Actualité paie

Jeunes parents : protection renforcée par la loi Travail

26 août 2016 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 2 min.

La loi 2016-1088 du 8 août 2016 dite loi Travail vient d’entrer en vigueur ce mois-ci. Parmi les modifications apportées au Code du travail nous retrouvons des mesures menées à renforcer la protection des nouveaux parents contre le licenciement. En quoi consistent-elles exactement?

JEUNES PARENTS MIEUX PROTÉGÉS CONTRE LE LICENCIEMENT

Publiée au Journal Officiel le 9 août 2016, la loi Travail modifie la protection des jeunes parents contre le licenciement. La période durant laquelle un jeune parent de retour d’un congé de maternité / paternité ne pouvait pas être licencié (sauf certaines exceptions) était jusqu’à présente de 4 semaines suivant son retour au travail. Cette période de protection vient d’être augmentée. Le Code du travail prévoit désormais une période de protection de 10 semaines.

Les exceptions sont notamment : faute grave du salarié ou impossibilité de maintenir le contrat de travail, les deux  pour un motif non lié à la grossesse, à l’accouchement ou à l’arrivée de l’enfant.

Le point de départ de la protection de 10 semaines est repoussé si le salarié prend des congés payés immédiatement après son congé de maternité / paternité, mais sans reprendre son activité, même brièvement (décision reprenant la jurisprudence de la Cour de cassation).

Toutes ces nouvelles règles s’appliquent également au congé d’adoption. Elles sont entrées en vigueur  immédiatement après la parution de la loi au Journal Officiel. En cas de non-respect de la nouvelle période de protection, tout licenciement prononcé sera nul.

SANCTION DE L’EMPLOYEUR ALOURDIE

La loi renforce également les sanctions contre l’employeur qui licencierait le salarié pendant ces périodes protégées (hors faute grave ou impossibilité de maintenir le poste). Elle codifie ainsi la jurisprudence de la Cour de cassation sur les effets d’un licenciement nul.

Concrètement, en cas de violation de la période de protection des jeunes parents l’employeur sera soumis à une sanction indemnitaire. Si le salarié ne demande pas de reprendre son contrat ou en cas d’impossibilité de réintégration, l’employeur sera tenu de lui verser une indemnité correspondant au moins aux salaires des 6 derniers mois.

A cette sanction indemnitaire s’ajouteront le cas échéant les salaries afférents à la période couverte par la nullité, ainsi que l’indemnité de licenciement.

Sur le même sujet

RGPD
Actualité paie
RGPD : conformité et obligations 24 novembre 2022

Depuis son entrée en vigueur en 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données a demandé aux entreprises de s’adapter afin de prouver le consentement des internautes avec lesquels elles interagissent (cette adaptation visant principalement les « cookies » et les traceurs publicitaires). Comment s’assurer de la conformité de son entreprise au RGPD ? Réponse dans […]

cdi intérimaire
Actualité paie
Tout comprendre sur le CDI intérimaire (CDII) 22 novembre 2022

Dans le cadre de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, le CDI intérimaire (CDII) a été enfin reconnu et adopté par l’Assemblée Nationale en date de 25 juillet 2018. Dorénavant, ce type de contrat de travail permet de garantir la sécurité d’emploi des salariés intérimaires tout en contribuant à l’emploi durable. […]

Prime Macron : prolongement en 2021
Actualité paie
Prime Macron et Prime de Partage de la Valeur 15 novembre 2022

Versée depuis 2019, la prime Macron permet au entreprises de soutenir et remercier leurs salariés pour leur investissement tout au long de l’année. En 2020, elle a également été un moyen de reconnaissance pour les efforts de ceux qui ont continué de travailler pendant la crise sanitaire. Reconduite en 2021, cette prime exceptionnelle pour le […]

FacebookTwitterLinkedInEmail