Paie pratique

Indemnité de congés payés en cas de salaire variable

30 juin 2018 par Mihaela Mita - Lecture 2 min.
indemnité de congés payés

L’indemnité de congés payés n’est pas simple à calculer. Les gestionnaires de paye se trouvent en difficulté sur le choix de la règle de calcul à appliquer. Quand le salarié bénéficie aussi d’éléments de paye variables, la situation devient encore plus compliquée. Ci-dessous vous trouverez quelques éléments qui peuvent vous faciliter le calcul de l’indemnité de congés payés de vos salariés.

L’INDEMNITÉ DE CONGÉS PAYÉS ET LES ÉLÉMENTS VARIABLES DE RÉMUNÉRATION

Chaque année, tout salarié  a droit aux congés payés  à la charge de l’employeur. Pour un mois de travail effectif, l’employé bénéficie de 2,5 jours de congés ouvrables.

Pendant  la période de prise de congés payés acquise, l’employeur verse  au salarié une indemnité de congés payés.

S’il n’existe pas d’indications précises mentionnées dans le contrat, le code de travail prévoit deux méthodes pour le calcul de celle-ci. Il faut tenir compte, qu’à part le salaire fixe, de nombreux salariés bénéficient aussi d’éléments de paye variables comme les primes et les commissions. Ceux-ci doivent être inclus dans l’indemnité de congés payés.

CALCUL DE L’INDEMNITÉ  CONGÉS PAYES  EN CAS DE PRIMES  ET /OU COMMISSIONS

Les commissions liées au travail effectif font parties des éléments à prendre en compte pour la base de calcul des congés payés. Voici les 2 variantes pour le choix de la base :

  • Méthode du 10ème (1/10) : additionner la rémunération brute (y compris les primes et les commissions) du salarié de la période de référence pendant laquelle ont été acquis les congés payés et multiplier par 10 % ;

Précision : La période prise en compte pour le calcul du droit au congé va du 1er juin au 31 mai de l’année suivante.

  • Méthode du maintien : maintenir le salaire avec primes et commissions inclus sur la base des 12 derniers mois.

Normalement, dans le cadre du calcul de l’indemnité des congés payés, il faut choisir la méthode la plus favorable en termes de rémunération pour le salarié, mais il n’existe pas une règle absolue à appliquer.

La méthode du maintien (moyenne des commissions des 12 mois précédents) semblerait toutefois  la plus « équitable », mais la comparaison avec la règle du 10ème  de la rémunération totale  reste impérative.

En l’absence de jurisprudence claire, il est difficile d’indiquer la méthode la plus convenable et dans cette situation, les gestionnaires de paye doivent effectuer la comparaison pour trouver celle la plus avantageuse  pour le salarié.

Sur le même sujet

aide à l'emploi
Paie pratique
Aide à l’emploi : tous les dispositifs en vigueur 23 septembre 2020

Il existe de nombreuses aides à l’emploi (aides à l’embauche et au retour à l’emploi) permettant aux employeurs d’alléger le coût de leur recrutement. Il s’agit des aides financières de la part de l’Etat mises en place pour lutter contre le chômage et favoriser l’embauche de certaines catégories de personnes identifiées comme désavantagées dans leur […]

35 heures
Paie pratique
Travail à 35 heures : 20 ans après 17 septembre 2020

Le 1er février 2000, la Loi Aubry passait la durée légale du temps de travail à 35 heures dans les entreprises de plus de 20 salariés. Depuis sa mise en place, cette loi a toujours suscité des critiques, mais n’a jamais été supprimée. Son dispositif a cependant été sujet à plusieurs aménagements. 35 heures : […]

Coronavirus : arrêt de travail sous conditions
Paie pratique
Coronavirus : arrêt de travail sous conditions 16 septembre 2020

Le coronavirus et sa rapide propagation oblige les entreprises à redoubler de prudence. Un salarié peut alors être écarté et contraint de rester à son domicile. Dans certains cas, le salarié ne peut alors ni se rendre à son lieu de travail, ni télétravailler. Est-il alors possible de prescrire une arrêt de travail pour cause […]

FacebookTwitterLinkedInEmail