Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Mi-temps thérapeutique : les principes du dispositif

16 novembre 2018 par Aurélie Moinas - Lecture 2 min.

Le mi-temps thérapeutique permet aux salariés en incapacité de travail pour cause de maladie ou d’accident de reprendre le travail de manière progressive, à temps partiel. Cette solution leur offre aussi l’avantage de conserver leur rémunération. Le point sur la procédure à suivre et les particularités du dispositif.

LE MI-TEMPS THÉRAPEUTIQUE : PROCÉDURE

Le principe du temps partiel thérapeutique, appelé “mi-temps thérapeutique” repose sur la transition entre la convalescence et la reprise du travail à temps plein d’un salarié.

L’arrêt de travail dû à une maladie professionnelle, à un accident de travail ou à une maladie indemnisée par la sécurité sociale peut engendrer la reprise du travail d’un salarié à temps partiel, avec des horaires allégés.

4 accords sont nécessaires afin que le salarié puisse travailler à mi-temps thérapeutique :

1)      Le premier accord doit être donné par le médecin traitant lors d’un contrôle médical ;

2)      L’accord suivant doit être obtenu de la part de la Sécurité sociale ;

3)      Ensuite, l’employeur doit aussi donner son feu vert ;

4)      Enfin, le dernier accord doit être obtenu de la part du médecin du travail qui vérifie si le patient est bien apte à son poste et détermine aussi  l’aménagement du temps de travail.

LE MI-TEMPS THÉRAPEUTIQUE : RÉMUNÉRATION

L’article L 323-3 du Code de la Sécurité sociale prévoit deux situations quand le versement des indemnités journalières peut être maintenu en totalité ou en partie, pendant une durée fixée par la caisse. La première vise l’amélioration de l’état de santé de l’assuré suite à la reprise du travail et la 2ème, la réadaptation professionnelle d’un salarié pour retrouver un emploi compatible avec son état de santé.

Une autre précision apportée par la Sécurité sociale fait référence au montant de l’indemnité maintenue, qui  « ne peut porter le gain total de l’assuré à un chiffre excédant le salaire normal des travailleurs de la même catégorie professionnelle”, sauf cas exceptionnel, apprécié par la caisse.

Le salarié travaillant à mi-temps thérapeutique est payé au prorata du temps effectué. En complément, il reçoit également les indemnités journalières de la part de la Sécurité sociale. Sauf cas exceptionnel, le montant total reçu ne doit pas dépasser le salaire qu’il aurait perçu à temps plein. Hormis dans les cas où aucune durée maximale n’est applicable à la maladie professionnelle ou à l’accident du travail, la durée pendant laquelle le salarié peut bénéficier de ces versements ne peut pas excéder 12 mois.

CONGÉS PAYES ET PROTECTION CONTRE LE LICENCIEMENT

Le travail à mi-temps thérapeutique donne droit au congé légal, à savoir 30 jours ouvrables. Les absences pour cause d’accident ou de maladie sont assimilées à des journées de travail effectif.

En ce qui concerne la protection contre le licenciement, le Code du travail ne prévoit pas de dispositions particulières. Néanmoins, le licenciement, d’un salarié à mi-temps thérapeutique (qu’il soit avec préavis ou avec effet immédiat) même si l’employeur a dûment rempli ses obligations d’information est considéré comme abusif. Dans ce cas, l’employé peut prétendre à des dommages et intérêts.

L’actualité

Conseils RH, Paie pratique
DSN et Attestation Employeur (AED) : la gestion des fins de contrat 20 mai 2019

L’Attestation Employeur Dématérialisée (AED) permet de déclarer auprès de Pôle Emploi les fins de contrat des salariés. Avec l’arrivée de la DSN, cette déclaration est remplacée par un signalement de la fin du contrat de travail. Voici les étapes à suivre pour bien gérer les fins de contrat en DSN ainsi que les dernières nouveautés […]

Conseils RH
Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019 4 avril 2019

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (si c’est le cas). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir. Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et […]

Actualité paie, Conseils RH
Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises 28 mars 2019

Depuis le 1er janvier 2019, une grande partie des entreprises sont obligées par la loi Avenir professionnel, de nommer en interne un «référent harcèlement sexuel». Celui-ci doit être désigné par le CSE. Quel est son rôle et quelles sont ses missions? RÉFÉRENT « HARCÈLEMENT SEXUEL » : DANS QUELLES CONDITIONS EST-IL OBLIGATOIRE ? Pour les entreprises ayant un effectif […]