Conseils RH

Chèque-cadeau : comment bénéficier de l’exonération ?

1 décembre 2021 par Mihaela Mita - Lecture 4 min.
Chèque cadeau

A l’occasion des fêtes de fin d’année, le CSE et l’employeur peuvent offrir des cadeaux en espèce, en nature ou sous la forme de chèque-cadeau aux salariés.  Sous certaines conditions, ils peuvent ainsi bénéficier d’une exonération des charges sociales. Découvrez quelles sont les conditions applicables et les règles à respecter.

Événements justifiant la distribution d’un chèque-cadeaux

Plusieurs évènements au cours de l’année sont l’occasion de distribuer des chèques cadeaux aux salariés. L’attribution du bon d’achat doit être en lien avec l’un des évènements suivants :

  • En cas de naissance ou d’adoption ;
  • Un mariage ou un PACS ;
  • Un départ à la retraite ;
  • La fête des mères ou des pères ;
  • La Sainte-Catherine (le 25 novembre) ;
  • La Saint-Nicolas (le 6 décembre) ;
  • Les fêtes de Noël ;
  • A la rentrée scolaire pour les salariés ayant des enfants âgés de moins de 26 ans dans l’année d’attribution du bon d’achat (sur justificatif).

Attribution des cadeaux et bons d’achats : conditions applicables

L’attribution des chèques cadeaux n’est pas obligatoire. Si l’employeur décide de les accorder, ils doivent être remis indifféremment à tous les salariés d’une entreprise, sans discrimination.

Les cadeaux, les chèques-cadeaux ou le bons d’achat sont des titres de paiement achetés généralement par le CSE auprès des magasins spécialisées, offerts ensuite aux salariés.

Leur statut est considéré comme un avantage en nature, cependant ils bénéficient d’une tolérance de la part de l’ACOSS (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale).

Pour l’attribution de bons d’achats lors d’évènements collectifs (comme les fêtes de Noël), aucune distinction ne doit être faite entre les salariés sur des critères subjectifs (comme l’âge, l’origine, l’appartenance syndicale, etc…). Le salariés doit tout de même être concerné par l’évènement pour en bénéficier.

Si le montant global des bons d’achat ou des chèques-cadeaux  n’excède pas, pour une année civile et par salarié, 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale, ils sont ainsi exonérés de cotisations sociales. Par ailleurs les montants concernés ne sont pas déclarables comme revenu et la TVA est déductible.


Simplifiez le calcul de vos exonération : contactez-nous !

Lien entre l’événement et l’utilisation du chèque-cadeau

L’utilisation du bon d’achat doit être en lien avec l’évènement pour lequel il est attribué.

Il doit mentionner soit la nature du bien qu’il permet d’acquérir, soit un ou plusieurs rayons de grand magasin ou le nom d’un ou plusieurs magasins. Il ne peut pas être utilisé pour du carburant ou de produits alimentaires courants.

Par exemple, lorsqu’il est attribué à l’occasion du Noël pour les enfants des salariés (jusqu’à 16 ans révolus), le bon d’achat devra permettre l’accès à des biens en rapport avec cet évènement tels que notamment les jouets, les livres, les disques, les vêtements, les équipements de loisirs ou sportifs.

Attention !
Si les chèques-cadeau sont remis au salarié après Noël, ils seront soumis aux cotisations sociales.

Montant du chèque-cadeau conforme aux usages

Un seuil de 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale est appliqué par événement et par année civile. Les bons d’achat sont donc cumulables, par événement, s’ils respectent le seuil de 5 % du plafond mensuel.

Pour les salariés avec les enfants, deux événements font l’objet d’une adaptation :

  • Pour la rentrée scolaire, le seuil est de 5 % du plafond mensuel par enfant ; ainsi, si chacun des parents perçoit un bon d’achat pour l’enfant, il faudra cumuler le montant et le comparer au seuil de 5% du plafond mensuel;
  • Pour le Noël des enfants, le seuil est de 5 % par enfant et 5 % par salarié ; ainsi, les 2 parents salariés de la même entreprise pourront prétendre aux bons d’achats pour le même enfant.

La tolérance visant à exonérer les bons d’achat ou cadeaux sous certaines conditions ne s’applique pas aux bons d’achat ou cadeaux versés par l’employeur alors qu’il y a un comité d’entreprise.

Plafond de l’exonération pour les fêtes de fin d’année

Pour ne pas être soumis aux cotisations sociales, les bons d’achats et les cadeaux attribués au cours de la même année à un salarié ne doivent pas excéder 5% du plafond mensuel de la Sécurité Sociale, soit 171,40€ pour 2021.

A savoir :
Du fait de la prolongation des mesures sanitaires, il a été décidé de porter le plafond d’exonération de 171,40€ à 250€ dans le but de soutenir le pouvoir d’achat des salariés et l’activité des commerces.

Pour bénéficier de l’exonération, certaines conditions doivent être respectées :

  • L’offre de cadeaux ou de bons d’achat ne doit pas être obligatoire : il ne faut pas qu’il s’agisse d’une obligation dont l’employeur s’acquitte en vertu de sa convention collective, d’une disposition de contrat de travail ou d’un usage ;
  • L’attribution des cadeaux ne doit pas être discriminatoire : ils doivent être offerts à tous les salariés ou à toute une catégorie de salariés.

Sur l’année civile, même si le plafond est dépassé, une exonération reste possible sous trois conditions :

  • Le cadeau ou bon d’achat est attribué à l’occasion de certains évènement, dont Noël fait partie ;
  • Le cadeau est en relation avec l’évènement qu’il est destiné à marquer. Le bon d’achat devra mentionner soit la nature du bien qu’il permet d’acquérir, soit un ou plusieurs rayons de magasins et grands magasins ;
  • Il ne dépasse pas le plafond d’exonération pour 2021, par évènement et par année civile. Pour Noël, le seuil s’applique par salarié et par enfant (jusqu’à l’âge de 16 ans non révolus).

Il est également possible pour les employeurs, jusqu’au 31 mars 2022, d’offrir à leurs salariés une prime exceptionnelle exonérée de charges sociales : la fameuse prime Macron. Cette prime est limitée à 1 000€ ou 2 000€ selon les situations. L’exonération reste toutefois réservée aux salariés dont la rémunération, au cours des 12 mois précédent son versement, est inférieure à 3 fois la valeur annuelle du SMIC.

Sur le même sujet

Travail à l'étranger
Conseils RH
Travail à l’étranger : expatriation ou détachement ? 24 juin 2022

Il peut arriver qu’un salarié, pour remplir des missions confiées par son employeur, se trouve dans une situation de travail à l’étranger. Une fois amené à travailler dans un autre pays, il est légitime de se demander comment le statut du salarié va être impacté. Il existe deux possibilités : Le statut de salarié détaché […]

Qualité de Vie au Travail
Conseils RH
La Qualité de Vie au Travail : définition, principes, impact 23 juin 2022

Parmi les termes les plus courants dans une entreprise, on peut parler de la Qualité de Vie au Travail, ou QVT. Elle est souvent abordée lors des discussions autour des conditions de travail et du bien-être des salariés. Il peut être nécessaire de donner une définition à la QVT : Est-ce la même chose que […]

La transaction entre l'employeur et le salarié
Conseils RH
La transaction entre l’employeur et le salarié 17 juin 2022

Lorsqu’un conflit prend forme entre l’employeur et son salarié, il est possible, pour éviter le recours au Conseil des Prud’hommes, de procéder à une transaction. A la manière de la rupture conventionnelle qui rompt le contrat de travail, il s’agît d’un accord amiable qui a pour but de mettre fin à un conflit existant entre […]

FacebookTwitterLinkedInEmail