Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Chèque santé : montant forfaitaire 2018

5 mars 2018 par Florence Verdier - Lecture 2 min.

En vigueur depuis 2016, le dispositif « versement santé » ou « chèque santé » patronal est une aide individuelle à la généralisation de la couverture complémentaire santé pour les salariés précaires en contrat court ou à temps partiel. Quelles sont les conditions de versement de cette aide et quel est son montant en 2018 ?

LE CHÈQUE SANTÉ : QUEL FONCTIONNEMENT ?

Depuis le 1er janvier 2016, la loi ANI a généralisé la complémentaire santé entreprise. Les employeurs ont l’obligation de la proposer à tous leurs salariés et d’y participer à hauteur d’au moins 50 %. Exception à cette règle font les salariés en contrat court (CDD inférieur ou égal à 3 mois) ou à temps très partiel (durée de travail inférieure ou égale à 15 heures hebdomadaires. En contre partie, ceux-ci peuvent bénéficier d’une aide mensuelle sous forme de chèque santé, leur permettant de financer une couverture santé à titre individuelle.

Afin de bénéficier du chèque santé, les salariés doivent être titulaires d’un CDD ou d’un contrat de mission dont la durée de la couverture collective obligatoire est inférieure à 3 mois (non comprise la période de portabilité après la fin du contrat).  De plus, ils doivent être obligatoirement couverts par un contrat de complémentaire santé responsable.

Un accord de branche ou, à défaut, un accord d’entreprise est nécessaire pour mettre en place le chèque santé pour ces salariés. Le dispositif peut être mis en place également par décision unilatérale de l’employeur, sauf si ces salariés sont déjà couverts à titre collectif et obligatoire.

Lorsque deux contrats d’une durée inférieure à 3 mois se succèdent et que la durée globale des deux contrats est supérieure à 3 mois, le versement santé est dû uniquement au tire du premier contrat. Par ailleurs, lorsque plusieurs CDD sont conclus avec le même salarié, sans être successifs, la situation au regard du versement santé est analysée contrat par contrat.

 

CALCUL ET MONTANT FORFAITAIRE 2018

Le montant du versement est égal à la contribution mensuelle que l’employeur aurait versée pour la couverture collective si le salarié avait adhéré, auquel est appliqué un coefficient de majoration :

  • 105 % pour les salariés en CDI;
  • 125 % pour les salariés en CDD ou en contrat de mission.

Lorsque le montant de la contribution employeur ne peut pas être déterminée pour la catégorie à laquelle appartient le salarié, un montant de référence est fixé forfaitairement. Par un arrêté du 16 février 2018 (JO du 22), le montant forfaitaire du chèque santé augmente cette année à 15,58 €. Pour les assurés du régime local d’Alsace-Moselle il est porté à 5,20 €.

En outre, les sommes versées au titre du chèque santé bénéficient d’une exonération de cotisations sociales sous certaines conditions et sont soumises au même régime que la mutuelle patronale. Elles sont assujetties en totalité à CSG et CRDS ainsi qu’au forfait social dans les entreprises de 11 salariés et plus.

Attention ! Le chèque santé n’est pas cumulable avec l’ACS (aide à l’acquisition d’une complémentaire santé), ni avec la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire).

Tags:

L’actualité

Conseils RH, Paie pratique
DSN et Attestation Employeur (AED) : la gestion des fins de contrat 20 mai 2019

L’Attestation Employeur Dématérialisée (AED) permet de déclarer auprès de Pôle Emploi les fins de contrat des salariés. Avec l’arrivée de la DSN, cette déclaration est remplacée par un signalement de la fin du contrat de travail. Voici les étapes à suivre pour bien gérer les fins de contrat en DSN ainsi que les dernières nouveautés […]

Conseils RH
Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019 4 avril 2019

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (si c’est le cas). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir. Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et […]

Actualité paie, Conseils RH
Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises 28 mars 2019

Depuis le 1er janvier 2019, une grande partie des entreprises sont obligées par la loi Avenir professionnel, de nommer en interne un «référent harcèlement sexuel». Celui-ci doit être désigné par le CSE. Quel est son rôle et quelles sont ses missions? RÉFÉRENT « HARCÈLEMENT SEXUEL » : DANS QUELLES CONDITIONS EST-IL OBLIGATOIRE ? Pour les entreprises ayant un effectif […]