Conseils RH

Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises

26 août 2020 par Florina Macovei - Lecture 2 min.
Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises

Depuis le 1er janvier 2019, une grande partie des entreprises sont obligées par la loi Avenir professionnel, de nommer en interne un «référent harcèlement sexuel». Celui-ci doit être désigné par le CSE. Quel est son rôle et quelles sont ses missions?

Référent « harcèlement sexuel » : dans quelles conditions est-il obligatoire ?

Pour les entreprises ayant un effectif supérieur à 11 salariés, le CSE doit désigner un référent chargé des questions de harcèlement sexuel et d’agissement sexiste.

A part celui-ci, depuis le 1er janvier 2019, si l’entreprise compte au moins 250 salariés, celle-ci est concernée par la désignation d’un autre référent « harcèlement sexuel ». Ce dernier a pour rôle d’alerter les personnes habilitées à intervenir. Il doit aussi informer et accompagner les salariés en matière de lutte contre le harcèlement sexuel ainsi que les agissements sexistes.

Généralement, les référents sont des personnes issues des Ressources Humaines qui doivent suivre une formation, financée par l’employeur, en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail.

Les référents pourront être associés au procédures suivantes :

  • Actions de sensibilisation et de formation auprès des salariés et du personnel encadrant ;
  • Procédures internes visant à favoriser le signalement et le traitement des situations de harcèlement sexuel ou d’agissement sexiste ;
  • Réalisation d’enquête interne suite à un ou plusieurs signalements de faits de harcèlement dans l’entreprise.

Grâce aux référents désignés, les victimes savent désormais vers qui se tourner. Ils peuvent mettre en œuvre également des actions concrètes et immédiates face à des comportements déplacés.

Bien qu’aucune sanction ne soit prévue dans les textes, l’absence de référent affaiblira la position de l’entreprise en cas de contentieux portant sur la dénonciation de faits de harcèlement sexuel au regard de l’obligation de sécurité pesant sur l’employeur.

Mesures de prévention et sanctions applicables

L’entreprise a l’obligation d’afficher et de diffuser, par plusieurs biais :

  • L’adresse et le numéro de téléphone du référent ;
  • Les voies de recours civiles et pénales ouvertes en matière de harcèlement sexuel ;

Ces informations doivent être accessibles facilement et rapidement par l’ensemble des équipes en place.

Les recours civils et pénaux ainsi que sur les sanctions encourues par la personne harceleuse doivent être également diffusés par tous les moyens jugés nécessaires. Le harcèlement sexuel peut aller jusqu’à 45 000 euros d’amende et trois ans d’emprisonnement. L’outrage sexiste peut faire l’objet d’une amende, d’un travail d’intérêt général ou encore d’un stage de citoyenneté.

Sur le même sujet

Comment bien accueillir son alternant ?
Conseils RH
Comment bien accueillir son alternant ? 25 septembre 2020

Un alternant peut rejoindre une entreprise pour y travailler : En contrat d’apprentissage ; En contrat de professionnalisation. Son contrat va également, et principalement, lui permettre d’apprendre. De ce fait, la bonne intégration d’un alternant à sa future équipe est très important pour garantir la progression de l’alternant dans l’optique d’un potentiel recrutement. Accueillir son […]

Covid : tout savoir sur le dépistage et sa prise en charge
Conseils RH
Covid : tout savoir sur le dépistage et sa prise en charge 23 septembre 2020

Malgré le confinement et les protocoles sanitaires, le Covid continue de circuler en France. Beaucoup de français, notamment ceux dans l’incapacité de travailler à cause d’une suspicion de contamination, souhaitent alors passé un dépistage (ou test PCR). Revoyons ensemble ce qu’il faut savoir sur le dépistage du coronavirus. Dans quels cas le dépistage covid est […]

Le guide de préconisation sanitaire de l'OPPBTP
Conseils RH
Le guide de préconisation sanitaire de l’OPPBTP 22 septembre 2020

Lors de la crise sanitaire, afin de garantir la sécurité des travailleurs et la reprise des chantiers arrêtés en toute sécurité, l’OPPBTP a établi un guide national de préconisation sanitaire sur les chantiers. Bien qu’initialement publié le 2 avril 2020, ce guide a reçu plusieurs mises à jour en fonction de l’évolution de la situation […]

FacebookTwitterLinkedInEmail