Conseils RH

Obligation d’adapter le poste d’un salarié apte avec réserves

18 janvier 2019 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 2 min.
salarié apté avec réserves

Après un accident du travail ou un congé maladie de longue durée, un salarié peut être déclaré inapte par la médecine du travail. L’employeur est dans l’obligation de proposer au salarié tous les postes disponibles qui conviendraient à ses aptitudes avant d’envisager un licenciement pour inaptitude. Le médecin du travail peut aussi déclarer le salarié apte avec réserves. L’employeur devra adapter le poste ou proposer un reclassement conformément à son obligation de sécurité de résultat relative à la santé et la sécurité des salariés.

VISITE DE REPRISE APRÈS UN ACCIDENT DU TRAVAIL

Une absence d’au moins 30 jours liée à un accident du travail ou pour maladie nécessite une visite médicale de reprise (article R4624-22 du Code du travail). Cette visite médicale se déroule au moment de la reprise du travail ou au plus tard dans les 8 jours qui la suivent. Elle ne peut pas avoir lieu quand le salarié est en arrêt de travail. En l’absence de cette visite, le salarié n’est pas tenu de se présenter au travail le jour de la reprise. A l’inverse, lorsque le salarié refuse de passer la visite de reprise, il commet une faute grave pouvant mener au licenciement.

SALARIÉ DÉCLARÉ APTE AU TRAVAIL

Si la médecine du travail déclare le salarié apte, ce dernier doit retrouver son emploi ou un emploi similaire, assorti d’une rémunération équivalente (Cass. Soc. 24 mars 2010, n°09-40339). Les conséquences de l’arrêt de travail ne peuvent entraîner aucun retard de promotion (article L1226-8 du C. trav.). Si l’employeur motive un licenciement en conséquence directe de l’arrêt de travail, le juge peut proposer la réintégration du salarié.

SALARIÉ APTE AVEC RESERVES : OBLIGATION DE L’EMPLOYEUR

Si le salarié est déclaré apte avec réserves, l’employeur ne peut pas le licencier pour inaptitude. Il doit prendre en considération les mesures individuelles proposées par le médecin du travail. Ces mesures peuvent être par exemple un mi-temps thérapeutique ou une adaptation du poste de travail.

Pour envisager un licenciement, l’employeur doit caractériser son impossibilité de proposer au salarié son poste aménagé en fonction des préconisations du médecin du travail, ou un emploi similaire au sein de l’entreprise (Cass. Soc. 6 février 2013 : n°11-28038).

Sur le même sujet

suivi médical salarié
Conseils RH
Le suivi médical du salarié : tout ce qu’il faut savoir 15 octobre 2021

Tout au long de la carrière d’un salarié, la médecine du travail intervient à différents moments. Ces interventions permettent un suivi médical du salarié pour garantir sa santé et sa sécurité. Revoyons ensemble tout ce qu’il faut savoir concernant le suivi médical du salarié. Suivi médical du salarié : une obligation légale Le suivi médical […]

Contrôle pass sanitaire
Conseils RH
Contrôle du pass sanitaire : comment procéder ? 12 octobre 2021

Le contrôle du pass sanitaire fait l’objet de nombreuses questions. Le Ministère du Travail, puis la CNIL ont publié un ensemble de questions-réponses concernant le pass sanitaire et la vaccination. La CNIL a apporté une mise au point sur les possibilités de contrôle par les employeurs et précise les règles relatives à la protection des […]

Les modalités de la période d'essai
Conseils RH
,
Paie pratique
Les modalités de la période d’essai 11 octobre 2021

La période d’essai permet à l’employeur d’évaluer les capacités du salarié à remplir ses fonctions et au salarié de se rendre compte si le poste lui convient. Cette première phase du contrat de travail n’est pas obligatoire. Pour être applicable, elle doit être inscrite dans le contrat de travail ou la lettre d’engagement. Sa durée […]

FacebookTwitterLinkedInEmail