Conseils RH

Emploi des stagiaires : quelles sont vos obligations ?

17 août 2020 par Aurélie Moinas - Lecture 3 min.
stagiaires

Depuis plusieurs années, l’emploi de stagiaires dans les entreprises est de plus en plus fréquent. Devenu incontournable pour l’étudiant souhaitant finaliser sa formation universitaire, le stage permet aux entreprises de renforcer leurs équipes tout en transmettant leur savoir-faire.

Les obligations de l’employeur vis-à-vis du stagiaire sont toutefois nombreuses, en particulier s’il s’agit d’un stage de plus de deux mois.

Employer des stagiaires : conditions de recours

Le recours aux stages a pour but de faire connaître vos métiers et vos valeurs auprès des écoles et donc d’attirer et de recruter de nouveaux talents. Le stagiaire n’est pas un salarié de l’entreprise qui l’accueille. Il est de ce fait interdit d’employer un stagiaire pour substituer un emploi régulier (comme un CDI) ou temporaire (CDD, intérim, contrats saisonniers, etc…).

Au cours de la même année universitaire, un stagiaire ne peut pas être dans la même structure pendant plus de 6 mois. La durée du stage est calculée selon le temps de présence effective du stagiaire dans l’entreprise, selon les critères suivants :

  • 7 heures consécutives ou non de présence valent 1 jour de travail ;
  • 22 jours de travail, soit 154 heures valent 1 mois de travail ;

Ainsi, un stage de 6 mois équivaut à 924 heures de travail (154 heures x 6). Un stage n’est également possible que s’il appartient à un cursus de formation dont le volume pédagogique d’enseignement est de 200 heures d’enseignement par an minimum.

Le stagiaire n’étant pas un salarié, l’entreprise d’accueil n’a pas à lui fournir de Déclaration Préalable à l’Embauche (DPAE). Elle devra tout de même inscrire le stagiaire sur son registre unique du personnel. Le CSE de l’entreprise doit également être consulté pour définir les conditions d’accueil des stagiaires.

Quota de stagiaire par établissement d’accueil.

Le Code de l’Éducation encadre strictement le nombre maximal de stagiaires que l’entreprise peut accueillir. Ainsi, le nombre de stagiaire dans le même établissement d’accueil au cours d’une même semaine civile se base sur l’effectif de l’organisme d’accueil, et ne peut excéder :

  • 15% de l’effectif, arrondi à l’entier supérieur, pour les organismes d’accueil dont l’effectif est supérieur ou égal à 20 ;
  • Trois stagiaires pour les organismes d’accueil dont l’effectif est strictement inférieur à 20.

L’inspection du travail peut être amenée à vérifier le respect des règles concernant le nombre de stagiaire. En cas de méconnaissance la structure accueillant les stagiaires encourt une amende administrative pouvant atteindre les 2 000 € par stagiaire concerné. En cas de réitération au cours de la même année, le montant de l’amende pourra atteindre jusqu’à 4 000 € .

Les droits du stagiaire dans l’entreprise

Même si le stagiaire ne possède pas le statut de salarié, il possède tout de même des droits ainsi qu’une forme de protection.

Premièrement, le stagiaire bénéficie des mêmes règles que celles prévues dans le Code du Travail en matière de harcèlement et de discrimination.

Le stagiaire peut également bénéficier des droits suivants :

  • Si le stage dure plus de 2 mois, la convention de stage devra impérativement prévoir la possibilité de congés et d’autorisation d’absence au bénéfice du stagiaire ;
  • Accès au restaurant d’entreprise et bénéfice de titres restaurants ;
  • Remboursement de la moitié de ses frais de transports en commun ;
  • Bénéfice des même règles de temps de travail maximal et de temps de repos que celles prévues par le Code du Travail ;
  • Possibilité de participation aux activités sociales et culturelles prévues par le CSE de l’entreprise d’accueil.

Gratification stage 2020

Tous les stages d’une durée supérieure à deux mois doivent être rétribués par une gratification versée chaque mois. Le montant de cette gratification peut être déterminé :

  • Par les stipulations conventionnelles applicables à l’organisme d’accueil ;
  • Ou par décret à un niveau minimal de 15% du plafond horaires de la Sécurité Sociale.

Pour 2020, le plafond est fixé à 26 € par heure, soit un montant minimum de 3,90 € par heure de présence effective. En dessous de ce montant, la gratification est exonérée de cotisation sociale.

Pour tout comprendre de la gratification due aux stagiaire, consultez dès maintenant notre article dédié à la fiche de paie à remettre à votre stagiaire.

Sur le même sujet

Covid entreprise
Conseils RH
Covid 19 : Les protocoles sanitaires en entreprise 22 octobre 2020

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions : Le port du masque obligatoire en entreprise ; L’encouragement du recours au télétravail. Revoyons ensemble ces différentes […]

Congé de reclassement
Conseils RH
Le congé de reclassement : tout ce qu’il faut savoir 22 octobre 2020

La mise en oeuvre du congé de reclassement s’articule avec la procédure du licenciement pour motif économique dans les grandes entreprises. Au cours de celle-ci, l’employeur doit respecter certaines démarches particulières du fait de ce congé. Faisons le point sur le fonctionnement, la durée et le financement de ce dispositif. CONGÉ DE RECLASSEMENT : QU’EST-CE […]

Conseils RH
Maladie professionnelle : Prise en compte dès les premiers symptômes 21 octobre 2020

Le 1er juillet 2018, les règles de prise en compte des indemnisations pour maladie professionnelle ont changé. Elles sont plus favorables aux salariés en prenant en compte la constatation des premiers symptômes de la maladie par un médecin. Cette nouvelle règle instaure aussi une limite à la rétroactivité de l’indemnisation. LA MALADIE PROFESSIONNELLE Les conditions […]

FacebookTwitterLinkedInEmail