Conseils RH

Le congé d’engagement associatif

5 mai 2019 par Mihaela Mita - Lecture 2 min.
Congé d'engagement associatif

Un nouveau congé censé faciliter l’engagement associatif des salariés a été instauré par le gouvernement dans le cadre de la loi Egalité et citoyenneté du 27 janvier 2017.Le «congé d’engagement associatif» vient s’ajouter aux autres congés spéciaux déjà existants dont le but est d’encourager le bénévolat.

CONGÉ D’ENGAGEMENT ASSOCIATIF : LE CONTEXTE

Le nouveau congé d’engagement est un dispositif visant à encourager l’action associative. Il est un des volets du projet de loi Egalité et Citoyenneté.

Le congé d’engagement est proposé dans le cadre du premier chapitre de ce texte –  « Émancipation et engagement des jeunes » – visant à faciliter le lien social et l’engagement des citoyens.

Le cadre du projet a été conçu avec la consultation de tous les acteurs concernés : le mouvement associatif, le Haut conseil à la vie associative, des actifs interrogés par sondage et des représentants des employeurs et des salariés. Les associations demandent depuis longtemps qu’un congé d’engagement associatif soit créé pour faciliter leur développement. Ce projet arrive donc comme une réponse à une aspiration croissante des français mais aussi à un besoin réel des associations.

LES PRINCIPES DU CONGÉ D’ENGAGEMENT

Le congé d’engagement consiste en six jours par an accordés aux salariés voulant se consacrer à une activité bénévole. Ces jours pourront être pris de façon consécutive ou fractionnée (sous forme de demi-journées) en accord avec l’employeur. En revanche, ils ne seront pas rémunérés. Il s’agit donc d’une forme de congé « sans solde » mais garanti, comme une autorisation d’absence en quelque sorte. Les jours consacrés à l’association sont néanmoins pris en compte comme du temps de travail effectif pour le calcul des congés, de l’ancienneté et autres droits du salarié.

Pour que la demande de congé d’engagement associatif soit acceptée par l’employeur, elle devra remplir un certain nombre de critère :

  • Le salarié doit être dans le privé ou fonctionnaire
  • Le salarié doit être dirigeant de l’association (président, adjoint, trésorier, secrétaire ou membre du conseil d’administration) ou encadrant (par exemple responsable d’un hébergement ou d’un centre alimentaire)
  • L’association doit être reconnue d’intérêt général, sans but lucratif et ouvertes à tous comme défini dans l’article 200 du Code général des impôts. Elle doit aussi être déclarée depuis au moins 3 ans.

Sont ainsi potentiellement concernées un peu plus de 800.000 associations sur 1,3 million, soit 3 millions de personnes environ.

La demande devra être faite par le salarié au moins 30 jours avant le début du congé. En tant qu’employeur, vous pouvez refuser cette demande si elle nuit au bon fonctionnement de l’entreprise ou si le quota de salarié en ayant déjà bénéficié est atteint. Il est fixé de la manière suivante :

  • Moins de 50 salariés : un bénéficiaire
  • 50 à 99 salariés : deux bénéficiaires
  • 100 à 199 salariés : trois bénéficiaires
  • 200 à 499 salariés : quatre bénéficiaires
  • 500 à 999 salariés : cinq bénéficiaires

LES AUTRES DISPOSITIFS POUR LA VIE ASSOCIATIVE

Le congé d’engagement s’ajoute aux dispositifs déjà existants pour les salariés qui exercent des responsabilités associatives :

  • Le congé de représentation :9 jours par an pour représenter une association auprès d’instances ad-hoc; il n’est pas payé par l’employeur mais il est indemnisé par l’Etat
  • Le congé de solidarité internationale: 6 mois maximum pour effectuer des missions dans des associations internationales dont la France est membre
  • Le congé solidaire : 2 à 4 semaines de missions courtes; les employeurs peuvent soutenir ces missions et ensuite bénéficier des exonérations fiscales
  • Le congé de cadres et d’animateurs pour la jeunesse
  • Les RTT utilisées pour une activité bénévole

Sur le même sujet

Temps de travail du salarié : l'essentiel à savoir pour l'employeur
Conseils RH
Temps de travail du salarié : l’essentiel à savoir pour l’employeur 22 octobre 2021

Selon les besoins de l’entreprise, l’employeur peut solliciter ses salariés sur différents temps de travail. Travail de nuit, astreinte ou encore horaires individualisés, il est essentiel pour l’employeur de connaître la réglementation applicable au temps de travail de ses salariés pour éviter tout risque d’infraction. La durée maximale du temps de travail d’un salarié Selon […]

BDES : définition, contenu et fonctionnement
Conseils RH
BDES, BDESE : définition, contenu et fonctionnement 21 octobre 2021

La Base de Données Economiques et Sociales (BDES), appelée aussi auparavant la Base de Données Uniques (BDU), regroupe les informations sur les grandes orientations économiques et sociales de l’entreprise. L’ensemble des informations qu’elle contient doit permettre de donner une vision globale et claire de l’emploi, de la formation et de l’utilisation des ressources financières générées […]

taxe d'apprentissage
Conseils RH
Taxe d’apprentissage 2021-2022 : calcul, déclaration et paiement 20 octobre 2021

Instituée en 1925, la taxe d’apprentissage est un impôt qui a pour objet de faire participer les employeurs au financement des formations premières à caractère technologique et professionnel, dont l’apprentissage. Quelles entreprises sont concernées par cette taxe ? Comment la calculer et comment la payer ? Quelles évolutions de la taxe d’apprentissage en 2021 et […]

FacebookTwitterLinkedInEmail