Conseils RH

Chèque-cadeau : bénéficier de l’exonération

1 janvier 2020 par Mihaela Mita - Lecture 3 min.

A l’occasion des fêtes de fin d’année, le CE, le CSE ou l’employeur peuvent offrir des cadeaux en espèce, en nature ou sous la forme de chèque-cadeau aux salariés.  Sous certaines conditions, ils peuvent bénéficier ainsi d’une exonération des charges sociales. Découvrez quelles sont les conditions applicables et les règles à respecter.

Événements justifiant la distribution d’un chèque-cadeaux

L’attribution du bon d’achat doit être en lien avec l’un des évènements suivants :

  • la naissance, l’adoption ;
  • le mariage, le pacs ;
  • le départ à la retraite ;
  • la fête des mères, des pères ;
  • la Sainte-Catherine (le 25 novembre) ;
  • la Saint-Nicolas (le 6 décembre) ;
  • le Noël ;
  • la rentrée scolaire pour les salariés ayant des enfants âgés de moins de 26 ans dans l’année d’attribution du bon d’achat (sur justificatif).

 

Attribution des cadeaux et bons d’achats : conditions applicables

Les cadeaux, les chèques-cadeaux ou le bons d’achat sont des titres de paiement achetés généralement par le CE ou le CSE auprès des magasins spécialisées, offerts ensuite aux salariés. Toutefois, l’attribution des chèques cadeaux n’est pas obligatoire. Si l’employeur décide de les accorder, ils doivent être remis indifféremment à tous les salariés d’une entreprise, sans discrimination.

Leur statut est considéré comme un avantage en nature, cependant ils bénéficient d’une tolérance de la part de l’ACOSS (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale).

Si le montant global des bons d’achat ou des chèques-cadeaux  n’excède pas, pour une année civile et par salarié, 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale (soit 166 euros pour l’année 2018), ils sont ainsi exonérés de cotisations sociales. Par ailleurs les montants concernés ne sont pas déclarables comme revenu et la TVA est déductible.

Lien entre l’événement et l’utilisation du chèque-cadeau

L’utilisation du bon d’achat doit être en lien avec l’évènement pour lequel il est attribué.

Il doit mentionner soit la nature du bien qu’il permet d’acquérir, soit un ou plusieurs rayons de grand magasin ou le nom d’un ou plusieurs magasins. Il ne peut pas être utilisé pour du carburant ou de produits alimentaires courants.

Par exemple, lorsqu’il est attribué à l’occasion du Noël pour les enfants des salariés (jusqu’à 16 ans révolus), le bon d’achat devra permettre l’accès à des biens en rapport avec cet évènement tels que notamment les jouets, les livres, les disques, les vêtements, les équipements de loisirs ou sportifs.
Attention, si le chèque-cadeau est remis au salarié après Noël, il sera soumis aux cotisations sociales.

Montant du chèque-cadeau conforme aux usages

Un seuil de 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale est appliqué par événement et par année civile. Les bons d’achat sont donc cumulables, par événement, s’ils respectent le seuil de 5 % du plafond mensuel.

Pour les salariés avec les enfants, deux événements font l’objet d’une adaptation :

  • Pour la rentrée scolaire, le seuil est de 5 % du plafond mensuel par enfant; ainsi, si chacun des parents perçoit un bon d’achat pour l’enfant, il faudra cumuler le montant et le comparer au seuil de 5% du plafond mensuel;
  • Pour le Noël des enfants, le seuil est de 5 % par enfant et 5 % par salarié; ainsi, les 2 parents salariés de la même entreprise pourront prétendre aux bons d’achats pour le même enfant.

A savoir que la tolérance visant à exonérer les bons d’achat ou cadeaux sous certaines conditions ne s’applique pas aux bons d’achat ou cadeaux versés par l’employeur alors qu’il y a un comité d’entreprise.

Taxation des avantages et cadeaux versés aux salariés

Malheureusement, suite à un amendement déposé par l’UDI et voté par l’Assemblée nationale le 30 octobre 2018 dans le cadre du PLFSS pour 2019, les aides versées par les comités d’entreprise pourraient bientôt être taxées. Avec cette amendement, des taxes seront appliquées si les aides dépassent les 331 euros par an et par salarié (662 euros avec un enfant à charge).

Sur le même sujet

Covid entreprise
Conseils RH
Covid 19 : Les protocoles sanitaires en entreprise 22 octobre 2020

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions : Le port du masque obligatoire en entreprise ; L’encouragement du recours au télétravail. Revoyons ensemble ces différentes […]

Congé de reclassement
Conseils RH
Le congé de reclassement : tout ce qu’il faut savoir 22 octobre 2020

La mise en oeuvre du congé de reclassement s’articule avec la procédure du licenciement pour motif économique dans les grandes entreprises. Au cours de celle-ci, l’employeur doit respecter certaines démarches particulières du fait de ce congé. Faisons le point sur le fonctionnement, la durée et le financement de ce dispositif. CONGÉ DE RECLASSEMENT : QU’EST-CE […]

Conseils RH
Maladie professionnelle : Prise en compte dès les premiers symptômes 21 octobre 2020

Le 1er juillet 2018, les règles de prise en compte des indemnisations pour maladie professionnelle ont changé. Elles sont plus favorables aux salariés en prenant en compte la constatation des premiers symptômes de la maladie par un médecin. Cette nouvelle règle instaure aussi une limite à la rétroactivité de l’indemnisation. LA MALADIE PROFESSIONNELLE Les conditions […]

FacebookTwitterLinkedInEmail