Conseils RH

Un CDD unique pour remplacer plusieurs salariés

6 janvier 2020 par Vincent Langlois - Lecture 2 min.
CDD d'usage

Depuis septembre 2018, la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel permettait, à titre expérimental, d’avoir recours à un seul CDD en remplacement pour plusieurs salariés. Les secteurs d’activités pouvant y avoir recours restaient à être définis par décret. Fin 2019, le décret tant attendu est enfin paru.

Pourquoi recourir au CDD de remplacement ?

Par définition, un Contrat à Durée Déterminée est conclu pour l’exécution d’une tâche précise et temporaire. Il doit également justifier d’un motif correspondants à ceux listés dans le Code du Travail.

Pour autoriser l’employeur à avoir recours au CDD de remplacement d’un salarié, une des situations suivantes doit être avérée :

  • L’absence du salarié remplacé ;
  • Un passage provisoire d’un temps plein à un temps partiel ;
  • Une suspension du contrat de travail du salarié ;
  • Un départ définitif précédant la suppression de son poste de travail, après consultation du Comité Social et Économique ;
  • L’attente d’une entrée en service effective d’un salarié recruté par CDI appelé à remplacer.

Toutefois, il est impossible de signer le CDD de remplacement d’un seul salarié en cas d’absence.

Signer un CDD de remplacement de plusieurs salariés dans une optique de remplacements partiels successifs sur des périodes d’absences fréquentes des salariés, comme les périodes de vacances par exemple, est également interdit.

Il est cependant possible, par dérogation aux dispositions du Code du Travail, de signer un seul CDD pour remplacer plusieurs salariés dans certains secteurs d’activités. Il s’agît du CDD unique de remplacement.

Dans quels secteurs signer un CDD unique de remplacement ?

A titre expérimental, et jusqu’au 31 décembre 2020, plusieurs secteurs d’activités peuvent avoir recours au CDD unique de remplacement. Ces secteurs sont les suivants :

  • Les domaines sanitaire, social et médico-social ;
  • La propreté et le nettoyage ;
  • L’économie sociale et solidaire (définies par l’article 1 de la loi n°201-856 du 31 juillet 2014) ;
  • Le secteur du tourisme en zone de montagne uniquement ;
  • Les commerces de détails et de gros, à prédominance alimentaire ;
  • La plasturgie ;
  • La restauration collective ;
  • Les domaines du sport et d’équipements de loisirs ;
  • Le transport routier et les activités qui lui sont auxiliaires ;
  • Les industries alimentaires ;
  • Le service à la personne.

Tags:

Sur le même sujet

référent santé et sécurité
Conseils RH
Le référent santé et sécurité au travail de l’entreprise 29 septembre 2022

Une bonne entreprise possède parmi ses atouts une bonne politique de prévention. Pour l’appliquer efficacement, le référent santé et sécurité au travail (ou aussi « préventeur ») assiste l’employeur, notamment pour évaluer les risques professionnels et planifier des actions de prévention. Autour de ce rôle, de nombreuses questions peuvent se poser : Est-il obligatoire d’avoir un tel […]

DUER
Conseils RH
Rédiger le DUER de son entreprise 29 septembre 2022

Un employeur se doit d’évaluer les risques professionnels liés à l’activité de son entreprise auxquels seront exposés les salariés. Une bonne évaluation des risques permet de mettre en place des mesures de prévention et de protection efficaces. Une fois relevés, les risques professionnels doivent être retranscrits dans un Document Unique d’Évaluation des Risques professionnels, ou […]

accidents du travail bénins
Conseils RH
Le registre des accidents du travail bénins 29 septembre 2022

Il peut arriver qu’un salarié soit victime d’un accident du travail. Dans certains cas de figure, l’accident peut être suffisamment léger pour être considéré comme bénin. En établissant un registre des accidents du travail bénins, l’employeur peut éviter une déclaration d’accident du travail. Anciennement, une autorisation de la CARSAT était nécessaire à l’ouverture d’un tel […]

FacebookTwitterLinkedInEmail