Actualité paie

Covid19 : contrôles de l’inspection du travail

18 novembre 2020 par Vincent Langlois - Lecture 3 min.
contrôle inspection du travail

Le ministère du Travail a annoncé une nouvelle mobilisation de l’inspection du travail dans l’accompagnement des entreprises vis-à-vis du protocole sanitaire et du reconfinement. Cette mobilisation constitue également une nouvelle vague de contrôles des entreprises par l’inspection du travail.

Bilan des contrôles de l’inspection du travail lors de la première vague du Covid19

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid19, l’inspection du travail a réalisé plus de 50 000 interventions, avec une moyenne de 2 250 interventions par semaine. Les principaux secteurs concernés étaient ceux de la construction, du commerce, et de l’industrie.

A la suite de ces contrôles, près de 336 mises en demeure et 14 procédures judiciaires pour danger grave et imminents ont été lancés.

Au vu de ces résultats, et dans le prolongement de ces actions, la Direction Générale du Travail (DGT) a adressé une instruction à ses services pour préciser leur fonctionnement durant la seconde période de confinement : l’ensemble des missions doivent être assurées (contrôle, accès au droit, etc…).

Contrôles de l’inspection du travail lors de la seconde vague

Les 1 980 agents de contrôle de l’inspection du travail, sollicités par la DGT, vont accompagner les entreprises dans la mise en place des nouveaux protocoles sanitaires. Ils vérifieront que les entreprises ont bien intégré et mis en application :

  • L’évaluation des risques professionnels et la prise de mesures de prévention et de protection en conséquence ;
  • L’importance de conduire les démarches dans le dialogue avec les salariés et le CSE de l’entreprise ;
  • L’application du protocole généralisé concernant le télétravail, en déterminant les tâches pouvant être effectuées à distance et organiser le travail dans cette optique.

Concernant l’évaluation des risques par l’employeur, l’inspection du travail prendra en compte lors d’un contrôle :

  • La mise en oeuvre effective de l’évaluation des risques par l’employeur, en lien avec les instances représentatives du personnel (selon l’article L.4121-1 du Code du Travail) ;
  • L’adaptation des mesures de prévention qui doivent prévoir le télétravail dès qu’il est rendu possible, et cela en fonction des situations réelles de travail et des activités exercées.

A savoir : 
L’article L. 1222-11 du Code du Travail permet à l’employeur d’imposer le télétravail à ses salariés en cas de circonstances exceptionnelles ou de force majeure, notamment vis-à-vis de la protection des salariés.

Pour le télétravail, les points principaux d’évaluation de l’inspection du travail seront :

  • Le temps de travail effectué en en télétravail, désormais porté à 100% pour les salariés qui peuvent réaliser l’ensemble de leurs missions à distance ;
  • L’organisation du travail dans les autres cas pour réduire les déplacements entre le domicile du salarié et son poste de travail, l’aménagement des horaires et la limitation des interactions sociales ;
  • Les décisions de l’employeur concernant les tâches pouvant être réalisées en télétravail ou non.

Simplifiez la gestion du temps de travail de vos salariés
Contactez-nous

De potentielles sanctions prononcées par l’inspection du travail

En règle générale, lorsque l’inspection du travail constate une infraction aux règles de sécurité et d’hygiène dans l’entreprise, elle peut adresser à l’employeur une mise en demeure de se conformer aux dispositions légales et réglementaires. Elle peut ensuite, ou parfois directement, dresser un procès-verbal à l’attention de l’entreprise.

L’employeur qui manque, par sa faute, aux règles d’hygiène et de sécurité encourt jusqu’à 10 000€ d’amende par salarié concerné. Un manquement peut être constaté :

  • Aux champs et dispositions d’application en matière de santé et de sécurité, des droits d’alerte et de retrait ;
  • Aux obligations générales d’information et de formation ;
  • A la prévention de certains risques d’exposition ;
  • Aux équipements de travail et moyens de protection.

Rappel : 
En raison de l’obligation du port du masque au travail, celui-ci devient un équipement de protection. L’employeur devra alors garantir un stock de masques pour ses salariés travaillant toujours sur site. 

A la suite de la décision du reconfinement, l’inspection du travail se chargera également :

  • De vérifier notamment que l’entreprise a intégré le risque de contamination au Covid19 dans son DUER ;
  • De rappeler à l’employeur l’importance du dialogue social dans une optique pédagogique.

Sur le même sujet

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

Activité partielle longue durée
Actualité paie
Le dispositif d’activité partielle de longue durée 8 octobre 2021

La loi du 17 juin 2020 a institué le dispositif d’activité partielle de longue durée. Ce dispositif spécifique d’activité partielle permet à l’entreprise confrontée à une lourde réduction d’activité de réduire ses horaires de travail. L’entreprise sera indemnisée, mais devra en contrepartie s’engager à maintenir l’emploi. Les différentes modalités et règles d’indemnisation ont été précisées […]

dsn 2022
Actualité paie
DSN 2022 : les nouveautés à venir 7 octobre 2021

La DSN est mise à jour chaque année et une nouvelle norme est mise en place selon les projets de loi de finances et de financement de la Sécurité Sociale. Elle s’applique dès l’année suivante avec la mise à jour des logiciels de paie, permettant de sécuriser et fiabiliser les obligations sociales. La nouvelle norme […]

FacebookTwitterLinkedInEmail