Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Grand froid : réglementation du Code du travail

27 février 2018 par Mihaela Mita - Lecture 2 min.

En cas de grand froid, le Code du travail ne mentionne pas de température minimale (en degrés) en dessous de laquelle il est impossible de travailler. Toutefois, plusieurs articles de la partie réglementaire du Code du travail envisagent l’impact du froid sur l’état de santé des salariés et  impose ainsi des règles précises à l’employeur.

GRAND FROID CONDITIONS DE TRAVAIL INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES

L’article R4223-13 du Code du Travail prévoit que pendant la saison froide, les locaux (bureaux, usines etc) doivent être chauffés, de manière à maintenir une « température convenable » sur le lieu de travail.

Pour les salariés travaillant dehors (comme c’est le cas des travailleurs du bâtiment), l’article R4225-1 du Code du travail donne des précisions concernant les postes de travail extérieurs. Ceux-ci, doivent être aménagés de manière à ce que les travailleurs soient le mieux protégé possible contre les conditions atmosphériques comme le froid, le vent, la neige, etc.

 

FROID SUR LE LIEU DE TRAVAIL : CADRE RÉGLEMENTAIRE

Le froid fait partie des facteurs de risques pénibilité au titre des températures extrêmes. L’article L4121-1 du code du travail prévoit que, comme pour la canicule, tout employeur a l’obligation d’assurer la sécurité et la protection de la santé de leurs salariés (quel que soit leurs contrats : CDI, CDD, Intérim, saisonnier, précaire, mission etc.). Ces mesures, pour assurer la protection des travailleur,s doivent être prises le plus vite possible par le  CHSCT, le médecin de travail ou, à défaut, par les délégués du personnel. En cas d’intempérie et/ou de grand froid, l’employeur doit prendre toutes les mesure nécessaires concernent l’organisation du travail de ses employés : augmenter le temps de pause, aménagement les postes (chauffage, boissons chaudes), mise à la disposition des salariés de vêtements ou d’équipements de protection.

Toutefois, le Code du travail ne mentionne pas de seuil de température en dessous duquel il y a risque pour les salariés et donc à partir duquel ils peuvent bénéficier du droit de retrait.

La justification de l’exercice du droit de retrait dépend de circonstances de fait (degré de température, nature des fonctions des salariés, conditions de travail…). En pratique les dangers liés au grand froid peuvent par exemple prendre la forme de risques de gelures, d’hypothermie,  d’assoupissements, d’accidents dus au gel, des problèmes d’irrigation des doigts, etc.

Si l’exercice du droit de retrait est justifié, aucune sanction ne peut être prise à l’encontre du salarié, l’employeur se trouvant dans l’impossibilité de le licencier.

En ce qui concerne les jeunes travailleurs de moins de 18 ans, ils ne peuvent pas être affectés à des températures extrêmes, pouvant nuire leur santé.

 

PRIME DE FROID

Certaines convention collectives comme  la « Convention collective nationale des exploitations frigorifiques » ainsi que « la Convention collective nationale de l’industrie de la salaison, charcuterie en gros et conserves de viandes » prévoient une prime de froid accordée aux salariés. Cette prime peut être aussi mentionnée par des autres conventions ou accord collectifs pour les salariés travaillant dans des locaux à faible température (espaces réfrigérés notamment). La prime est soumise aux cotisations, mais n’est pas prise en compte pour la vérification du SMIC.

Dernière mise à jour : le 29 novembre 2018

L’actualité

Conseils RH, Paie pratique
DSN et Attestation Employeur (AED) : la gestion des fins de contrat 20 mai 2019

L’Attestation Employeur Dématérialisée (AED) permet de déclarer auprès de Pôle Emploi les fins de contrat des salariés. Avec l’arrivée de la DSN, cette déclaration est remplacée par un signalement de la fin du contrat de travail. Voici les étapes à suivre pour bien gérer les fins de contrat en DSN ainsi que les dernières nouveautés […]

Conseils RH
Chèques-vacances : mise en place et limites d’exonération 2019 4 avril 2019

Le chèque-vacances est un titre de paiement acquis par les salariés avec une participation financière de l’employeur ou du comité social et économique (si c’est le cas). Il permet de constituer une épargne pour un budget vacances ou loisir. Ce dispositif, comme les titres restaurant, est un avantage social. Cependant, il n’est pas obligatoire et […]

Actualité paie, Conseils RH
Harcèlement sexuel au travail : les obligations des entreprises 28 mars 2019

Depuis le 1er janvier 2019, une grande partie des entreprises sont obligées par la loi Avenir professionnel, de nommer en interne un «référent harcèlement sexuel». Celui-ci doit être désigné par le CSE. Quel est son rôle et quelles sont ses missions? RÉFÉRENT « HARCÈLEMENT SEXUEL » : DANS QUELLES CONDITIONS EST-IL OBLIGATOIRE ? Pour les entreprises ayant un effectif […]