Actualité paie

La Prime de Partage de la Valeur

2 septembre 2022 par Vincent Langlois - Lecture 4 min.
Prime de Partage de la Valeur

L’article 1 de la Loi portant sur les mesures d’urgences pour la protection du pouvoir d’achat met en place une nouvelle prime appelée « Prime de Partage de la Valeur », ou PPV.

Cette prime vient également remplacer l’ancienne prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (ou PEPA ou Prime Macron) et peut être versée rétroactivement à compter de juillet 2022.

La PPV s’accompagne d’une exonération de cotisations et contributions sociales pour les entreprises ayant mis en place un dispositif d’intéressement ou de participation. Comment en bénéficier ?

Principe et montant de la Prime de Partage de la Valeur

Reprenant le même principe et remplaçant la Prime Macron, la PPV est un dispositif qui vise à inciter les employer à verser une somme annuelle complémentaires à leurs employés. Peuvent ainsi être bénéficiaires :

  • Les salariés et les intérimaires ;
  • Les agents de certains établissements publics ;
  • Les travailleurs handicapés relevant des établissement et services d’aides par le travail (ESAT).

Pouvant être versée rétroactivement à partir du 1er juillet 2022 et pour l’année 2023, elle est également assortie d’exonérations dans certaines limites, à savoir :

  • Un montant maximum de 3 000 € ;
  • Ce même montant maximum, porté à 6 000 €, en cas de signature d’une accord d’intéressement, du versement par un organisme d’intérêt général ou d’un versement aux travailleurs handicapés relevant d’un ESAT.

Dans la limite de ces montant, la prime est exonérée de cotisations sociales. Les salariés dont la rémunération est inférieure ou égale à 3 fois le SMIC bénéficient également d’une exonération d’impôt sur le revenu.

La PPV continuera de s’appliquer en 2024 selon les modalités suivantes :

  • Le versement sera possible à tous les salariés ;
  • L’exonération de cotisations sociales sera maintenue ;
  • L’exonération d’impôt sur le revenu sera supprimée ;
  • Les montants maximums et les conditions de versement resteront inchangés.

Modulation du montant de la prime

Il est possible de moduler le montant de la prime selon les bénéficiaires en fonction de plusieurs critères, à savoir :

  • La rémunération du salarié ;
  • Son ancienneté dans l’entreprise ;
  • Son niveau de classification ;
  • La durée de présence effective pendant l’année écoulée ou la durée de travail prévue dans le contrat de travail, telle que déterminée pour le calcul du coefficient de la réduction générale.

Les congés maternité, paternité, d’adoption ou d’éducation sont à assimiler à des périodes de présence effectivement pour la détermination du montant de la prime. Ces congés ne peuvent pas avoir pour effet de réduire le montant de la PPV.

Quel que soit son montant, la prime de partage de la valeur ne peut se substituer à un aucun des éléments de rémunération obligatoirement versés par l’employeur prévus par la loi, le contrat de travail ou l’usage. Elle ne peut pas non plus se substituer à une augmentation de rémunération ni à une autre prime prévue par accord salarial, par le contrat de travail ou par les usages en vigueur.

Mise en place de la PPV et versement

Les modalités de mise en place de la prime font l’objet d’un accord d’entreprise ou de groupe conclu selon différentes modalités, à savoir :

  • Une convention ou un accord collectif de travail ;
  • Un accord entre l’employeur et les représentants d’organisations syndicales représentatives dans l’entreprise ;
  • Un accord conclu au sein du CSE de l’entreprise ;
  • Une ratification d’un projet d’accord proposé par l’employeur à la majorité des deux tiers de l’ensemble du personnel.

A savoir :
La prime peut également être établie par décision unilatérale de l’employer, qui devra en informer préalablement son CSE. 

Le versement de la prime peut être réalisé en une fois comme en plusieurs, mais dans la limite d’une fois par trimestre au cours de la même année civile.

Exonération de la PPV

L’exonération de cotisations et de contributions de la PPV s’applique dans la limite de 3 000 à 6 000 € par bénéficiaire et par année civile. Elle est conditionnée par la date de versement de la prime et le montant de rémunération du salarié.

Pour les primes versées entre le 1er juillet 2022 et le 31 décembre 2023, si la rémunération annuelle est inférieure à trois fois le SMIC annuel, le forfait social n’est pas dû. La prime est également exonérée d’impôt sur le revenu.

Si la rémunération annuelle est égale à au moins 3 fois le SMIC annuel ou que la prime est versée à compter du 1er janvier 2024, l’exonération de cotisations et contributions sociales patronales et salariale ne porte pas sur la CSG-CRDS. La prime sera assujettie au forfait social dans les mêmes conditions applicables à l’intéressement pour les entreprises qui en sont redevables et ne sera pas exonérée d’impôt sur le revenu.

A savoir :
Quelle que soit la période de versement de la prime et le montant de la rémunération du salarié, l’exonération porte également sur les participations à l’effort de construction ainsi que sur les taxes et contributions liées à la formation et à l’apprentissage. 

 Simplifiez le versement des primes à vos salariés
et le calcul de leur exonération : Contactez-nous !

Quelles modalités déclaratives ?

Pour le traitement de la prime de partage de la valeur en DSN, le code type de personne à utiliser pour la déclaration de la prime est le CTP 510 (CTP à 0% sans incidence sur le montant des cotisations dues par l’employeur).

Pour déclarer la CSG et la CRDS sur les montants de prime non exonérés, le CTP 260 doit être utilisé.

Le CTP 012 doit être utilisé pour déclarer le forfait social dû sur les montants de prime perçus par les personnes employées dans des entreprises de 250 salariés ou plus, et dont la rémunération est supérieure ou égale à 3 fois le SMIC.

Si le montant reversé dépasse les 3 000 ou 6 000 €, la partie qui excède le seuil est soumis à cotisations et contributions selon les cas. Ce dépassement doit être déclaré dans les conditions habituelles en utilisant les CTP courants.

Consultez la fiche net-entreprises pour en savoir plus !

Tags:

Sur le même sujet

Personnes vulnérables Covid-19, télétravail et activité partielle
Actualité paie
Personnes vulnérables Covid-19, télétravail et activité partielle 5 septembre 2022

Du fait de leur âge et/ou de leur état de santé, certains salariés sont plus fragiles face au Covid-19. Qui peut être considéré comme un salarié vulnérable selon les critères fixés par le Gouvernement ? Dans quelles conditions ces salariés peuvent-ils être placés en activité partielle ? Faisons le point sur les critères officiels à […]

RSA
Actualité paie
La revalorisation du RSA en 2022 1 septembre 2022

Le Revenu de Solidarité Active, ou RSA, est une prestation versée par la CAF. Chaque année, son montant est revalorisé. En raison de l’inflation, plusieurs revalorisation ont eu lieu au cours de l’année 2022. Au 1er avril 2022, le revenu de solidarité active (RSA) a été revalorisé. Celui-ci représente la fraction totalement insaisissable dans le […]

Bonus malus taux assurance chômage CDD
Actualité paie
Réforme assurance chômage : le système de bonus-malus 29 août 2022

Dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage annoncée par le gouvernement, un système de bonus-malus a été mis en place début 2021 pour limiter les recours des entreprises aux contrats à court-terme. Le système de bonus-malus a ainsi pour but d’inciter financièrement les entreprises à privilégier des CDD plus longs ou des CDI. […]

FacebookTwitterLinkedInEmail