Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Emploi d’un salarié mineur : les conditions à respecter

10 août 2020 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 3 min.

En France, il n’est pas possible d’embaucher un salarié avant l’âge de 16 ans. Mais il existe certaines dérogations pour les métiers artistiques, pendant les vacances scolaires ou dans le cadre d’un contrat d’apprentissage. Au-delà de 16 ans, le mineur peut être salarié, quel que soit le type de contrat mais avec certaines protections notamment sur le travail de nuit et les heures supplémentaires. Quelles sont les conditions à respecter si une entreprise souhaite embaucher un mineur ?

Embaucher un salarié mineur : Âge minimum légal

La loi interdit l’embauche de travailleur ayant moins de 16 ans révolus. Il existe toutefois plusieurs exceptions dans lesquelles il est possible de faire travailler un salariés de moins de 16 ans.

Il est ainsi possible pour une entreprise d’embaucher :

  • Un mineur d’au moins 15 ans titulaire d’un contrat d’apprentissage. Le salarié devra tout de même avoir accompli la scolarité du premier cycle de l’enseignement secondaire ;
  • Un élève de l’enseignement général dans le cadre d’une visite d’information organisée par ses enseignants, ou durant les 2 derniers niveau de l’enseignement des collèges ou durant la scolarité du lycée lorsqu’ils suivent des périodes d’observation ;
  • Un élève qui suit un enseignement alterné ou un enseignement professionnel durant les deux dernières années de scolarité obligatoire, lorsque celui-ci accompli des stages d’initiation, d’application ou une période de formation en milieu professionnel.

Il est également impératif pour l’employeur :

Travail des adolescents pendant leurs vacances scolaires

Dès l’âge de 14 ans, un mineur peut travailler pendant ses vacances scolaires. Les travaux qui lui seront confiés devront impérativement être adaptés à son âge.

Si l’entreprise souhaite embaucher un mineur âgé de 14 à 16 ans pendant les vacances scolaires, elle devra obtenir l’autorisation de l’inspection du travail au moins 15 jours avant la date prévue d’embauche.

L’emploi d’un mineur est alors autorisé dans les conditions suivantes :

  • Seulement si la période de vacances scolaire comporte au moins 14 jours, ouvrables ou non ;
  • Le salarié bénéficie d’un repos continu d’une durée qui ne peut être inférieur à la moitié de la durée totale de la période de vacances scolaires.

Il peut être également possible de recruter un jeune de moins de 14 ans, après avoir recueilli le consentement des parents et l’autorisation préalable de l’autorité administrative. Le jeune ne pourra travailler que dans :

  • Une entreprise de spectacle sédentaire ou itinérante ;
  • Une entreprise de cinéma, de radiophonie, télévision ou d’enregistrements sonores ;
  • Une agence de mannequinat ;
  • Une entreprise ou association ayant pour objet la participation à des compétitions de jeux-vidéos.

Activités réglementées ou interdites aux salariés mineurs

Un mineur ne peut être embauché que pour effectuer des travaux dits « légers ».  Il est formellement interdit d’employer des salariés de moins de 18 ans pour des travaux les exposant à des risques pour leur santé, sécurité, moralité ou capacités physiques.

Les travaux interdits aux salariés mineurs sont les suivants :

  • Les travaux portant atteinte à l’intégrité physique ou morale, exposant le salarié à des actes ou représentations à caractère violent ou pornographique ;
  • L’exposition à des agents chimiques dangereux ;
  • L’exposition à de l’empoussièrement de fibre d’amiante ;
  • L’exposition à des agents biologiques ou des rayonnements ;
  • L’exposition à des vibrations mécaniques ;
  • Le travail en milieu hyperbare ;
  • Le travail exposant à des risques d’origine électriques ;
  • Le travail exposant à des risques d’effondrement ou d’ensevelissement ;
  • Les tâches nécessitant l’utilisation d’équipements tels que des scies circulaires, machines de moulage, de rabotage, appareils sous pression, etc…
  • Les travaux temporaires en hauteur ;
  • Le travail en milieu confiné, ou à des températures extrêmes ;
  • Les travaux exposant au contact avec du verre ou du métal en fusion ;
  • Les travaux en contact d’animaux féroces ou venimeux ;
  • Les travaux d’abattage, d’euthanasie ou d’équarrissage.

 

Tags:

Sur le même sujet

Conseils RH
Le recours au télétravail 16 septembre 2020

De plus en plus d’entreprises ont recours au travail à distance, ou télétravail. Cette pratique peut être un véritable plus pour une entreprise, à la fois pour le confort du salarié dans sa mission en conciliant plus facilement vie privée et vie professionnelle, mais également un moyen de fidéliser de nouveaux collaborateurs. Télétravail ou travail […]

Conseils RH
Comprendre le bore-out, ou l’ennui au travail poussé l’extrême 15 septembre 2020

Depuis plusieurs année, le burn-out, une maladie professionnelle synonyme d’épuisement professionnel et de stress extrême lié au travail est de plus en plus reconnue. A l’autre extrémité du spectre il existe le bore-out, un mal-être d’une intensité comparable, touchant de plus en plus de salariés. Comment se manifeste le bore-out, en quoi est-il dangereux pour […]

Conseils RH
Conflit salarié – employeur : règlement à l’amiable 11 septembre 2020

Lors d’un conflit entre un salarié et son employeur, il est possible de régler ce conflit à l’amiable. Un règlement à l’amiable peut alors prendre trois formes : La médiation conventionnelle ; La procédure participative ; Le protocole transactionnel. Ces trois modes de règlement vont permettre au salarié et à l’employeur de trouver une issue […]

FacebookTwitterLinkedInEmail