Paie pratique

Travail à 35 heures : 20 ans après

17 septembre 2020 par Vincent Langlois - Lecture 2 min.
35 heures

Le 1er février 2000, la Loi Aubry passait la durée légale du temps de travail à 35 heures dans les entreprises de plus de 20 salariés. Depuis sa mise en place, cette loi a toujours suscité des critiques, mais n’a jamais été supprimée. Son dispositif a cependant été sujet à plusieurs aménagements.

35 heures : avancée sociale ou frein à la compétitivité ?

20 après la mise en place des 35 heures, cette loi alimente toujours le débat. Pourtant, les 35 heures ne sont qu’une durée légale de travail, pas une durée effective. Cette durée n’affecte pas non plus les indépendants, les artisans ou encore les professions libérales.

Les cadres et les salariés en forfait jour ne sont pas non plus concernés par les 35 heures : leur temps de travail n’est pas décompté en heures, mais en jours de travail sur l’année. Par exemple, 40% des cadres travaillent plus de 40 heures par semaine, et 24% plus de 45 heures par semaine.

L’Insee s’est également penché sur l’évolution du temps de travail : actuellement, plus de la moitié des salariés à temps plein travailleraient plus de 35 heures par semaine.

Une loi sujette à de nombreux aménagements

Les 35 heures, depuis 20 ans, ont été assouplies, contournées, aménagées,… mais jamais supprimées. Bien qu’en 20 ans aucun gouvernement n’aie osé revenir sur les 35 heures, c’est dès 2003 que la loi a été aménagée :

  • En premier lieu via des mesures qui augmentaient le volume d’heures supplémentaires possibles ;
  • Puis en exonérant ces mêmes heures supplémentaires d’impôts et de cotisations sociales (sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, puis supprimé par François Hollande, pour être partiellement rétabli par Emmanuel Macron).

Un nouvel aménagement est appliqué en 2013 : les accords de maintien dans l’emploi permettent aux entreprises en difficulté d’augmenter provisoirement le temps de travail de leurs salariés.

La loi Travail (ou loi El Khomri) de 2016 vient étendre le forfait jour aux PME. En 2017, les ordonnances sur le Code du Travail viennent assouplir un peu plus les modalités pour modifier le temps de travail.

L’épidémie de coronavirus de 2020 a également impacté les 35 heures : en effet, l’ordonnance du 25 mars 2020 prévoit la possibilité de déroger temporairement et exceptionnellement à la durée maximale de temps de travail. Cette dérogation s’applique jusqu’au 31 décembre 2020.

Les RTT pour ceux qui travaillent plus de 35 heures

La Réduction du Temps de Travail (ou RTT) est un dispositif qui permet d’attribuer des demi-journées, voire des journées entières, de repos à un salarié qui travaille plus que 35 heures par semaine.

Le bénéfice des RTT est fixé par convention ou accord. L’accord fixe également les conditions pour cumuler les RTT :

  • Soit par forfait : le salarié bénéficie d’un nombre défini de jours de RTT sur l’année ;
  • Soit au fur et à mesure que le salarié effectue des heures de travail.

Un salarié qui bénéficie de RTT est rémunéré dans les conditions habituelles, son salaire est maintenu. Au-delà de 39 heures de travail hebdomadaire, ces heures sont rémunérées comme des heures supplémentaires.

Sur le même sujet

Avantage en nature véhicule
Paie pratique
Avantage en nature véhicule : définition et calcul 28 novembre 2022

Lorsqu’un véhicule d’entreprise est mis à la disposition d’un salarié qui l’utilise à des fins à la fois professionnelles et personnelles, l’utilisation privée constitue un avantage en nature. Il importe peu que l’employeur soit propriétaire ou locataire du véhicule (voiture en leasing). Nous vous présentons les conditions permettant le chiffrage de l’avantage en nature véhicule […]

avantage en nature
Paie pratique
Avantage en nature : les valeurs 2022 28 novembre 2022

Les avantages en nature font partie de la rémunération de vos salariés. A ce titre, ils sont soumis aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu. L’avantage en nature nourriture ainsi que celui relatif au logement sont revalorisés le 1er janvier sur la base de l’évolution du taux prévisionnel de l’indice des prix (hors […]

Paie pratique
BTP congés intempéries : les taux de cotisation 2022-2023 25 novembre 2022

Chaque année, les entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) ont l’obligation de cotiser au fonds du régime de chômage intempéries. Les taux de cette cotisation pour la période du 1er avril 2022 au 31 mars 2023 ont été fixés par un arrêté du 21 octobre 2022. L’abattement pratiqué sur les salaires soumis à […]

FacebookTwitterLinkedInEmail