Conseils RH

Les principaux risques au travail à évaluer dans le DUER

6 juin 2022 par Vincent Langlois - Lecture 5 min.
risques au travail

En tant qu’employeur, vous avez pour obligation de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité physique et mentale des salariés dans leur travail (art. L4121-1 du Code du Travail). Vous êtes également tenu de rédiger un Document Unique d’Évaluations des Risques de votre entreprise, ou DUER. Selon le secteur d’activité de votre entreprise et les missions de vos salariés, certains risques peuvent être plus présents que d’autres. Dans cet article, nous passons en revue les risques les plus fréquents qu’il vous faut impérativement évaluer dans votre DUER.

Les risques d’accidents de la route

C’est actuellement la première cause de mortalité au travail. Si vos salariés sont amenés à utiliser un véhicule pour leur travail, ils seront forcément exposés à un risque d’accident. La gravité d’un accident de la route est variable : elle peut aller de la simple égratignure aux dommages corporels irréversibles, voire même au décès.

Certains salariés sur la route pendant de longues périodes (par exemple les chauffeurs routiers), sont également exposés à des contraintes posturales.

Les risques liés aux contraintes posturales

Les contraintes posturales sont présentes dans de nombreux corps de métiers où une certaine position doit être maintenue pendant plusieurs heures (employés de bureau, chauffeurs routiers,….) ou un effort physique nécessitant une posture précise (ouvriers du bâtiment, travaux public).

Ces contraintes peuvent générer à terme des douleurs physiques et articulaires, principalement des maux de dos ou des douleurs lombaires et cervicales.

Risques liés au port de charges / manutention

Particulièrement fréquent dans les secteurs du bâtiment et du commerce, le port de charges lourdes et la manutention peuvent affecter lourdement la santé de vos salariés. Les principales conséquences sont des douleurs dorsales et lombaires. Dans les cas les plus extrêmes, des risques cardio-vasculaires sont à prévoir. Il est donc particulièrement important d’évaluer ces risques.

Vibrations et risques physiques liés

Concernant principalement les travaux publics, la métallurgie et les secteurs utilisant de la machinerie, les vibrations peuvent causer de lourds dégâts aux membres supérieurs du salarié. Le reste du corps peut également être affecté. Les risques peuvent aller de simples douleurs au dos jusqu’à des invalidités au niveau des membres supérieurs.

Risques d’accident en cas de chute

A partir du moment où un salarié doit travailler à une certaine hauteur (comme sur les chantiers par exemple), le risque de chute est à évaluer impérativement, même si le travail en hauteur est occasionnel.

Au même titre que les risques d’accidents de la route, une chute peut entraîner des blessures légères comme de lourdes séquelles physiques, voire le décès de l’accidenté. Les chutes constituent ainsi la deuxième cause d’accidents mortels au travail.

Travail de nuit et travail en équipes successives-alternantes

Un salarié ou une équipe de salarié devant travailler de nuit ou à un rythme différent des horaires « classiques » sont exposés à plusieurs risques. Globalement, c’est le rythme biologique du salarié qui est affecté. En effet, un rythme de travail de nuit, associé à un sommeil décalé et parfois réduit peut avoir plusieurs conséquences. Les troubles du sommeil et la fatigue sont les plus évidents, mais le risque de développement de cancer et d’accidents cardiovasculaires sont à anticiper sur le long terme !

Risques liés au bruit

Un salarié régulièrement exposé à un bruit fort risque de lourdes pathologies, qui peuvent parfois s’avérer irréversibles. Les salariés principalement concernés sont ceux utilisant des machines bruyantes, ainsi que les salariés du BTP.

De surcroît, le bruit est également une source d’accumulation de stress et de fatigue pour certains salariés, notamment ceux travaillant dans des centres d’appels et/ou des open space. Les conséquences étant moindre que sur un chantier ou en usine, elles restent tout de même non-négligeables et doivent être anticipées.

Risques dus aux températures et risques chimiques

Les salariés travaillant par exemple en pressing, chambre froide, fonderie, etc. peuvent être exposés à des températures extrêmes. Les périodes de fortes chaleurs sont également un facteur de risque supplémentaire.

Les conséquences mineures peuvent être de l’ordre de maux de tête, voire des nausées. Dans les cas les plus extrêmes, l’hypothermie et la déshydratation sont possibles ; la vie du salarié est alors mise en danger. Ces risques ne doivent donc pas être évalués à la légère !

Dans ces mêmes corps de métier, entre autre, des risques liés au contact de produits chimiques. Les risques d’intoxication sont fréquents, même à faibles dose ou exposition. On parle même d’intoxications chroniques. Le risque de développement de cancer est également présent, d’où l’importance vitale d’évaluer ces risques avec précision !

Risques liés aux conditions météorologiques

Les travailleurs en extérieur peuvent être soumis aux intempéries et à de nombreux dangers inhérents aux multiples conditions météorologiques (orages, tempêtes, canicule, etc…). Ces dangers comportent une combinaison de risques naturels et de risques liés à l’emploi d’équipement de travail et d’installations insuffisamment sécurisés.

Certains salariés peuvent être encore plus exposé à ces risques intrinsèques du travail en extérieur, comme par exemple :

  • Le travailleur saisonnier, plus exposé en raison d’un potentiel manque d’information, de formation ou de connaissance des lieux et des procédés à suivre ;
  • Le travailleur isolé, notamment en raison de son éloignement dans l’alerte de risque et des centres de secours.

Bien que les phénomènes météorologiques ne peuvent être empêchés, ils n’ont jamais été aussi précisément anticipables par les services météorologiques. Il est donc de la responsabilité de l’employeur de disposer de moyen d’informations lui permettant de connaître l’évolution des conditions météo. Il doit également :

  • Fournir un équipement de sécurité efficace et adapté aux conditions climatiques ;
  • Sécuriser les lieux de travail de ses salariés et établir des protocoles d’évacuation des lieux en cas d’urgence.

Risques liés au travail sur écran et risques psychosociaux

Bien moins grave physiquement qu’un accident routier ou une chute, le travail sur un écran comporte également des risques. D’autant plus qu’aujourd’hui, la grande majorité des salariés utilise un outil informatique.

Les principaux secteurs affectés par ces risques sont les postes d’employés de bureau et de secrétariat. Les risques encourus sont principalement la fatigue visuelle, les migraines et plus rarement des troubles musculaires. Un salarié qui occupe ce genre de poste peut être également sujet au stress, ce qui l’expose à des risques psychosociaux. Ces-derniers sont à l’origines de l’augmentation fulgurante des cas de burn-out dans les entreprises au cours des dernières années.

Rappel :
Face aux différents risques liés à son cadre de travail, les outils qu’ils utilisent ou encore le lieu de travail, il peut être légitime pour le salarié d’avoir recours à son droit de retrait pour limiter le risque d’accident du travail.

Coronavirus : actualisation nécessaire

Face à la crise sanitaire du coronavirus, les salariés sont potentiellement exposés à de nouveaux risques pour leur santé. Ces risques doivent être identifiés et retranscrits dans le DUER qui devra être actualisé.

Rappel :
Le registre fait normalement objet d’une actualisation lorsque : 

  • Une décision d’aménagement risque d’avoir un impact important sur les conditions de travail des salariés ; 
  • Une information doit être apportée concernant l’évaluation d’un risque dans une unité de travail.

Des actions de prévention, d’information et de formation doivent également être menées par l’employeur. Il devra également mettre en place des moyens adaptés conformes aux instructions de l’autorité publique.

Des mesures pour limiter le contact physique doivent être prises pour réduire au maximum les risques de propagations. De ce fait, le recours au télétravail reste la principale option. Si elle n’est pas envisageable, l’entreprise devra revoir son organisation.

Les réunions et regroupements de salariés doivent être limités et les déplacements non indispensables doivent être annulés. De plus, la réorganisation du travail peut amener à de nouvelles affectations, qui peuvent présenter également de nouveaux risques à indiquer dans le DUER.

A savoir :
Le CSE de l’entreprise peut appuyer la démarche d’actualisation des risques pour qu’elle soit le plus précise possible. 

Sur le même sujet

Travail à l'étranger
Conseils RH
Travail à l’étranger : expatriation ou détachement ? 24 juin 2022

Il peut arriver qu’un salarié, pour remplir des missions confiées par son employeur, se trouve dans une situation de travail à l’étranger. Une fois amené à travailler dans un autre pays, il est légitime de se demander comment le statut du salarié va être impacté. Il existe deux possibilités : Le statut de salarié détaché […]

Qualité de Vie au Travail
Conseils RH
La Qualité de Vie au Travail : définition, principes, impact 23 juin 2022

Parmi les termes les plus courants dans une entreprise, on peut parler de la Qualité de Vie au Travail, ou QVT. Elle est souvent abordée lors des discussions autour des conditions de travail et du bien-être des salariés. Il peut être nécessaire de donner une définition à la QVT : Est-ce la même chose que […]

La transaction entre l'employeur et le salarié
Conseils RH
La transaction entre l’employeur et le salarié 17 juin 2022

Lorsqu’un conflit prend forme entre l’employeur et son salarié, il est possible, pour éviter le recours au Conseil des Prud’hommes, de procéder à une transaction. A la manière de la rupture conventionnelle qui rompt le contrat de travail, il s’agît d’un accord amiable qui a pour but de mettre fin à un conflit existant entre […]

FacebookTwitterLinkedInEmail