Paie pratique

Les charges patronales : taux et assiettes 2024

31 janvier 2024 par Gestionnaire de paie - Lecture 4 min.
Les charges patronales : taux et assiettes 2023

Dans le cadre de la rémunérations des salariés par l’employeur, chaque partie contribue au paiement de charges. On distingue les charges salariales et les charges patronales.

Bien que les premières correspondent à la différence entre le salaire brut et le salaire net du salarié, les secondes viennent s’ajouter à la rémunération versée par l’employeur et complètent le coût de l’embauche d’un salarié.

Quelles sont ces charges patronales ? Quels sont leurs montants ainsi que leur base de calcul ? A quels financement participent-elles ? Réponses dans notre article !

Qu’est-ce que les charges patronales ?

Les charges patronales sont des cotisations sociales payées par l’employeur, qu’elle que soit la taille de son entreprise et le secteur d’activité, sur les rémunérations brutes des salariés. Ces charges patronales viennent s’ajouter au montant du salaire brut au moment de l’évaluation du coût d’un salarié pour l’employeur.

Ces cotisations sont récupérées par plusieurs organismes collecteurs, à savoir :

  • L’URSSAF ;
  • La caisse de retraite AGIRC-ARRCO (pour les cadres) ;
  • Les caisses de prévoyance, de mutuelle, et de retraite supplémentaire.

Les charges patronales sont toutefois recouvrées principalement par les URSSAF. Ces organismes déterminent le montant des charges en fonction de la situation de l’entreprise, de celle du salarié, du type du contrat de travail conclu entre les deux parties et des différents dispositifs spécifiques que l’entreprise peut appliquer.

De plus, les entreprises peuvent bénéficier de certaines formes d’allègements et d’exonérations, en particulier sur les bas salaires. Ainsi, les charges patronales sont progressives sur les salaires entre SMIC et 1,6 SMIC.

A quoi servent les charges patronales ?

Les charges patronales, bien que parfois qualifiées d’excessives, servent à financer les caisses publiques. Celles-ci regroupent les cotisations pour :

  • L’assurance chômage ;
  • L’assurance retraite ;
  • L’assurance maladie, professionnelle ou non  ;
  • Les aides au logement ;
  • Les indemnités en cas d’accident du travail ;
  • Les allocations familiales.

Ainsi, les charges patronales représentent à elles seules près de 80% du financement de la protection sociale.

La réduction Fillon

Les salaires inférieurs à 1.6 fois le SMIC disposent d’un allègement de cotisations patronales dues au titre des assurances sociales. La réduction général des cotisations patronale, communément appelée « réduction Fillon » ou « zéro cotisations Urssaf » consiste à baisser les cotisations patronales de l’employeur pour les salaire n’excédant pas ce plafond.

Le montant de la réduction Fillon est calculé chaque année sur la rémunération annuelle brute du salarié. Il se déduit sur les cotisations de Sécurité sociale, le FNAL, les cotisations d’allocations familiales, la CSA, les cotisations patronales de retraite complémentaire ainsi que sur la contribution patronale d’assurance chômage.

La réduction s’applique également sur les cotisations AT/MP (dans la limite de 0,78 % de la rémunération) lorsque le montant de la réduction est supérieur au montant des cotisations et contributions.

Par ailleurs, à compter de 2021, les employeurs de 11 salariés et plus appartenant à certains secteurs d’activité devront se conformer à un système de bonus/malus sur leurs contributions d’assurance chômage.

Charges patronales : taux et assiette 2024

Voici un tableau de principales cotisations patronales, avec les taux à prendre en compte en 2024 :


Cotisations
Patronales
Taux Assiette
Assurance maladie,
maternité, invalidité, décès
7,00 % Salaire total
Assurance vieillesse
déplafonnée
2,02 % Salaire total
Assurance vieillesse
plafonnée
8,55 % Jusqu’à 1 plafond de
Sécurité sociale
Allocations familiales – taux réduit jusqu’à 3,5 SMIC 3,45 % Salaire total
Allocations familiales – taux de droit commun 5,25 % Salaire total
Accident du travail Taux notifié par le Carsat
Aide au logement (FNAL)
< 50 salariés*
0,10 % Jusqu’à 1 PASS
Aide au logement (FNAL)
≥ 50 salariés*
0,50 % Salaire total
Contribution solidarité
autonomie (CSA)
0,30 % Salaire total
Contribution organisations
syndicales
0,016 % Salaire total
Versement transport
≥ 11 salariés
Variable Rémunérations soumises à cotisations
Assurance chômage 4,05 % Jusqu’à 4 PASS
AGS 0,15 % Jusqu’à 4 PASS
Cotisation AGIRC-ARRCO
T1
4,72 % Jusqu’à
1 PASS
Cotisation AGIRC-ARRCO
T2
12,95 % Entre
1 et 8 PASS
CEG T1 1,29 % Jusqu’à
1 PASS
CEG T2 1,62 % Entre
1 et 8 PASS
CET 0,21 % Entre
1 et 8 PASS
Apec 0,036 % Jusqu’à
4 PASS
Assurance décès des
cadres
1,50 % Jusqu’à
1 PASS

*Les seuils d’effectifs déterminant le taux de la contribution FNAL ont été modifiés au 1er janvier 2020.

Forfait social

En plus de ces charges, les employeurs sont redevables du forfait social, une contribution patronale qui s’applique généralement sur les rémunérations versées exonérées de cotisations sociales mais assujetties à la CSG. Cette contribution est affectée à la caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés.

Le taux du forfait social dépend des éléments pris en compte dans l’assiette de calcul. Il peut être égal à :

  •  8 % des contributions des employeurs destinées au financement des prestations complémentaires de prévoyance versées au bénéfice de leurs salariés, ainsi que de la réserve spéciale de participation dans les sociétés coopératives et participatives (SCOP) d’au moins 50 salariés;
  • 10 % de l’abondement de l’employeur sur la contribution des salariés à l’acquisition des titres de l’entreprise ou d’une entreprise liée (entreprises ≥ 50 salariés);
  • 16 % de certains versements alimentant des PERCO;
  • 20% des autres gains et rémunérations exclus de la base de calcul des cotisations de Sécurité sociale et soumis à la CSG, sauf cas d’exonération.

Sur le même sujet

Contrat de professionnalisation
Paie pratique
Contrat de professionnalisation : salaire 2024 1 février 2024

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail en alternance qui offre à son bénéficiaire la possibilité d’acquérir un savoir théorique en cours et un savoir-faire pratique au sein d’une ou plusieurs entreprises. Qui peut bénéficier de ce type de contrat ? Quelle procédure suivre et quelle rémunération minimale au 1er janvier 2024 ? […]

Gratification stage
Paie pratique
Gratification stage : fiche de paie obligatoire ? 31 janvier 2024

Si vous avez fait le choix d’accueillir un stagiaire au sein de votre société, voici un certain nombre d’informations à prendre en compte. Les obligations sont nombreuses, en particulier quand le stagiaire reste plus de deux mois. En effet, tous les stages d’une durée supérieure à deux mois doivent être rétribués par une gratification stage […]

prime panier BTP
Paie pratique
Prime de panier BTP : montants par régions 2024 30 janvier 2024

Lorsqu’un salarié du secteur Bâtiment et Travaux Publics prend son déjeuner régulièrement sur le chantier, il a droit à une indemnité de repas appelée aussi prime de panier BTP. Son montant est fixé par région et bénéficie d’une renégociation périodique. Nous vous présentons dans cet article les valeurs à prendre en compte au 1er janvier […]

FacebookTwitterLinkedInEmail