Paie pratique

Gratification stage : fiche de paie obligatoire ?

21 janvier 2020 par Alexandra Maftei - Lecture 3 min.
gratification stage

Si vous avez fait le choix d’accueillir un stagiaire au sein de votre société, voici un certain nombre d’informations à prendre en compte. Les obligations sont nombreuses, en particulier quand le stagiaire reste plus de deux mois. En effet, tous les stages d’une durée supérieure à deux mois doivent être rétribués par une gratification stage versée chaque mois.

De ce fait, bien qu’il ne soit pas nécessaire de lui remettre un bulletin de paie au sens juridique du terme, il faut lui transmettre un document synthétisant l’ensemble des sommes qu’il aura reçues et les charges sociales éventuellement payées.

GRATIFICATION MINIMALE DE STAGE 2020

Quand le stagiaire fait un stage de plus de deux mois (consécutifs ou non) dans la même entreprise pendant la même année scolaire, il est obligatoire de lui octroyer une gratification stage chaque mois, à compter du premier jour du premier mois de la période de stage.

Cette gratification doit être au minimum égale à 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale. Au titre de 2020, avec ce plafond horaire à 26 €, le montant de la gratification minimale par heure de stage s’élève à 3,90 €.

Un accord de branche ou une convention collective peut contraindre l’entreprise de verser au stagiaire une gratification supérieure au minimum. Cela peut aussi être une volonté de la direction.

CHARGES SOCIALES SUR LA GRATIFICATION STAGE

Les cotisations sociales dues pour un apprenti dépendent du montant de l’indemnité de stage par rapport au seuil de franchise de cotisations. La franchise est égale au montant de la gratification minimale obligatoire multiplié par le nombre d’heures de stage effectuées pendant le mois. En 2020, pour un temps plein, le calcul est le suivant :

26 x 15 % x 151,67 = 591,51 €

Lorsque l’indemnité de stage est inférieure ou égale au seuil de franchise de cotisations, aucune cotisation ni contribution sociale n’est due par l’employeur. Si la gratification versée au stagiaire est supérieure à ce montant, les cotisations sont dues uniquement sur la fraction de rémunération qui le dépasse.

La partie de la rémunération supérieure à la franchise de cotisations est soumise à toutes les cotisations de Sécurité sociale, CSG, CRDS, la contribution sociale autonomie, le versement transport et la cotisation FNAL. Seules ces cotisations doivent apparaitre sur le bulletin de paye du stagiaire en cas de dépassement du seuil de franchise.

Même si elle dépasse le seuil de franchise, la gratification de stage n’est pas soumise aux cotisations d’assurance chômage, à l’AGS ou à la contribution au financement des organisations syndicales. Et cela parce que le stagiaire n’est pas considéré comme un salarié de l’entreprise. Pareil pour les cotisations de retraite complémentaire et de prévoyance : les stagiaires ne sont pas reconnus par les institutions en cause.

EXEMPLE DE FICHE DE PAIE STAGIAIRE 2020

Le montant de la gratification de stage est aussi déterminant concernant l’obligation de soumettre une fiche de paie ou pas au stagiaire. Jusqu’au seuil de franchise de cotisation, la fiche de paie n’est pas obligatoire. Cependant, l’employeur doit remettre au stagiaire un document écrit qui atteste des sommes versées.

Dès que l’indemnité de stage dépasse la gratification minimale, il faut établir un bulletin de paie pour le stagiaire, afin de pouvoir le déclarer en DSN. Voici un exemple d’un tel bulletin pour le mois de janvier 2020 :

fiche de paie stagiaire 2020

Dans cet exemple, la rémunération horaire du stagiaire est égale à 4,7471 €, bien supérieure à la gratification minimale obligatoire pour 2020. De plus, le stagiaire a eu 4 jours d’absence maladie en janvier, soit 28 heures moins de présence dans l’entreprise sur la période. Le seuil de franchise de cotisations pour lui est donc égal à :

26 x 15 % x (151,67 – 28) = 482,31 €

Cela veut dire que le montant soumis aux cotisations sociales sera calculé comme différence entre sa gratification mensuelle (moins les jours d’absence) et ce montant exonéré, soit :

(151,67 x 4,7471) – (28 x 4,7471) – 482,31 = 720 – 132,92 – 482,31 = 104,77 €

Enfin, comme il peut être observé également sur notre exemple, la gratification de stage est complétement exonérée de l’impôt sur le revenu, à condition qu’elle ne dépasse pas le SMIC annuel.

Sur le même sujet

Covid-19 : Fonds de solidarité pour les entreprises
Paie pratique
Covid-19 : Fonds de solidarité pour les entreprises 30 octobre 2020

Un fonds de solidarité a été mis en place pour aider les entreprises particulièrement touchées par les conséquences économique de l’épidémie du Covid-19. Ces entreprises peuvent effectuer un demande d’aide pour endiguer leurs pertes liées au coronavirus. En raison du reconfinement de la France, Jean Castex a annoncé, dans sa conférence de presse du 29 […]

congés BTP
Paie pratique
BTP : jours de congés et ancienneté 20 octobre 2020

Selon les périodes, beaucoup de salariés du BTP vont poser des jours de congés. Qu’ils travaillent dans une entreprise du Bâtiment ou des Travaux Publics, ces salariés peuvent bénéficier de jours de congés supplémentaires selon leur ancienneté dans l’entreprise. Congés payés BTP : ancienneté dans le secteur du Bâtiment En supplément de l’acquisition habituelle des […]

contrat-unique-insertion-cui-cae-cui-cie/
Paie pratique
Prime d’ancienneté : règles de calcul et de versement 20 octobre 2020

La prime d’ancienneté est une compensation financière qui peut être octroyée à un salarié justifiant d’un certain nombre d’années dans une même entreprise et/ou dans une profession donnée. L’employeur lui fait ainsi part de sa gratitude pour rester fidèle à l’entreprise et l’incite à un travail plus efficace. Quelles sont les conditions d’octroi de cette […]

FacebookTwitterLinkedInEmail