Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Actualité paie

La réforme des retraites : à quoi s’attendre pour 2018 ?

28 juillet 2017 par Xavier Theoleyre - Lecture 2 min.

La réforme des retraites est un des plus ambitieux projets du programme d’Emmanuel Macron, prévus pour l’année 2018. Celle-ci propose l’instauration d’un nouveau système universel où la retraite serait calculée à partir des cotisations versées ainsi que de l’espérance de vie.

réforme des retraites

SYSTÈME DE RETRAITE ACTUEL

Pour l’instant, les retraites du régime général sont calculées à partir du salaire annuel moyen perçu par chaque salarié tout au cours de sa carrière. Le salaire moyen est multiplié par un taux de liquidation qui peut varier en fonction du nombre de trimestres cotisés.

Actuellement, le système des retraites comporte plus de 40 régimes différents. Le président de la République  souhaite uniformiser le système en appliquant les mêmes règles de calcul pour tous.

RÉFORME DES RETRAITES PRÉVUE PAR MACRON

Le président Macron a l’intention de modifier les règles de calcul de régime en créant pour chaque personne un compte virtuel (« compte notionnel ») sur lequel seraient enregistrées l’ensemble des cotisations retraite versées. Lors du départ d’un salarié à la retraite, toutes les sommes versées au cours de la carrière seront retenues. Ensuite, celles-ci seront divisées par le nombre d’années de vie restantes « en théorie ». L’évaluation de ce nombre sera effectuée à partir de l’espérance de vie pour la classe d’âge concernée. Le président a mentionné aussi que l’âge de départ à la retraite restera inchangé, soit à 62 ans.

Exemple : Un salarié part à la retraite à 63 ans. Il a cotisé 172 000 euros. Si l’espérance de vie pour sa génération est de 80 ans, il lui reste donc  théoriquement 17 ans à vivre. Le montant annuel de sa retraite sera alors égal à 172 000 / 17 =  10 117 euros par an, soit 843 euros par mois.

Les cotisations versées à ce jour continueront à payer les pensions des actuels retraités, le régime par répartition étant conservé. Les cotisations d’assurance retraite ne seront pas supprimées et seront encore prélevées sur les salaires, contrairement aux cotisations d’assurance  chômage et maladie que le gouvernement prévoit à supprimer dès 2018. Les taux de cotisation continueront aussi à différer en fonction des statuts (salariés, indépendants, etc.)

En ce qui concerne les salariés exposés aux travaux pénibles, ceux-ci sont considérés comme ayant une espérance de vie réduite. Le programme prévoit que la « pénibilité »  sera retenue dans la formule de calcul de retraites, mais des informations plus précises sont encore à attendre de la part de gouvernement.

ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA REFORME DES RETRAITES

Selon Emmanuel Macron, les conditions de départ pour les salariés qui sont à moins de 5 ans de la retraite resteront inchangées. Pour les autres, la transition va être faite graduellement. En accord avec le calendrier émis par le gouvernement le 6 juin 2017, les discussions autour de la réforme des retraites devraient commencer au cours de l’année 2018.

Tags:

Sur le même sujet

Actualité paie
La prime Macron pour le pouvoir d’achat en 2020 27 février 2020

La prime exceptionnelle pour le pouvoir d’achat mise en place par le Gouvernement fin 2018 est reconduite pour la période 2019 – 2020. Pouvez-vous l’appliquer ? Comment en faire bénéficier vos salariés ? Nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir dans cet article. La prime pour le pouvoir d’achat reconduite Le projet de loi de financement […]

Actualité paie
Loi PACTE : les effets sur le calcul des cotisations sociales 25 février 2020

La loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 (JO du 23 mai 2019) relative à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) modifie, entre autres, les règles d’assujettissement et de calcul des cotisations sociales. Via une information publiée le 12 juillet 2019, l’Urssaf apporte des précisions sur la réforme des règles de calcul des […]

Actualité paie
Le bulletin de paie dématérialisé 13 février 2020

La loi Travail autorise les employeurs de proposer à leurs salariés un bulletin de paie dématérialisé depuis le 1er janvier 2017. Pour ce faire, ils doivent respecter certains conditions. Les employeurs ont également la possibilité de refuser le passage au numérique de leur fiche de paie. Le bulletin de paie dématérialisé : plus facile depuis […]

FacebookTwitterLinkedInEmail