Actualité paie

La fiche de paie simplifiée

9 septembre 2016 par Cyril Legrix - Lecture 3 min.
Simplification du bulletin de paie

Chaque année au mois de janvier nous entendons de nouveau parler de la simplification du bulletin de salaire, nous-même nous avons fait plusieurs articles sur le sujet sur ce blog depuis plusieurs années. Qu’en est-il aujourd’hui ? Y a-t-il des entreprises qui ont commencé à mettre en place la fiche de paie simplifiée ? Des prestataires de sous-traitance de paie qui la proposent à leurs clients ?

LA MISE EN PLACE DE LA FICHE DE PAIE SIMPLIFIÉE

Ce « choc de simplification », n’étant prévu qu’à partir du mois de janvier 2017 pour les grandes entreprises et janvier 2018 pour les autres, c’est fait volé la vedette par la loi Travail (avec la dématérialisation du bulletin de paie) et la généralisation de la DSN.

Aujourd’hui quelles sont les freins à la mise en place de cette fiche de paie simplifiée ? D’abord, et comme souvent le frein au changement, tout le monde constate qu’il faut changer mais finalement on s’est habitué comme ça. Alors finalement je vais perdre du temps à réapprendre à lire mon bulletin de salaire. Pour les gestionnaires de paye, il s’agira de nouveaux modes de paramétrage de leur logiciel de paye, donc du travail en plus. Et puis j’avais certains processus de contrôle que je vais aussi devoir revoir avec ce nouveau modèle.

En tout état de cause, la simplification du bulletin de salaire ne sera que visuelle, car au final, toute les règles de paye n’auront pas évoluées et continuerons à devoir être gérées par des professionnels. Car même si les logiciels sont de plus en plus intelligents ils ne font pas tout.

Réduire le nombre de lignes sur un bulletin n’est pas un problème technique. Cela n’empêchera que le calcul doit se faire en fonction de nombreux critères (gestion des tranches et des taux différents, application des seuils d’effectifs, de cotisations sur des cotisations, des limites d’exonérations ou d’abattement, des bases mensualisées et d’autres annualisées etc.), sans compter d’éventuels changements en cours d’année avec des effets rétroactifs.

Mais effectivement, tout cela doit rester l’apanage du gestionnaire de paie. Le salarié, lui, doit pouvoir lire son bulletin sans se préoccuper de tout cela. Il doit voir notamment :

  • combien il gagne en brut
  • combien il cotise (différence entre le brut et le net); le détail des différentes caisses dans sa vie quotidienne ne l’intéresse que très peu, surtout tant qu’il reste actif
  • combien il coûte à son entreprise, c’est-à-dire le total des cotisations patronales
  • enfin et surtout, le net à payer (celui qui arrivera sur son compte bancaire)

Le net imposable sera reporté directement sur sa fiche d’impôts et rares sont les personnes en mesure de contrôler tout au long de l’année leur seuil d’imposition et éventuellement demander le report d’une prime pour ne pas atteindre la tranche supérieure.

SIMPLIFIER LA FICHE DE PAIE : ET APRÈS ?

Pour le reste, pas de changement, doivent apparaître les coordonnées de l’employeur, de l’employée, son état civil, son compteur congés (en général ce qui est consulté en 2ème juste après le net à payer), les totaux cumulés depuis le début de l’année civile (nombre d’heures travaillées, cumul brut, cumul imposable et le coût global du mois).

Une fois le bulletin de paie simplifié, ou du moins son impression, sera-t-il toujours nécessaire de l’imprimer en format A4 ? La page risque apparaître bien vide d’un seul coup. On pourrait même donc aller plus loin et imaginer une présentation en format A5 (comme c’est souvent le cas dans les pays ou la paye est plus simple qu’en France). A voir, mais cela fera peut-être beaucoup de changement d’un seul coup, non ?

Pour les puristes, ceux qui souhaitent vérifier et recontrôler les bulletins, tous les détails de ces savants calculs resteront disponibles et lisibles dans les journaux de paies, les tableaux des charges et même dans les DSN.

Alors sommes-nous prêts psychologiquement au passage à la paye simplifiée ?

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail