Conseils RH

Arrêt maladie : les obligations du salarié

10 novembre 2021 par Mihaela Mita - Lecture 4 min.
Arrêt maladie : les obligations du salarié

Durant son parcours professionnel, tout salarié peut être touché par la maladie, qu’elle soit d’origine professionnelle ou non. Une hospitalisation ou un accident dans la vie personnelle peuvent le mettre hors circuit pendant quelques jours.

Que doit faire le salarié s’il se trouve dans l’impossibilité de se rendre au travail pour des raisons de santé ? Quelles est le délai à respecter pour prévenir son employeur ainsi que les autres procédures à suivre en cas d’ arrêt maladie ?

ARRÊT MALADIE : CERTIFICAT MÉDICAL OBLIGATOIRE

Après la visite chez le médecin, le salarié reçoit un certificat médical attestant son incapacité d’effectuer son travail pour une période délimitée dans le temps.

Ce certificat d’arrêt de travail contient 3 volets :

  • un volet pour la Sécurité Sociale, adressé au médecin conseil
  • encore un volet avec la même destination, adressé au service administratif
  • et un troisième volet à remettre à l’employeur

Sur ce-dernier, le médecin indique si un arrêt de travail est nécessaire, la date de fin de l’arrêt prescrit, ainsi que l’autorisation (ou non) des sorties.

DÉLAI DE PRÉVENANCE D’UN ARRÊT MALADIE

Du point de vue contractuel, le salarié est tenu d’exécuter son travail dans les conditions prévues par l’accord qu’il a signé avec son employeur. Théoriquement, si un jour son état de santé l’empêche de se présenter au travail, il a l’obligation – essentiellement une obligation morale – de prévenir son patron.

Cependant aucune disposition légale n’oblige les employés de respecter un délai de prévenance précis. Souvent ce sont la convention collective, les usages ou le règlement intérieur qui en fixent les termes.

Afin de recevoir les Indemnités Journalières de la Sécurité Sociale (IJSS) qui compensent la perte de rémunération, la législation impose au salarié  l’envoi du certificat d’arrêt de travail à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) dans un délai de 48 heures. Ce délai de deux jours constitue, selon les usages, le temps pendant lequel le salarié doit informer l’employeur sur le motif de son absence.

JOURS DE CARENCE EN ARRÊT MALADIE

Avant de pouvoir toucher les IJSS, un délai de carence s’applique au salarié en arrêt maladie. S’il remplit les conditions d’ouverture de droits à ces indemnités, il en bénéficie après un délai de 3 jours. La convention collective ou un accord d’entreprise peut prévoir une réduction voire une suppression du délai de carence.

Si l’entreprise prévoit un maintien de salaire pendant la durée de l’arrêt de travail, les indemnités journalières seront versées par l’employeur et non plus par la Sécurité Sociale : il percevra à la place de son salarié les IJSS tout en assurant son indemnisation.

Dans certains cas, le délai de carence ne s’applique pas et le salarié touche directement ses IJSS :

  • Lorsque le salarié est arrêté pour maladie professionnelle ou accident du travail.
  • Lorsque le salarié bénéficie d’une prolongation de son arrêt de travail ;
  • Après une reprise d’activité de 48 heures maximum entre la fin de son arrêt de travail et le début de l’arrêt de prolongation ;
  • Lorsque l’arrêt de travail du salarié est en lien avec une affection de longue durée, le délai de carence ne s’applique que pour le premier arrêt ;

CONTRÔLE DES ARRÊTS DE TRAVAIL PAR L’EMPLOYEUR

Si l’employeur a des doutes concernant un certificat médical émis par le médecin d’un salarié, il peut recourir à un dispositif de contre visite médicale pour s’assurer que l’arrêt est médicalement justifié.

La pratique de la contre visite est reconnue par une bonne partie des conventions collectives, ainsi que part l’Accord National Interprofessionnel du 10 décembre 1977.

S’il s’avère que l’arrêt de travail n’est pas fondé, le médecin contrôleur transmet son rapport de contrôle à la CPAM, qui peut suspendre l’indemnisation ou procéder à un nouveau contrôle médical du salarié. De même, si les doutes de l’employeur sont justifiés, il peut interrompre le versement des indemnités complémentaires de maladie.

LES OBLIGATIONS DU SALARIÉ ARRÊTÉ

Durant l’arrêt maladie, le salarié est obligé de suivre les prescriptions médicales et de s’abstenir de toute activité rémunérée ou non. Pour éviter tout risque de sanction, le salarié doit respecter l’interdiction de sortie ou, selon le cas, les heures de sortie autorisées.

Néanmoins,  si la durée d’un arrêt maladie couvre aussi des vacances ou des jours fériés, il est probable que certains salariés envisageront des déplacements hors-département ou même à l’étranger (en dépit de leur état de santé). Pour ne pas perdre le droit à toute indemnité ou versement complémentaire, ces salariés doivent se présenter dans un point d’accueil CPAM, munis d’un certificat médical. C’est uniquement après l’obtention de l’autorisation de la caisse d’assurance maladie, qu’ils pourront quitter le territoire sans risque de sanction pécuniaire.

ARRÊT MALADIE ET VACANCES

Pendant un arrêt de travail pour maladie, le salarié se doit de limiter ses déplacements et ses sorties. Cela ne signifie pas pour autant que le salarié doit être restreint à son domicile.

Il peut, sous certaines conditions, quitter son domicile pour ses différentes obligations du quotidien (se rendre à la pharmacie, aller chercher ses enfants à l’école, etc…), mais pas uniquement.

Les sorties et déplacements d’un salarié en arrêt maladie sont soumis à plusieurs règles. Celles-ci sont précisées lorsque le médecin établit le formulaire d’arrêt de travail :

  • Les sorties ne sont pas autorisées : le salarié ne peut pas s’absenter de chez lui pendant son arrêt de travail, même en dehors des heures de présence obligatoire ;
  • Les sorties sont autorisées : le salarié est tenu d’être présent à son domicile de 9h à 11h et de 14h à 16h, y compris les week-ends et jours fériés, sauf en cas de soins ou d’examens médicaux ;
  • Les sorties sont libres : le salarié n’est pas obligé de respecter les horaires de sorties autorisées, sous réserve que soient mentionnés les éléments d’ordre médical justifiant cette liberté sur l’arrêt de travail.

Il est également possible pour un salarié de partir en vacances pendant son arrêt maladie, mais en respectant les conditions suivantes :

  • S’il ne quitte pas son département de résidence, aucune autorisation n’est nécessaire et le salarié doit simplement communiquer à son employeur et à la CPAM son adresse de séjour ;
  • S’il quitte son département de résidence, le salarié doit demander l’accord préalable de la CPAM, puis en informer son employeur.

Dans tous les cas, il doit avant tout respecter les conditions de sortie mentionnées sur son arrêt de travail. Il est même possible que le médecin prescrive, à but thérapeutique ou pour convenance personnelle justifiée (comme se rendre chez un proche qui s’occupera du salarié malade), une convalescence hors de son domicile.

Gérez les arrêts de vos salariés plus sereinement : contactez-nous

Sur le même sujet

Travail à l'étranger
Conseils RH
Travail à l’étranger : expatriation ou détachement ? 24 juin 2022

Il peut arriver qu’un salarié, pour remplir des missions confiées par son employeur, se trouve dans une situation de travail à l’étranger. Une fois amené à travailler dans un autre pays, il est légitime de se demander comment le statut du salarié va être impacté. Il existe deux possibilités : Le statut de salarié détaché […]

Qualité de Vie au Travail
Conseils RH
La Qualité de Vie au Travail : définition, principes, impact 23 juin 2022

Parmi les termes les plus courants dans une entreprise, on peut parler de la Qualité de Vie au Travail, ou QVT. Elle est souvent abordée lors des discussions autour des conditions de travail et du bien-être des salariés. Il peut être nécessaire de donner une définition à la QVT : Est-ce la même chose que […]

La transaction entre l'employeur et le salarié
Conseils RH
La transaction entre l’employeur et le salarié 17 juin 2022

Lorsqu’un conflit prend forme entre l’employeur et son salarié, il est possible, pour éviter le recours au Conseil des Prud’hommes, de procéder à une transaction. A la manière de la rupture conventionnelle qui rompt le contrat de travail, il s’agît d’un accord amiable qui a pour but de mettre fin à un conflit existant entre […]

FacebookTwitterLinkedInEmail