Conseils RH

Covid-19 : Les protocoles sanitaires en entreprise

6 juillet 2021 par Vincent Langlois - Lecture 7 min.
Covid-19 : Les protocoles sanitaires en entreprise

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions :

En raison de l’évolution de la situation sanitaire et l’arrivée des variants sur le territoire, le protocole sanitaire en entreprise a fait l’objet d’une mise à jour le 16 février 2021. Revoyons ensemble ces différentes mesures de prévention pour être protégé efficacement sur son lieu de travail.

Depuis le 30 juin 2021, le protocole sanitaire a encore une fois été mis à jour pour préparer une nouvelle étape de la stratégie de réouverture liée à l’amélioration de la situation sanitaire.

Les masques obligatoires sur le lieu de travail

Depuis le 1er septembre 2020, le port du masque est obligatoire dans toutes les entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, même si la distanciation physique de deux mètres peut être respectée. Cette obligation s’appliquera pour les lieux clos et partagés, à savoir :

  • Les open-spaces ;
  • Les salles de réunions ;
  • Les couloirs et espaces de circulations ;
  • Les vestiaires ;
  • Les salles d’accueil ;
  • Les espaces de repos et cafétérias.

Le port du masque ne sera pas obligatoire en revanche dans les bureaux individuels (donc occupés par une seule personne).

En fonction de l’évolution de la situation Covid et des locaux de l’entreprise, certaines d’entre-elles pourront bénéficier de dérogation pour adapter ces obligations à leurs locaux. Cette dérogation ne sera possible qu’après l’avis des autorités de santé.

Les masques étant désormais considérés comme un équipement individuel de sécurité, leur coût sera à la charge de l’employeur. Afin de limiter les dépenses, fournir des masques lavables plusieurs fois reste la meilleure solution : les salariés seront ainsi équipés pour plusieurs mois en alternant les masques réutilisables. Prévoir une boîte de masques à usage unique en cas d’oubli d’un des salariés est également judicieux pour que celui-ci puisse toujours accéder à son poste de travail.

Le refus explicite du salarié de porter un masque de protection dans l’entreprise malgré l’obligation peut l’exposer à des sanctions, allant de l’avertissement au potentiel licenciement pour faute.

La mise à jour du protocole sanitaire vient déconseiller l’usage de masques en tissu (dit « catégorie 2 ») en entreprise. Seuls les masques chirurgicaux et les masques grand public industriels (dits « catégorie 1 ») sont recommandés.

Port du masque : des dérogations sont possibles

Certains corps de métiers peuvent bénéficier d’une dérogation au port du masque obligatoire, notamment les métiers dont la pratique est incompatible avec le port du masque.

Via un questions-réponses, le Ministère du Travail fait d’abord référence aux activités de radiodiffusion et de télédiffusion, pour des raisons de compréhension et de communication (notamment vis-à-vis des personnes sourdes et malentendantes).

Viennent ensuite s’ajouter aux professions pouvant bénéficier d’une dérogation les postes de travail suivants :

  • Les préparateurs de commande en chambre froide, dans les transports et l’entreposage frigorifiques ;
  • Les ouvriers du BTP intervenant sur un chantier extérieur précisément délimité et dont l’accès est interdit au public ;
  • Les soudeurs ;
  • Les métiers dont la pratique dépend de l’odorat (testeurs en parfumerie, etc..).

Le questions-réponses du Ministère du Travail précise que les mesures de prévention devant toutefois être respectées par les professionnels pour pouvoir appliquer cette dérogation.

Le télétravail de rigueur dès qu’il est possible

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, le Gouvernement a fortement encouragé les entreprises à recourir au télétravail le plus souvent possible. De plus, le protocole sanitaire prévoit désormais que le télétravail doit être porté à 100% dès que cela est possible, soit 5 jours travaillés sur 5.

Depuis le 7 janvier 2021 , afin d’éviter l’isolement de certains salariés, il est désormais possible d’autoriser un jour de travail sur site par semaine sur demande du salarié à son employeur.

Si l’activité de l’entreprise ne permet pas le télétravail, il revient à l’employeur de garantir la sécurité de ses salariés en repensant l’organisation du travail dans l’entreprise. Les principales mesures à prendre sont :

  • L’application des règles de distanciations et le respect des gestes barrière ;
  • La limite des réunions au strict nécessaire, et leur organisation à distance, via visioconférence par exemple. A défaut, elles devront être organisées en respectant les règles de distanciation ;
  • La limite des regroupements de plusieurs salariés dans des espaces réduits ;
  • L’annulation ou le report des déplacements non indispensables ;
  • L’éventuelle mise en place d’horaires de rotation d’équipes, pour limiter le nombre de salariés présents au même moment sur le lieu de travail.

Le salarié devra alors se conformer à ces nouvelles instructions en fonction de sa situation et de la situation de l’entreprise. Il devra également s’assurer de sa propre sécurité et de celle de ses collègues en respectant les consignes sanitaires qui lui sont données.

Depuis le 30 juin 2021, les entreprises peuvent définir elles-mêmes le nombre de jours minimal de télétravail par semaine pour leurs salariés. Ce nombre de jours doit toujours être préalablement négocié avec les représentants du personnel. Le maintien du télétravail sur le plus de jours possibles lorsque l’activité le permet reste fortement recommandé.

Prévention du Covid en entreprise : transport des salariés

Jusqu’à présent, le protocole sanitaire national autorisait la présence de plusieurs salariés dans le même véhicule à condition de respecter les gestes barrières. Désormais, le protocole préconise une limitation au possible du transport de plusieurs salariés dans le même véhicule.

Toutefois, si le transport est nécessaire, il est évidemment possible d’avoir plusieurs salariés dans le même véhicule dans le respect des règles sanitaires habituelles.

Réaménagement et organisation du poste de travail

Les entreprises se doivent d’appliquer les mesures recommandées pour aménager les postes de travail de leurs salariés. Pour cela, les employeurs devront :

  • Réorganiser les postes de travail concernés après une analyse des risques que peuvent présenter ces postes ;
  • Faire en sorte que les salariés évitent les lieux où peuvent se trouver des personnes vulnérables, ainsi que toute sortie ou réunion non indispensable ;
  • Consulter son Comité Social et Économique (CSE) en cas de modification importante de l’organisation du travail. Il est recommandé d’utiliser un système de visioconférence pour contacter les membres du CSE pour éviter le contact physique. S’il y a urgence, l’employeur peut prendre des mesures conservatoires avant d’avoir consulter le CSE.

Concernant les espaces communs de repos et de restauration, plusieurs règles doivent être appliquées et respectées pour limiter les contacts entre les salariés, comme par exemple :

  • Un marquage au sol pour préciser le sens de circulation à emprunter ;
  • Un aménagement des horaires de pauses et de repas pour gérer le flux de personnes présentes dans ces espaces ;
  • La distanciation physique d’au moins deux mètres (anciennement un mètre) entre chaque personne ;
  • Le lavage des mains avant d’utiliser les équipements des salles de pause ou de repas (machines à café, fontaine à eau, etc…).

Depuis le 30 juin 2021, les restaurants d’entreprise peuvent recommencer à fonctionner normalement sans jauge ni limitation du nombre de salariés à chaque table. Le nouveau protocole invite toujours les employeurs à mettre à disposition des paniers repas à emporter et à consommer à son poste de travail.

Un référent Covid obligatoire et rôle de l’employeur

Il est désormais obligatoire dans toutes les entreprises de désigner un référent Covid. Son rôle et son identité doivent être communiqués à l’ensemble du personnel de l’entreprise.

Dans les petites entreprises, le dirigeant peut endosser le rôle de référent Covid. Le référent s’assure de la mise en oeuvre des mesures définies et de l’information des salariés.

Le protocole sanitaire mentionne aussi le rôle de l’employeur dans la stratégie de dépistage. Il se doit également de relayer les messages des autorités sanitaires à l’ensemble de ses salariés.

Ainsi, l’employeur informe ses salariés que s’ils présentent des symptômes ou sont qualifiés comme cas contact, ils ne devront pas se rendre sur leur lieu de travail. Il resteront à leur domicile dans l’attente d’un test de dépistage. Si les salariés ne peuvent pas travailler depuis chez eux, ils déclarent directement leur situation sur le site ameli.fr afin de bénéficier du régime de l’Assurance Maladie.

Les affichages prévention Covid en entreprise

Il est très fortement recommandé aux entreprises d’informer leurs salariés sur les gestes et mesures de sécurité pour limiter la propagation du virus.

Rappel :
Cet affichage ne fait pas partie des affichages obligatoires dans les entreprises.

Les affichages de prévention peuvent contenir les informations suivantes :

  • La pratique des gestes barrières ;
  • Les mesures de sécurité mises en place dans l’entreprise ;
  • Le port du masque ;
  • Les personnes et organismes à contacter en cas de besoin ;
  • La marche à suivre en cas d’apparition de symptômes chez un salarié.

Concernant la réouverture des commerces à compter du 19 mai 2021, les commerçants devront présenter plusieurs affichages dans leur établissement, à savoir :

  • La pratique des gestes barrières ;
  • Le port du masque et les types de masques autorisés ;
  • Les conditions d’accès au magasin ;
  • Les horaires d’ouverture et fermeture, ainsi que les heures d’affluence ;
  • Les éventuelles modalités de retrait des marchandises et/ou de précommande « click and collect » lorsqu’elles sont spécifiques ;
  • Les recommandations aux clients (venir avec son propre sac, privilégier un paiement électronique, etc…)

Afin de limiter les risques de contaminations, les employeurs sont également tenus d’informer leurs salariés qu’ils peuvent télécharger l’application TousAntiCovid.

Jauges de la clientèle dans les entreprises

Pour la réouverture des commerces le 19 mai 2021, dans les commerces, un système de jauge de la clientèle est mis en place pour leur réouverture avec les consignes suivantes :

  • Un client à la fois pour les établissements dont la surface de vente est inférieure à 8m² ;
  • Un nombre de client permettant de réserver 8m² par client dans la limite de l’effectif maximal admissible défini par la règlementation ERP applicable au regard l’activité de l’établissement pour les commerces possédant une surface de vente de plus de 8m².

Dans un soucis de simplification, la jauge s’apprécie sur l’ensemble de la surface de vente. Une tolérance est également accordée pour les personnes accompagnées d’une même unité sociale (comme les familles) ou nécessitant un accompagnement (personnes âgées, situation de handicap, etc..).

Le 9 juin 2021, la jauge minimale a été ramenée à 4m² par client, toujours dans la limite de l’effectif maximal admissible. Depuis le 30 juin 2021, 100% de l’effectif autorisé peut être accueilli dans le respect des mesures barrières et de distanciation.

Que faire si un cas Covid survient dans l’entreprise ?

En cas de symptômes potentiels de Covid-19 dans l’entreprise, la prise en charge du malade suspecté doit être appliquée selon les consignes établies par la médecine du travail.

Cette procédure doit être affichée et connue par l’ensemble des effectifs de l’entreprise. Le salarié présentant les symptômes suspects doit prendre contact avec son médecin traitant. Le 15 ne doit être appelé qu’en cas d’urgence absolue.

Pour ce qui est du poste qui a été occupé par le malade, la pièce doit être aérée si possible, et les surfaces et le matériels doivent être traités avec un produit virucide actif (détergent-désinfectant).

Tags:

Sur le même sujet

Arrêt maladie : les obligations du salarié
Conseils RH
Arrêt maladie : les obligations du salarié 22 septembre 2021

Durant son parcours professionnel, tout salarié peut être touché par la maladie, qu’elle soit d’origine professionnelle ou non. Une hospitalisation ou un accident dans la vie personnelle peuvent le mettre hors circuit pendant quelques jours. Que doit faire le salarié s’il se trouve dans l’impossibilité de se rendre au travail pour des raisons de santé […]

Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises
Conseils RH
Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises 21 septembre 2021

Depuis le 1er janvier 2019, une grande partie des entreprises sont obligées par la loi Avenir professionnel, de nommer en interne un référent. Celui-ci doit être désigné par le CSE. Quel est son rôle et quelles sont ses missions? Référent « harcèlement sexuel » : dans quelles conditions est-il obligatoire ? Pour les entreprises ayant un effectif […]

Rupture anticipée CDD
Conseils RH
Rupture anticipée du CDD : dans quelles conditions? 20 septembre 2021

Une fois la période d’essai écoulée, un contrat à durée déterminée (CDD) ne peut pas, en principe, être rompu de façon anticipée. Il existe néanmoins certaines exceptions à cette règle. En pratique, il est possible d’arrêter un CDD en cours, uniquement dans des conditions spécifiques (différentes de celles du licenciement ou de la démission). Quels […]

FacebookTwitterLinkedInEmail