Paie pratique

BTP : Le temps de trajet est-il inclus dans le temps de travail ?

18 août 2023 par Alina Popovici - Lecture 3 min.
temps de trajet btp

Une des principales problématiques récurrentes dans la paie BTP est le décompte du temps de trajet. Celui-ci peut être domicile-chantier, siège-chantier ou entre deux chantiers, selon l’usage ou non du véhicule personnel du salarié. Dans quelles situations le temps de trajet devient-il alors un temps de travail effectif ?

Employeurs du BTP : quand devez-vous payer une indemnité de trajet à vos salariés et quel barème d’exonération appliquer en 2023 ?

Différence entre temps de travail effectif et temps de trajet

Le temps durant lequel le salarié est à la disposition de son employeur et doit se conformer à ses directives constitue le temps de travail effectif (article L. 3121-1 du Code du travail). Celui-ci est rémunéré comme tel et peut ouvrir droit aux heures supplémentaires. C’est le cas des trajets entre l’entreprise et le chantier ou entre deux chantiers.

En principe, le temps de trajet domicile-chantier ne constitue pas un temps de travail effectif. Il est considéré comme le temps nécessaire pour se rendre sur le lieu d’exécution du travail.

Une indemnité de trajet ou « de petit déplacement » est prévue par la convention collective des ouvriers du Bâtiment. Celle-ci est forfaitaire et journalière. Elle varie en fonction de la distance des chantiers.

Temps de travail effectif selon la situation

Il est fréquent que dans les entreprises du Bâtiment, les salariés passent par le siège de l’entreprise avant de se rendre sur les chantiers. La jurisprudence considère que le temps de transport des salariés entre l’entreprise et le chantier doit être considéré comme du temps de travail effectif (Cass. soc. , 31 mars 1993, no 89-40.865 ; Cass. soc. , 16 juin 2004, no 02-43.685).

On distingue donc deux situations :

Passage par le siège obligatoire Passage par le siège facultatif
Les salariés sont en situation de travail
effectif dès l’arrivée le matin au siège de
l’entreprise jusqu’au retour définitif le soir.

→ Ce temps doit être rémunéré comme du temps de travail effectif.

→ L’employeur est aussi tenu de leur
verser l’indemnité de trajet
correspondante (sauf si l’ouvrier est logé gratuitement sur le chantier/dans sa
proximité immédiate).

Les salariés sont en situation de travail
effectif dès l’arrivée dès l’arrivée sur le chantier jusqu’au retour définitif le soir.

→ Le temps passé à se rendre sur le chantier n’est pas considéré comme temps de travail effectif.

→ L’employeur n’est tenu de verser à ses
salariés l’indemnité de trajet.

 

En conclusion, pour les ouvriers du BTP, les temps de trajet ne sont pas décomptés comme du temps de travail effectif dès lors que :

  • ils ont la possibilité de se rendre directement sur le chantier, sans avoir à passer obligatoirement par l’entreprise ;
  • ils ont la simple faculté, et non l’obligation, de se rendre à l’entreprise pour bénéficier des moyens de transport assurés par l’employeur pour se rendre sur les chantiers.

Par ailleurs, en ce qui concerne le retour des chantiers, il peut arriver que les salariés soient empêchés de rentrer chez eux en raison de l’éloignement d’un chantier. Pour ceux-ci une indemnisation différente est appliquée. Elle porte le nom de « grand déplacement » et les frais peuvent être remboursés sur la base forfaitaire ou au réel.

Simplifiez votre gestion paie : contactez-nous !

Frais de déplacement BTP : limite d’exonération 2023

Les indemnités de trajet à verser par les entreprises du BTP à certains salariés, sous les conditions expliquées ci-dessus, sont exonérées en fonction d’un barème particulier. Ces nouvelles valeurs ont été déterminées en fonction du barème fiscal de l’indemnité kilométrique.


Distance du trajet (aller-retour)* Limite d’exonération
quotidienne
5 – 10 km 3,00 €
10 – 20 km 6,10 €
20 – 30 km 9,10 €
30 – 40 km 12,10 €
40 – 50 km 15,20 €
50 – 60 km 18,20 €
60 – 70 km 21,20 €
70 – 80 km 24,20 €
80 – 90 km 27,30 €
90 – 100 km 30,30 €
100 – 110 km 33,30 €
110 – 120 km 36,40 €
120 – 130 km 39,40 €
130 – 140 km 42,40 €
140 – 150 km 45,50 €
150 – 160 km 48,50 €
160 – 170 km 51,50 €
170 – 180 km 54,50 €
180 – 190 km 57,60 €
190 – 200 km 60,60 €

*Distance appréciée par référence au siège social ou à l’établissement de rattachement de l’entreprise

Enfin, précisons que ces indemnités sont exonérées de cotisations au titre des frais professionnels uniquement si l’employeur ne pratique pas la déduction forfaitaire spécifique au secteur. Dans le cas contraire, ces indemnités de petits déplacements doivent être réintégrées dans l’assiette de cotisations.

Sur le même sujet

Contrat de professionnalisation
Paie pratique
Contrat de professionnalisation : salaire 2024 1 février 2024

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail en alternance qui offre à son bénéficiaire la possibilité d’acquérir un savoir théorique en cours et un savoir-faire pratique au sein d’une ou plusieurs entreprises. Qui peut bénéficier de ce type de contrat ? Quelle procédure suivre et quelle rémunération minimale au 1er janvier 2024 ? […]

Les charges patronales : taux et assiettes 2023
Paie pratique
Les charges patronales : taux et assiettes 2024 31 janvier 2024

Dans le cadre de la rémunérations des salariés par l’employeur, chaque partie contribue au paiement de charges. On distingue les charges salariales et les charges patronales. Bien que les premières correspondent à la différence entre le salaire brut et le salaire net du salarié, les secondes viennent s’ajouter à la rémunération versée par l’employeur et […]

Gratification stage
Paie pratique
Gratification stage : fiche de paie obligatoire ? 31 janvier 2024

Si vous avez fait le choix d’accueillir un stagiaire au sein de votre société, voici un certain nombre d’informations à prendre en compte. Les obligations sont nombreuses, en particulier quand le stagiaire reste plus de deux mois. En effet, tous les stages d’une durée supérieure à deux mois doivent être rétribués par une gratification stage […]

FacebookTwitterLinkedInEmail