Conseils RH

Le RFE : Représentant de Firme étrangère

30 janvier 2019 par Vincent Langlois - Lecture 2 min.
Travail à l'étranger : expatriation ou détachement ?

Grâce au statut RFE les sociétés étrangères ont la possibilité d’embaucher du personnel de représentation en France. Nous faisons le point sur le statut du représentant de firme étrangère ainsi que sur les formalités à respecter lors de l’embauche.

LE STATUT RFE ET SES OBLIGATIONS

Le représentant de firme étrangère est soumis au droit de travail français. Il est embauché en tant que salarié et agit au nom de la société mère. L’une de ses principales fonctions est de faire remonter à son employeur l’ensemble des données pour la mise en œuvre d’actions favorisant son développement sur le nouveau marché prospecté.  Il ne peut pas être en charge de l’intégralité du cycle commercial sous peine de se voir requalifié en établissement stable.

Grâce au RFE, l’employeur est à même de mieux appréhender les aspects économiques et culturels du marché français et d’adapter sa stratégie.

Le RFE doit bénéficier d’un contrat de travail écrit de type CDD ou CDI. Il est inscrit à l’URSSAF (Alsace), à la Caisse de Retraite Humanis, en étant responsable de toutes les obligations à la charge de l’employeur. Largement autonome, son statut est généralement cadre.  Il peut également bénéficier des mêmes droits sociaux en matière de contrats groupe de type prévoyance/mutuelle que les salariés français.

La convention collective applicable est définie à partir du code APE donné par l’INSEE se basant sur l’activité de la maison mère étrangère. 2 numéros Siret doivent être obtenus par la société mère : le premier lié à l’adresse du siège à l’étranger et le deuxième est lié soit à l’agent officiellement nommé en France ou au RFE embauché selon que la Convention URSSAF soit en place ou pas.

DÉMARCHES ADMINISTRATIVES RFE

Pour être qualifié de représentant de firme étrangère, la société ne doit être ni une succursale, ni une filiale, ni un établissement stable. Ensuite, la société étrangère doit remplir un formulaire (téléchargeable sur le portail net-entreprise) et prendre contact avec le Centre National des Firmes Etrangères (CNFE) qui assure l’immatriculation, puis ensuite le paiement et le suivi des charges sociales. C’est le CNF, à savoir l’Urssaf du Bas Rhin, qui informe l’INSEE et les organismes sociaux.

L’immatriculation dure environ un mois et ensuite comme pour tout salarié, la société étrangère peut  effectuer la déclaration préalable à l’embauche (DPAE).

TVA FRANÇAISE ET REMBOURSEMENT DE FRAIS

Généralement, les employeurs de RFE ne détiennent pas de compte bancaire en France. La gestion des frais s’effectue ainsi par le biais du RFE, sous forme de remboursements mensuels ou d’avance de frais.

L’obtention de factures dûment libellées à l’ordre et à l’adresse de la société étrangère permet généralement l’obtention du remboursement de la TVA Française. Cela se passe une fois par an – sous condition que la société soit immatriculée à la TVA dans son pays d’origine.

Sur le même sujet

Travail à l'étranger
Conseils RH
Travail à l’étranger : expatriation ou détachement ? 24 juin 2022

Il peut arriver qu’un salarié, pour remplir des missions confiées par son employeur, se trouve dans une situation de travail à l’étranger. Une fois amené à travailler dans un autre pays, il est légitime de se demander comment le statut du salarié va être impacté. Il existe deux possibilités : Le statut de salarié détaché […]

Qualité de Vie au Travail
Conseils RH
La Qualité de Vie au Travail : définition, principes, impact 23 juin 2022

Parmi les termes les plus courants dans une entreprise, on peut parler de la Qualité de Vie au Travail, ou QVT. Elle est souvent abordée lors des discussions autour des conditions de travail et du bien-être des salariés. Il peut être nécessaire de donner une définition à la QVT : Est-ce la même chose que […]

La transaction entre l'employeur et le salarié
Conseils RH
La transaction entre l’employeur et le salarié 17 juin 2022

Lorsqu’un conflit prend forme entre l’employeur et son salarié, il est possible, pour éviter le recours au Conseil des Prud’hommes, de procéder à une transaction. A la manière de la rupture conventionnelle qui rompt le contrat de travail, il s’agît d’un accord amiable qui a pour but de mettre fin à un conflit existant entre […]

FacebookTwitterLinkedInEmail