Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Actualité paie

Réforme de l’assurance chômage : que prévoit l’accord ?

28 février 2018 par Lavinia Burcea - Lecture 2 min.

En date de 22 février 2018, les partenaires sociaux ont réussi finalement à trouver un accord cadre sur la future convention d’ assurance chômage. Toutefois, vu que les syndicats subordonnent leur signature à l’engagement par l’État d’en respecter tous les termes, le processus n’est pas complètement finalisé. Les trois principaux points de l’accord portent sur les salariés démissionnaires, les contrats de travail courts et les travailleurs indépendants.

REFORME ASSURANCE CHÔMAGE : SALARIES DÉMISSIONNAIRES

Sous réserve de justification d’une ancienneté ininterrompue de 7 ans dans l’emploi, les salariés qui démissionnent pourront aussi bénéficier d’une indemnisation chômage selon les mêmes modalités que les salariés licenciés. Une autre condition essentielle est que les salariés démissionnaires aient un «projet de reconversion professionnelle réel et sérieux», nécessitant également une formation qualifiante ou complémentaire après une validation des acquis de l’expérience (VAE).

Avant toute démission, le projet de reconversion devra être validé par une commission paritaire régionale. Le salarié aura ensuite 6 mois pour démissionner.

Avant sa mise en place, le projet sera contrôlé par Pôle emploi, lors d’un «entretien de suivi approfondi».

CONTRATS COURTS

Afin de modérer le recours aux contrats courts et d’allonger les durées d’emploi, d’ici fin 2018, l’ensemble des  branches professionnelles seront obligées d’ouvrir des négociations. En absence de celles-ci, conformément au document d’orientation transmis par le gouvernement, des incitations financières (bonus-malus) seront mises en place.

CHÔMAGE POUR LES INDÉPENDANTS

En ce qui concerne les travailleurs indépendants, l’accord ne prévoit pas l’intégration à l’Unedic  mais plutôt dans un dispositif public, financé par l’impôt. En cas de liquidation judiciaire, les intéressés bénéficieraient d’une prestation spécifique. Selon les partenaires sociaux, en plus des prestations complémentaires, des régimes privés pourraient être aussi proposés.

Lors des prochaines évolutions réglementaires, avant  fin 2018, les « nouveaux travailleurs », comme les travailleurs des plateformes (Uber, Deliveroo, etc) continueront à bénéficier de la protection sociale.

Ces négociations n’ayant pas abouti, le gouvernement a décidé de légiférer sur l’assurance chômage le 18 juin 2019.

Dernière mise à jour le 1er juillet 2019

Sur le même sujet

Actualité paie
La prime Macron pour le pouvoir d’achat en 2020 27 février 2020

La prime exceptionnelle pour le pouvoir d’achat mise en place par le Gouvernement fin 2018 est reconduite pour la période 2019 – 2020. Pouvez-vous l’appliquer ? Comment en faire bénéficier vos salariés ? Nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir dans cet article. La prime pour le pouvoir d’achat reconduite Le projet de loi de financement […]

Actualité paie
Loi PACTE : les effets sur le calcul des cotisations sociales 25 février 2020

La loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 (JO du 23 mai 2019) relative à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) modifie, entre autres, les règles d’assujettissement et de calcul des cotisations sociales. Via une information publiée le 12 juillet 2019, l’Urssaf apporte des précisions sur la réforme des règles de calcul des […]

Actualité paie
Le bulletin de paie dématérialisé 13 février 2020

La loi Travail autorise les employeurs de proposer à leurs salariés un bulletin de paie dématérialisé depuis le 1er janvier 2017. Pour ce faire, ils doivent respecter certains conditions. Les employeurs ont également la possibilité de refuser le passage au numérique de leur fiche de paie. Le bulletin de paie dématérialisé : plus facile depuis […]

FacebookTwitterLinkedInEmail