Conseils RH

L’exonération aide à domicile

12 septembre 2016 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.
aide à domicile

Les entreprises et organismes employeurs privés à but non lucratif ayant pour activité d’assurer aux personnes physiques toute forme d’aide (d’accompagnement, services ou intervention à domicile) peuvent bénéficier d’une exonération « aide à domicile ». Il s’agit en fait d’une exonération de cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales au titre des rémunérations versées aux aides à domicile.

AIDE À DOMICILE : CHAMP D’APPLICATION DE L’EXONERATION

L’exonération pour l’emploi d’aide à domicile est ouverte aux associations et entreprises admises, en application de l’article L7231-1 du Code du travail, à exercer des activités concernant la garde d’enfant ou l’assistance aux personnes âgées ou handicapées.

Cette exonération est accordée aux :

  • employés sous contrat à durée indéterminée (CDI)
  • employés recrutés sous contrat à durée déterminée (CDD) pour remplacer les salariés absents ou dont le contrat de travail est suspendu, dans les conditions visées à l’article L 1242-2 du Code du travail
  • publics présentant des spécificités prestataires des activités de service à la personne

Attention : Les salariés administratifs et d’encadrement ne sont pas éligibles à l’exonération sauf si leurs activités ouvrent droit à l’exonération aide à domicile personnes fragiles.

Pour bénéficier de cette exonération,  une déclaration auprès de la Direccte (Direction régionale des entreprises) doit être effectuée.

CALCUL DE L’EXONÉRATION

Cette exonération porte sur les cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales afférents aux rémunérations versés aux salariés concernés. Elle s’applique à l’ensemble des rémunérations, sans plafonnement, au prorata du nombre d’heures d’aide à domicile réalisées chez les personnes visées au cours du mois civil auquel ces rémunérations sont afférentes.

Par exception, l’exonération au titre des personnes âgées d’au moins 70 ans est applicable dans la limite d’un plafond de rémunération fixé à 65 fois le Smic horaire par mois.

L’exonération porte sur l’ensemble de la rémunération versée à l’aide à domicile, y compris les rémunérations correspondant aux temps de déplacement planning, de déplacement planning d’auxiliaire de vie,  de congés payés. La rémunération peut être prise en compte sur une période annuelle ou infra-annuelle, pour apprécier la durée du travail moyenne.

L’exonération est déterminée en appliquant au total des rémunérations versées le rapport entre le nombre d’heures effectués chez les personnes visées au cours de la période de référence et le nombre total d’heures  sur cette même période :

Rémunération brute mensuelle * (nombre d’heures aide à domicile / nombre total d’heures)

Si l’aide à domicile n’a effectué aucune heure de travail au cours du mois considéré, mais par contre il perçoit une rémunération (maintien) soumise aux cotisations sociales, l’exonération est applicable au prorata du nombre d’heures effectués chez les personnes concernées, retenu pour le mois civil précédent.

Sur le même sujet

Accident de travail : procédure et maintien de salaire
Conseils RH
Accident de travail : procédure et maintien de salaire 18 janvier 2022

En cas d’arrêt suite à un accident de travail, le salarié bénéficie d’indemnités journalières de la part de la Sécurité sociale. Celles-ci visent à compenser partiellement la perte de salaire consécutive à l’arrêt de travail. En plus des IJSS, sous certaines conditions, l’employé peut toucher des indemnités complémentaires de la part de l’employeur. Quelle procédure en cas […]

Activité partielle de l’entreprise : tout ce qu'il faut savoir
Conseils RH
Activité partielle de l’entreprise : tout ce qu’il faut savoir 14 janvier 2022

Lorsque les entreprises traversent des périodes difficiles et souhaitent prévenir les licenciements, elles font appel à ce qu’on appelle l’activité partielle (AP). Cela veut dire que l’activité de l’entreprise est réduite ou suspendue temporairement, tout en conservant la possibilité de maintenir les emplois des salariés. Découvrez tous les aspects importants de ce dispositif, les nouveautés […]

Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés
Conseils RH
Entretien professionnel : définition, modalités et salariés concernés 14 janvier 2022

L’entretien professionnel permet à l’employeur et au salarié d’échanger sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié notamment en termes de qualifications et d’emploi. L’entretien professionnel : une obligation Ce dispositif a été institué par l’ANI de décembre 2013 et rendu obligatoire dès la parution au Journal Officiel, le 7 mars 2014 de la loi votée […]

FacebookTwitterLinkedInEmail