Actualité paie

Activité partielle, télétravail et garde d’enfant

13 septembre 2021 par Vincent Langlois - Lecture 3 min.
Activité partielle, télétravail et garde d'enfant

La rentrée des classes 2021 suscite plusieurs interrogations pour les salariés parents, notamment concernant la garde d’enfant :

  • Comment faire si la classe ou l’école de leur enfant ferme en raison d’un cas positif de Covid ?
  • Sera-t-il possible de bénéficier de l’activité partielle ?
  • Seront-ils considérés comme cas contacts si leur enfant est testé positif, et devront-ils s’isoler ?

Initialement mis en place au printemps 2020, les dispositifs d’activité partielle et d’arrêt de travail sans délai de carence ont été réactivés depuis le 2 septembre 2021 pour les parents d’enfants âgés de moins de 16 ans ou en situation de handicap sans limite d’âge.

Rappel :
La rentrée scolaire 2021 s’effectue sous protocole sanitaire de niveau 2. Ce dispositif prévoit qu’en classe de maternelle et de primaire, tout cas de Covid-19 détecté donne lieu à une fermeture de la classe pour une durée de 7 jours. Tout élève testé positif devra respecter un isolement de 10 jours. Pour les collèges et lycées, les élèves cas contacts non vacciné doivent s’isoler pour une durée de 7 jours. 

Garde d’enfant lorsque le télétravail est possible

Déjà fortement débattue lors du premier confinement, la question du télétravail et de la garde d’enfant est à nouveau au cœur du débat, certains salariés ayant eu de grandes difficultés à télétravailler avec leurs jeunes enfants à domicile.

Pour les salariés de droit privé, l’activité partielle est possible si les deux parents sont dans l’incapacité de travailler et que le salarié demandeur fournit à son employeur :

  • Un justificatif attestant de la fermeture de la classe, établi par l’école ou la mairie, ou un document de l’Assurance Maladie attestant que l’enfant est considéré comme cas contact à risque et fait l’objet d’une mesure d’isolement ;
  • Une attestation sur l’honneur stipulant que le salarié est le seul des deux parents à demander le bénéfice du dispositif d’activité partielle.

Pour les indépendants, libéraux et contractuels de droit public, un arrêt de travail dérogatoire a été conçu pour cette situation. Cette arrêt concerne :

  • Les travailleurs indépendants ;
  • Les travailleurs non-salariés agricoles ;
  • Les artistes auteurs ;
  • Les stagiaires de la formation professionnelle ;
  • Les professions libérales ;
  • Les professionnels de santé ;
  • Les gérants salariés ;
  • Les contractuels de droit public de l’administration ;
  • Les fonctionnaires à temps non complet travaillant moins de 28h ;
  • Les assistante maternelles ou garde d’enfant à domicile.

Pour bénéficier de cet arrêt de travail, deux conditions doivent être remplies :

  • Les deux parents doivent être dans l’incapacité de travailler ;
  • L’enfant doit être âgé de moins de 16 ans au jour du début de l’arrêt de travail. Si l’enfant est en situation de handicap, il n’y a pas de limite d’âge.

Le parent devra conserver un justificatif attestant de la fermeture de la classe, du test positif ou de la situation de cas-contact de l’enfant qui devra être communiqué à l’Assurance Maladie en cas de contrôle.

Qu’en est-il des salariés qui ne peuvent pas télétravailler ? 

Pour certains salariés qui ne peuvent pas télétravailler, la question de la garde de leur enfant en cas de fermeture de classe ou de cas positif est encore plus ardue.

Concernant les salariés de droit privé, si aucun des deux parents ne peut être placé en chômage partiel, l’un des parents est placé en arrêt de travail. Pour cela, il devra se déclarer sur le site de l’Assurance maladie ou de la MSA.

L’un des deux parents peut ainsi bénéficier des IJSS dérogatoires, sans délai de carence avec un complément employeur, qu’il soit vacciné ou non. Dans un premier temps, c’est la plateforme de contact tracing de l’Assurance Maladie qui contactera directement le parent concerné pour lui délivrer un arrêt de travail et les IJSS.

Pour ce qui est des fonctionnaires (travaillant plus de 28h par semaine), lorsqu’ils ne peuvent pas télétravailler, ceux-ci bénéficient d’un placement en Autorisation Spéciale d’Absence et sont indemnisés à 100% de leur rémunération. Ils devront toutefois fournir à leur employeur :

  • Un justificatif de l’établissement attestant que l’enfant ne peut être accueilli ou d’un document de l’Assurance Maladie attestant que leur enfant est testé positif au Covid ou considéré comme cas contact à risque ;
  • Une attestation sur l’honneur que le salarié demandeur est le seul des deux parents à demander une ASA pour les jours concernés.

Gérer les absences de vos salariés plus sereinement : contactez-nous

Il est également possible, avec ou sans option de télétravail, de poser des jours de congés payés pendant cette période, voire d’envisager des congés par anticipation ou même sans solde. L’accord de l’employeur est toutefois nécessaire dans les deux cas.

L’aménagement de l’emploi du temps du salarié, notamment les plages horaires de travail, constitue aussi une piste à explorer pour l’employeur.

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail