Paie pratique

Convention collective des assurances : Grille des salaires 2021

11 février 2021 par Andreea Aflorei - Lecture 2 min.
convention collective assurances

Pour externaliser la paie de votre agence, contactez-nous

En date de 17 décembre 2020, un accord salarial a été conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des agences générales d’assurances (IDCC 2335, no brochure 3115). Le nouvelles valeurs sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021 uniquement pour les adhérents (accord non étendu).

Pour les non adhérents restent en vigueur les valeurs fixées par l’accord n° 23 du 18 décembre 2019, étendu par l’arrêté d’extension du 17 septembre 2020 (JO du 26).  Nous vous présentons donc les salaires minima à prendre en compte en 2021 pour tous les salariés de la branche.

CONVENTION COLLECTIVE DES ASSURANCES

La convention collective des assurances (agences générales) est destinée aux employeurs sous le code NAF 672.Z exerçant en France métropolitaine.

Cette convention règle les conditions de travail entre les sociétés d’agents généraux d’assurances, des agents généraux d’assurances sur la vie et leurs salariés.

L’ensemble du personnel concerné y trouvera des informations sur la grille des salaires applicable, la classification ainsi que des dispositions sur le 13ème mois. D’autres aspects spécifiques sont présents comme les dispositions sur le préavis de démission et en cas de licenciement, les jours fériés, les heures pour recherche d’emploi etc.

BARÈME DES SALAIRES MINIMA  ANNUELS BRUTS

L’avenant n° 24 du 17 décembre 2020 (non étendu) fixe la revalorisation du barème des salaires minima annuels bruts dans la convention collective des agences générales d’assurances de la manière suivante :

  • + 1% pour les classes 1, 2 et 3;
  • + 0,5% pour les classes 4, 5, 5 bis et 6.

Après revalorisation, le nouveau barème des salaires minima bruts applicable en 2021 est le suivant :

Classe Salaire minima 2021
adhérents
Salaire minima 2021
non adhérents
Classe 1 18 958 € 18 770 €
Classe 2 20 312 € 20 111 €
Classe 3 21 993 € 21 775 €
Classe 4 24 569 € 24 447 €
Classe 5 28 980 € 28 836 €
Classe 5 bis 33 388 € 33 222 €
Classe 6 37 796 € 37 608 €

 

Ce sont des salaires annuels bruts, sur une base de 151,67 heures par mois, en dessous desquels les salariés de la branche ne peuvent pas être rémunérés.

SUPPRESSION DES ÉCARTS DE RÉMUNÉRATION FEMMES-HOMMES

Le deuxième article de l’accord prévoit également le rappel aux employeurs d’assurer l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes pour le même travail effectué.

Au sein de chaque agence les employeurs ont l’obligation de vérifier qu’il n’existe pas des écarts de rémunération non justifiés entre les femmes et les hommes.

Pour en savoir plus, consultez également notre article sur l’index d’égalite fémme-homme en entreprise.

Sur le même sujet

Internaliser ou externaliser gestion de la paie de son cabinet ?
Paie pratique
Gestion de la paie en cabinet : internaliser ou externaliser ? 19 octobre 2021

La gestion de la paie est une tâche qui concerne toutes ou presque toutes les entreprises. Par conséquent, un grand nombre de cabinets d’experts-comptables sont également concernés. De manière générale, il existe deux méthodes de gérer la paie des entreprises clientes : L’internalisation de la paie : les tâches sont assurées en interne par le […]

contribution formation
Paie pratique
Contribution formation professionnelle : tout savoir sur la CUFPA 18 octobre 2021

Avec la réforme de la formation professionnelle, à compter du 1er janvier 2019, la contribution formation et la taxe d’apprentissage sont regroupées dans une contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (CUFPA). Quel est le montant de cette nouvelle contribution unique ? Quels sont les organismes collecteurs ? Quelles échéances à respecter en […]

prélèvement à la source
Paie pratique
Prélèvement à la source : comment ça marche ? 13 octobre 2021

Le prélèvement à la source (PAS) est un mode de recouvrement de l’impôt sur le revenu entré en vigueur depuis le 1er janvier 2019. Il supprime le décalage d’un an qui existait entre la perception des revenus et le paiement de l’impôt. Celui-ci est ainsi prélevé par un tiers payeur en temps réel, au moment […]

FacebookTwitterLinkedInEmail