Actualité paie

Loi Macron : évolution des charges sociales sur l’attribution d’actions gratuites

10 août 2015 par Cyril Legrix - Lecture 2 min.
Evolution des charges sociales sur l'attribution d'actions gratuites

La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, connue aussi comme la « Loi Macron », vient d’être promulguée et publiée dans le Journal Officiel vendredi, le 7 août 2015. Les mesures réglementaires de cette loi s’articulent autour de trois grands principes : Libérer, Investir et Travailler. Dans le cadre du Titre II « Investir », L’Assemblée Nationale a également adopté des mesures pour inciter les entreprises à recourir à l’actionnariat salarié en permettant l’attribution d’actions gratuites.

L’ATTRIBUTION DES ACTIONS GRATUITES – POURQUOI ?

Cette mesure favorise en premier lieu le développement des start-ups. Ces jeunes pousses ne peuvent pas se permettre d’offrir des salaires qui attirent les meilleurs talents nécessaires à leur développement.  Elles trouvent dans ce dispositif un moyen de rémunération alternatif.

Le régime fiscal des actions gratuites étant dissuasif, elles étaient très peu utilisées jusqu’à présent. D’une côté, la différence entre la valeur de l’action au moment où elle était distribuée et celui où elle était définitivement acquise par le salarié (après deux ans minimum)  était considérée comme un gain soumis au même régime que le salaire imposable.  De l’autre côté, lors de la vente de ce type d’actions, le gain obtenu était imposée comme un revenu du patrimoine et faisait l’objet d’une contribution salariale spécifique de 10 %.

LA REFORME DE L’ACTIONNARIAT SALARIE – QUE CHANGE ?

Avec la Loi Macron, le régime fiscal des actions gratuites devient plus attractif. Il se rapproche de celui des actions. Il apporte des réductions de charges sociales et  des mesures relatives à la réduction des périodes d’acquisition et de conservation des actions. Voilà les changements concrets à partir du premier semestre 2016 :

  • Les bons de souscription en parts de créateur d’entreprise (BSPCE) sont simplifiés. Les start-ups peuvent ainsi attribuer  des actions gratuites sur leurs titres aux salariés de leurs filiales.
  • Le dispositif des actions de performance est simplifié et sa fiscalité est ramenée au niveau des standards européens :
    • Les cotisations patronales sont ramenées au niveau du forfait social (20%). Elles sont dues lors de l’acquisition par le salarié. Il y a une franchise de cotisations pour les PME n’ayant jamais versé de dividendes.
    • Le salarié est désormais soumis à un régime unique : plus de cotisations salariales, CSG-CRDS à 15,5% et imposition selon le régime des plus-values mobilières.

Tags:

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail