Conseils RH

Covid : tout savoir sur le dépistage et sa prise en charge

23 septembre 2020 par Vincent Langlois - Lecture 4 min.
Covid : tout savoir sur le dépistage et sa prise en charge

Malgré le confinement et les protocoles sanitaires, le Covid continue de circuler en France. Beaucoup de français, notamment ceux dans l’incapacité de travailler à cause d’une suspicion de contamination, souhaitent alors passé un dépistage (ou test PCR). Revoyons ensemble ce qu’il faut savoir sur le dépistage du coronavirus.

Dans quels cas le dépistage covid est possible ?

Les tests virologiques PCR utilisés pour le dépistage du covid sont accessibles à tous. Une personne peut se faire dépister :

  • Qu’elle présente des symptômes de la maladie ou non ;
  • Si la personne a été en contact avec un personne testée positive au coronavirus (cas contact).

Pour ne faire dépister, aucune prescription médicale n’est nécessaire : le dépistage peut se faire sans ordonnance.

Il est également gratuit car pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie. La personne qui vient se faire dépister en centre ou en laboratoire n’aura pas à avancer de frais. Si le dépistage se fait dans un cabinet d’infirmiers libéraux, le bénéfice du tiers payant n’est pas garanti.

Où se faire dépister ?

Pour se faire dépister, il suffit de se rendre dans un des centres covid mis en place sur le territoire. Le Ministère des Solidarités et de la Santé a mis en place un site internet dédié permettant de trouver le centre de dépistage le plus proche de chez soi. Selon le centre de dépistage, les modalités peuvent varier, notamment :

  • Les horaires d’ouverture du centre ;
  • L’accès au centre (avec ou sans RDV, créneaux horaires, etc..) ;
  • Le lieu de prélèvement (sur place, à domicile, en établissement de santé, etc…).

Pour limiter le temps d’attente et de trop grands regroupements en file d’attente, il est recommandé de prendre rendez-vous, même lorsque ce n’est pas obligatoire.

Une fois le rendez-vous pris, plusieurs informations peuvent être demandées (nom, prénom, adresse, coordonnées, etc…) afin de préparer un dossier administratif et gagner du temps lorsque l’intéressé se présentera à son rendez-vous. Ces informations sont enregistrées afin de permettre le suivi des personnes diagnostiquées positives et leur contact pour limiter la propagation de la maladie. Il en va de même pour les résultats des tests.

Déroulement du dépistage covid

Le prélèvement pour le dépistage via test PCR ne prend que quelques secondes. Il s’agît d’un prélèvement « naso-pharyngé », qui consiste à introduire un écouvillon (sorte de grand coton-tige très fin) dans une des narines.

Une fois l’écouvillon introduit, le professionnel de santé qui effectue le test le fera tourner doucement sur lui-même pendant 15 à 30 secondes afin de prélever des sécrétions. Cette manipulation n’obstrue en aucun cas la respiration du patient testé, rien ne sert à se mettre en apnée.

Le prélèvement, bien qu’il puisse paraître impressionnant, est sans douleur. Il est possible que l’écouvillon crée une légère irritation dans la narine chez certaines personne, mais rien de douloureux.

Une fois le test effectué, un délai de 24 heures est requis pour analyser et transmettre les résultats. Toutefois, les fortes affluences dans certains centres (en zone « cluster » par exemple) peuvent allonger ce délai : il faut alors compter en moyenne 3 ou 4 jours d’attente pour avoir ses résultats. Pour les avoir le plus rapidement possible, il est recommandé de demander l’envoi des résultats par mail.

Marche à suivre selon les résultats

A la suite du tests, les résultats communiqués ne peuvent être que de deux natures : positif au covid, ou négatif au covid. Il n’y a pas d’entre-deux ou de suspicion supplémentaire une fois le dépistage fait.

En cas de test positif : 

Si le test s’avère positif au covid, les services de l’Assurance Maladie prennent contact avec la personne pour retracer l’historique des personnes qu’il a fréquenté :

  • Dans les 48 heures avant l’apparition des symptômes ;
  • Dans les 7 jours avant l’absence de symptômes.

Il est alors demandé au malade de fournir l’identité des « personnes contact » et leurs coordonnées afin qu’elles soient intégrées dans la base de données et contactées par les services de l’Assurance Maladie dans les 24 heure afin d’organiser leur prise en charge et leur accès à un test de dépistage.

Une personne contrôlée positive doit bien évidemment respecter les mesures d’isolement afin de lutter contre la transmission du virus. Ces mesures sont différentes selon si le malade est symptomatique ou non :

  • Si le malade est symptomatique, l’isolement doit être poursuivi jusqu’à guérison. Il devra durer au moins 7 jours et s’arrêter après disparition des dernier symptômes et au moins 48 heures après la disparition de la fièvre. Une fois cette première période passée, le port du masque et l’extrême respect des mesures d’hygiène et des gestes barrières doivent être appliqués pendant 7 jours de plus.
  • Si le malade est asymptomatique, un isolement de 7 jours doit également être appliqué, mais il se décompte à partir du jour du prélèvement positif. Si des symptômes apparaissent pendant cette période, elle devra être rallongée de 7 jours à compter du jour d’apparition des symptômes.

Si le malade est salarié, il peut bénéficier d’un arrêt de travail pour couvrir sa période d’isolement.

En cas de test négatif : 

Bien que le résultat puisse être négatif, des circonstances peuvent imposer à la personne de respecter des mesures d’isolement, notamment :

  • Si le test est négatif mais que la personne présente des symptômes ;
  • Si le test est négatif mais que la personne testée a été en contact rapprochée avec une personne qui a été testée positive.

Si la personne, testée négatif, présente tout de même des symptômes du covid, le respect des gestes barrières doit continuer à être rigoureusement respecté.

Lorsque le test est négatif mais qu’un contact avec une personne testée positive est avéré, les mesures d’isolement qui devront être appliquées vont varier :

  • Rester en isolement puis effectuer un nouveau test 7 jours après la guérison de la personne malade si elle et la personne testée négatif vivent sous le même toit. Si aucun symptômes n’est présent, un isolement de 7 jours supplémentaires est nécessaire, mais les mesures d’isolement sont allégées ;
  • Si les deux personnes ne vivent pas sous le même toit, la personne en contact avec celle testée positif devra, par sécurité, poursuivre des mesures d’isolement, allégées, jusqu’au 14ème jour après son dernier contact avec le malade.

Rappel :
Les mesure d’isolement allégées sont :

  • Limiter les sorties au maximum ; 
  • Porter un masque en permanence à l’extérieur du domicile ; 
  • Ne pas reprendre le travail hors télétravail
  • Ne pas emprunter les transports en commun ;
  • Éviter tout contact avec des personnes à risques, même avec précautions ; 
  • Appliquer le plus rigoureusement possible les gestes barrières. 

Sur le même sujet

référent santé et sécurité
Conseils RH
Le référent santé et sécurité au travail de l’entreprise 29 septembre 2022

Une bonne entreprise possède parmi ses atouts une bonne politique de prévention. Pour l’appliquer efficacement, le référent santé et sécurité au travail (ou aussi « préventeur ») assiste l’employeur, notamment pour évaluer les risques professionnels et planifier des actions de prévention. Autour de ce rôle, de nombreuses questions peuvent se poser : Est-il obligatoire d’avoir un tel […]

DUER
Conseils RH
Rédiger le DUER de son entreprise 29 septembre 2022

Un employeur se doit d’évaluer les risques professionnels liés à l’activité de son entreprise auxquels seront exposés les salariés. Une bonne évaluation des risques permet de mettre en place des mesures de prévention et de protection efficaces. Une fois relevés, les risques professionnels doivent être retranscrits dans un Document Unique d’Évaluation des Risques professionnels, ou […]

accidents du travail bénins
Conseils RH
Le registre des accidents du travail bénins 29 septembre 2022

Il peut arriver qu’un salarié soit victime d’un accident du travail. Dans certains cas de figure, l’accident peut être suffisamment léger pour être considéré comme bénin. En établissant un registre des accidents du travail bénins, l’employeur peut éviter une déclaration d’accident du travail. Anciennement, une autorisation de la CARSAT était nécessaire à l’ouverture d’un tel […]

FacebookTwitterLinkedInEmail