Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Actualité paie

Biométrie sur les lieux de travail : nouvel encadrement par la CNIL

3 avril 2019 par Alexandra Maftei - Lecture 2 min.

Suite à l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données (RGPD) il y a presque un an, les données biométriques générées pour donner accès aux salariés à certains sites et à des applications sont considérées comme sensibles. Afin d’encadrer le recours à la biométrie sur les lieux de travail, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) vient d’adopter un règlement type. Voici une synthèse de toutes les nouvelles conditions à respecter par les employeurs.

RECOURS À LA BIOMÉTRIE SUR LE LIEU DE TRAVAIL

Respecter le règlement type élaboré par la Cnil

Sont considérées comme données biométriques celles permettant à tout moment l’identification de la personne concernée sur la base d’une réalité biologique qui lui est propre, permanente et dont elle ne peut s’affranchir (par exemple, son empreinte digitale ou l’iris de son œil). Le RGPD les a donc qualifiées de « données sensibles », leur traitement pouvant générer des risques importants en cas de violation des données. Voilà pourquoi le recours par l’employeur à des dispositifs d’identification biométrique doit être bien justifié et encadré. Les conditions de recours à ce type de dispositifs sont désormais fixées par le règlement type relatif à la mise en œuvre de la biométrie sur les lieux de travail, publié au Journal officiel le 28 mars 2018.

Il énumère d’abord les seuls cas où l’usage de la biométrie est autorisé en entreprise, notamment pour contrôler l’accès aux locaux, au matériel ou encore aux applications informatiques limitativement identifiés par l’employeur. L’employeur est également obligé de justifier le recours à la biométrie de façon documentée. Il doit indiquer le contexte, les enjeux, les contraintes techniques etc. qui peuvent démontrer la nécessité de recourir au traitement de ce type de données.

D’ailleurs, le règlement type fixe aussi les données biométrique pouvant être utilisées en vue de l’identification des salariés. Uniquement celles basées sur des caractéristiques morphologiques sont autorisées (voix, iris, visage, démarche, empreinte digitale etc.).

Informer les salariés concernés

Renforçant une obligation issue du RGPD, les employeurs souhaitant recourir aux dispositifs biométriques pour contrôler l’accès aux espaces, aux applications et aux outils de travail sont tenus d’informer les salariés concernés. En revanche, le consentement des salariés n’est pas nécessaire.

Si c’est le cas, l’employeur doit respecter également l’obligation de consulter et informer le comité social et économique avant d’utiliser la biométrie. Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit aussi être consulté avant toute décision modifiant les conditions de travail. L’installation de dispositifs de traitement des données biométriques  rentre dans ce cadre.

Réaliser une « analyse d’impact relative à la protection des données »

Compte tenu du risque élevé pour les droits et libertés des salariés, les employeurs sont obligés de réaliser une analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD). Cette analyse implique l’identification des risques potentiels ainsi que, le cas échéant, les mesures prises pour limiter les risques. Elle doit obligatoirement être effectuée avant la mise ne œuvre de tout traitement de données biométriques.

De plus, l’AIPD doit être mise à jour régulièrement (au moins tous les 3 ans) concernant l’évaluation des risques ainsi que les mesures de sécurité supplémentaires qui en découleraient.

L’actualité

Actualité paie
« Barème Macron » : les Prud’Hommes maintiennent leur opposition 11 septembre 2019

Le 17 juillet 2019, la Cour de Cassation avait rendu son avis validant le nouveau barème d’indemnisation en cas de licenciement sans cause réelle. Ce positionnement favorable envers le nouveau « barème Macron » n’avait pas fait l’unanimité auprès des Conseils des Prud’Hommes. Actuellement, deux conseils ont refusé de suivre la position de la Cour […]

Actualité paie
Contribution formation 2019 : n’oubliez pas l’acompte ! 9 septembre 2019

Dans le cadre de la loi Avenir Professionnel, le recouvrement de la contribution à la formation professionnelle et de la taxe d’apprentissage sera transféré à aux URSSAF (à partir des rémunérations de 2021). Ainsi, les employeurs d’au moins 11 salariés devront verser un acompte sur la contribution formation aux opérateurs de compétences, et ce avant […]

Actualité paie
Le contrat d’accès à l’entreprise 2 septembre 2019

Entré en vigueur le 1er juillet 2019, le contrat d’accès à l’entreprise est une nouvelle forme de Contrat à Durée Déterminée. Bien qu’encore à titre expérimental, son principal objectif est de faciliter l’insertion professionnelle de personnes qui rencontrent des difficultés d’accès à l’emploi. Ce type de contrat est réalisable partout en France métropolitaine et d’Outre-Mer, […]

FacebookTwitterLinkedInEmail