Conseils RH

Le dialogue social à l’heure post Covid-19

8 septembre 2020 par Vincent Langlois - Lecture 3 min.
Le dialogue social à l'heure post Covid-19

Les conséquences de la crise du Covid-19 sont bien présentes pour les entreprises à l’heure actuelle. Une des ressources essentielles permettant de s’adapter au mieux à ces conséquences est le dialogue social.

Ce sera le rôle du CSE de l’entreprise de s’occuper de toutes les questions relatives à cette situation, et d’en faire l’objet de concertation et de négociation pour trouver des solutions efficaces socialement et économiquement.

Revoyons ensemble les principales thématiques à aborder en priorité dans l’entreprise pour préserver la qualité des relations sociales, maintenir la performance économique et garantir la santé des salariés.

Un dialogue social autour de l’organisation du travail et du temps de travail

Avec la reprise d’activité, les entreprises ont pour objectif principal de rattraper la production perdue pendant le confinement. Pour cela, il conviendra de réorganiser le travail. Cette réorganisation concernera les aspects suivants, qui pourront se voir fortement impactés :

  • Le temps de travail et les horaires de travail ;
  • Les périodes de congés ;
  • La répartition des postes et des missions ;
  • etc…

Si la seule raison pour modifier ces différents aspects s’avère être le rattrapage des pertes dues au confinement, alors de forts risques de tension entre salariés et managers peuvent exister. Des critères d’équité doivent alors être pensés et des solutions doivent être négociées entre CSE et employeur plutôt que d’être imposés de manière unilatérale par ce-dernier.

Maintenir l’engagement après le retour au travail

La période de confinement a donné lieu au recours de certains dispositifs de manière plus intensive qu’en temps normal. C’est notamment le cas du télétravail et de l’activité partielle.

Le retour au travail « classique » à la fin de ces dispositifs doit être anticipé comme un retour après un arrêt de travail : le salarié peu avoir besoin d’un peu de temps pour se réapproprier son poste de travail et le fonctionnement interne de l’entreprise.

Il conviendra également de prendre en compte, sans faire culpabiliser les concernés :

  • Les absences de certains salariés ;
  • Les inquiétudes des autres ;

Ce prise en considération permettra de trouver de nouvelles pistes pour revenir à un fonctionnement normal et remobiliser les effectifs.

Discussions autour du parcours professionnel

La crise sanitaire a eu un impact social particulièrement important : beaucoup de travailleurs ont remis en question leur parcours professionnel.

Ces salariés doivent être accompagnés s’ils souhaitent réévaluer leurs choix professionnels selon leurs priorités personnelles.

De plus, d’autres salariés peuvent avoir connu un surcroît d’activité pendant la crise sanitaire. Ils seront en droit de prétendre à une reconnaissance de la part de leurs employeurs, ce qui peut prendre la forme d’une évolution professionnelle au sein de l’entreprise.

Le dialogue social pour éviter les tensions

Selon l’entreprise, il est possible qu’un clivage se soit formé entre les différents salariés selon leur situation :

  • Ceux qui ont maintenu un travail à temps plein ;
  • Ceux passés en temps partiel, voire en activité partielle ;
  • Ceux en arrêt maladie, ou en congés pour garde d’enfants ;
  • Ceux ayant exercé leur droit de retrait ;
  • Etc…

Ce clivage peut parfois créer une séparation entre les salariés, pouvant engendrer des tensions au sein des effectifs. La pression de la reprise du travail peut également être une source de tension, en raison de plusieurs facteurs (désorganisation, fatigue, stress, anxiété, etc…).

Il est impératif de reconnaître les premiers signes d’un potentiel conflit interne pour pouvoir l’anticiper et le prévenir par le dialogue.

Anticiper et gérer un potentiel absentéisme

Les salariés ayant maintenu leur activité durant toute la crise sanitaire, et qui continuent de travailler dans des conditions de travail encore plus tendues malgré la levée du confinement, sont susceptibles de subir le contrecoup de la fatigue accumulée pendant et après la crise sanitaire.

Un grand nombre de salariés arrêtés ne peut que compromettre un bon retour à une activité normale. Une concertation entre l’employeur et les représentant du personnel est donc impérative pour permettre aux salariés qui en ont besoin de récupérer de leurs efforts.

Valorisation des tâches et reconnaissance dans l’entreprise

Les salariés ayant fournis des efforts supplémentaires consentis (exposition à des risques, heures supplémentaires, etc…) peuvent légitimement attendre une reconnaissance de la part de leur employeur.

Certains d’entre eux peuvent même demander une revalorisation de leur poste (notamment pour les métiers qui ont été nécessaires au fonctionnement du pays pendant le confinement).

La reconnaissance ne se limite pas aux éléments salariaux, elle concerne également l’acceptation du droit à l’erreur pendant la crise, faute d’alternative pour certains salariés.

 

Sur le même sujet

Covid entreprise
Conseils RH
Covid 19 : Les protocoles sanitaires en entreprise 22 octobre 2020

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions : Le port du masque obligatoire en entreprise ; L’encouragement du recours au télétravail. Revoyons ensemble ces différentes […]

Congé de reclassement
Conseils RH
Le congé de reclassement : tout ce qu’il faut savoir 22 octobre 2020

La mise en oeuvre du congé de reclassement s’articule avec la procédure du licenciement pour motif économique dans les grandes entreprises. Au cours de celle-ci, l’employeur doit respecter certaines démarches particulières du fait de ce congé. Faisons le point sur le fonctionnement, la durée et le financement de ce dispositif. CONGÉ DE RECLASSEMENT : QU’EST-CE […]

Conseils RH
Maladie professionnelle : Prise en compte dès les premiers symptômes 21 octobre 2020

Le 1er juillet 2018, les règles de prise en compte des indemnisations pour maladie professionnelle ont changé. Elles sont plus favorables aux salariés en prenant en compte la constatation des premiers symptômes de la maladie par un médecin. Cette nouvelle règle instaure aussi une limite à la rétroactivité de l’indemnisation. LA MALADIE PROFESSIONNELLE Les conditions […]

FacebookTwitterLinkedInEmail