Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Paie pratique

Exonération Lodeom 2019 : les nouvelles modalités de calcul

21 mars 2019 par Mihaela Mita - Lecture 4 min.

Vu la suppression des dispositifs CICE et CITS à compter du 1er janvier 2019, le gouvernement a voulu renforcer l’exonération spécifique aux employeurs situés en Outre-mer (exonération dite « LODéOM »). Suite au décret publié au JO ce 17 mars en application de la loi de financement de la Sécurité sociale 2019, voici les nouvelles modalités de calcul des exonérations Lodeom.

EXONÉRATION LODEOM : RAPPEL DU DISPOSITIF

L’exonération Lodeom  est une exonération de cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales. Celle-ci est ouverte aux employeurs situés dans les départements d’Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, la Réunion) ainsi qu’à Saint-Martin  et Saint-Barthélemy.

L’exonération est accordée aux employeurs dont l’effectif est inférieur à 11 salariés, ainsi qu’aux employeurs de certains secteurs d’activité, quel que soit leur effectif.

Le dispositif est composé de deux régimes: une exonération de droit commun et une autre renforcée lorsque l’entreprise remplit certaines conditions supplémentaires.

Depuis 2014, de nouveaux seuils d’exonération sont applicables pour les sociétés susceptibles de bénéficier du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE).

Il faut savoir que les entreprises et les établissements publics qui assurent à la fois une mission de service public à caractère administratif et à caractère industriel et commercial sont exclus de l’exonération.

NOUVEAUX BARÈMES LODEOM 2019

Vu la suppression des dispositifs CICE et CITS à compter du 1er janvier 2019, l’exonération Lodeom est renforcée afin de compenser la perte de 9% en Outre-mer (hors Mayotte, où le CICE est maintenu). Ainsi, à compter du 1er janvier 2019, le dispositif est étendu aux cotisations et contributions sociales suivantes : assurance chômage (4,05 %), fonds national d’aide au logement (Fnal, 0,10 % ou 0,50 % selon l’effectif de l’entreprise), retraite complémentaire (6,01 % au plus), à la contribution solidarité autonomie (0,30 %) et pour partie aux accidents du travail et maladies professionnelles (0,78 %).

Selon la zone géographique, nous pouvons distinguer deux modalités de calcul d’exonération différents :

  • pour les départements et régions d’Outre-mer hors Mayotte (Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion) ;
  • pour les collectivités d’Outre-mer de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

3 barèmes d’exonération distinctes sont maintenus dans la première région : le barème de compétitivité de droit commun, le barème de compétitivité renforcé et le barème de compétitivité spéciale. Dans la deuxième région, deux profils sont en place: un pour le cas général et un d’exonération renforcée.

Voici ci-dessous une petite synthèse des principales caractéristique pour chacun des barèmes :

Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion

Barèmes Employeurs concernés Dispositif d’exonération 2019
Barème de compétitivité de droit commun Entreprises de moins de 11 salariés, quel que soit leur secteur d’activité

– exonération totale des cotisations patronales jusqu’à 1,3 SMIC

– exonération dégressive jusqu’à 2,2 SMIC

– exonération nulle à partir de 2,2 SMIC

Barème de compétitivité renforcé Entreprises employant moins de 250 salariés ayant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros

 

– exonération totale jusqu’à 1,7 SMIC

– exonération dégressive jusqu’à 2,7 SMIC

– exonération nulle à partir de 2,7 SMIC

Barème dit de compétitivité spéciale (recherche et développement TIC)

Employeurs occupant moins de 250 salariés et ayant réalisé un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros

 

– exonération totale jusqu’à 1,7 Smic

– pour les revenus  entre 1,7 et 2,5 Smic, exonération calculée sur la part de rémunération égale à 1,7 Smic

– pour les revenus supérieurs à 2,5 Smic, exonération dégressive devenant nulle à partir de 3,5 Smic

Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Barèmes Employeurs concernés Dispositif d’exonération 2019
Barème cas général Employeurs de moins de 11 salariés

 

 

 

 

Employeurs de 11 salariés et plus des secteurs listés par la loi

– exonération totale jusqu’à 1,4 Smic

– de 1,4 SMIC à 2 SMIC, exonération calculée pour 1,4 Smic

– au-delà de 2 Smic, exonération dégressive devenant nulle à partir de 3 Smic

 

 

– exonération totale jusqu’à 1,4 Smic

– au-delà de 1,4 SMIC, exonération dégressive devenant nulle à partir de 3 Smic

Barème d’exonération renforcée Employeurs occupant moins de 250 salariés et ayant réalisé un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros

– exonération totale des cotisations patronales jusqu’à 1,7 Smic

– de 1,7  Smic à 2,5 Smic, exonération calculée pour 1,7 Smic

– au-delà de 2,5 Smic, exonération dégressive devenant nulle à partir de 4,5 Smic

Pour rappel, les employeurs implantés en Outre-mer qui n’entrent pas dans le champ du dispositif Lodeom peuvent appliquer, à compter du 1er janvier 2019, la réduction générale de cotisations patronales renforcée (ex-réduction Fillon), ça veut dire étendue aux contributions patronales Agirc-Arrco et d’assurance chômage.

LODEOM 2019 : NOUVELLES MODALITÉS DE CALCUL

A chacun des barèmes ci-dessus une exonération totale est associé lorsque le niveau de rémunération ne dépasse pas un certain seuil. Celle-ci est calculé en multipliant la rémunération annuelle brute par le paramètre T.  Ce denier se détermine comme pour la réduction générale de cotisations patronales renforcée. Hors cas particuliers (professions particulières, taux dérogatoires Agirc-Arrco…), le paramètre T est égal à 0,3214 en cas de FNAL à 0,10% et à 0,3524 en cas de FNAL à 0,50%.

A l’opposé, comme expliqué ci-avant, l’exonération Lodeom devient nulle lorsque le niveau de rémunération dépasse certains seuils. Entre les deux niveaux de rémunération marquant les seuils inférieur et supérieur, pour chacun de ces barèmes, on parle d’une exonération dégressive. Celle-ci est calculé en multipliant la rémunération annuelle brute par le paramètre C. Une formule de calcul doit être appliquée afin de déterminer le coefficient C de cette exonération dégressive :

Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion

Barèmes Exonèration dégressive : calcul paramètre C
Barème de compétitivité de droit commun C = 1,3 x T / 0,9 x (2,2 x SMIC annuel / rémunération annuelle brute – 1)
Barème de compétitivité renforcé C = 1,7 x T x (2,7 x SMIC annuel / rémunération annuelle brute – 1)
Barème dit de compétitivité spéciale (recherche et développement TIC) C = 1,7 x T x (3,5 x SMIC annuel / rémunération annuelle brute – 1)

Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Barèmes Exonèration dégressive : calcul paramètre C
Barème cas général (employeurs de moins de 11 salariés) C = 1,4 x T x (3 x SMIC x nombre d’heures rémunérées / rémunération mensuelle brute – 1)
Barème cas général (employeurs de 11 salariés et plus) C = 1,4 x T / 1,6  x (3 x SMIC x nombre d’heures rémunérées / rémunération mensuelle brute – 1)
Barème d’exonération renforcée C = 1,7 x T / 2 x (4,5 x SMIC x nombre d’heures rémunérées / rémunération mensuelle brute – 1)

L’actualité

Paie pratique
Salarié au SMIC en 2019 : quel coût pour mon entreprise ? 14 juin 2019

Lors de ses premières embauches, l’employeur peut proposer de rémunérer le salarié au SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance). Cependant budgétairement, il est important de se souvenir que les frais ne se limitent pas au versement du salaire. Ces frais sont pour la plupart une obligation pour l’employeur et comportent notamment les cotisations et contributions […]

Paie pratique
Travail à temps partiel : les conditions à respecter 5 juin 2019

Le travail à temps partiel (TTP) implique une durée inférieure à la durée légale du travail (151,67 heures par mois ou 35 heures par semaine) ou à la durée conventionnelle, si celle-ci est inférieure à la durée légale. Passons en revue tout ce qu’il faut savoir sur les droits et les obligations des salariés et […]

Paie pratique
BDES : définition, contenu et fonctionnement 4 juin 2019

La Base de Données Economiques et Sociales (BDES), appelée aussi auparavant la Base de Données Uniques (BDU), regroupe les informations sur les grandes orientations économiques et sociales de l’entreprise. L’ensemble des informations qu’elle contient doit permettre de donner une vision globale et claire de l’emploi, de la formation et de l’utilisation des ressources financières générées […]

FacebookTwitterLinkedInEmail