvier 2022. Cotisations exonérées Lodéom Les cotisations et contributions […]

Exonération Lodéom
Paie pratique
Exonération Lodéom 2022 : les modalités de calcul 14 janvier 2022

Depuis la suppression des dispositifs CICE et CITS au 1er janvier 2019, le gouvernement a voulu renforcer l’exonération spécifique aux employeurs situés en Outre-mer (exonération dite « LODéOM »). Suite au décret publié au JO le 31 décembre 2021 en application de la loi de financement de la Sécurité sociale 2022, voici les modalités de calcul des […]

Convention collective de la propreté
Paie pratique
Convention collective de la propreté : grille de salaire 2022 12 janvier 2022

La convention collective de la propreté (Brochure 3173, IDCC 3043) s’applique aux entreprises exerçant une activité de nettoyage de locaux et/ou de nettoyage à domicile (moquettes, tapis, rideaux etc.). Voici par la suite les nouvelles valeurs des salaires minima, primes et indemnités des salariés à prendre en compte en 2022. Vous souhaitez externaliser la paie […]

FacebookTwitterLinkedInEmail