Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Conseils RH

Coronavirus : la reprise du travail en toute sécurité

23 juin 2020 par Vincent Langlois - Lecture 4 min.

L’épidémie de coronavirus (Covid-19) qui touche toute la France persiste. Cependant, l’État réduit progressivement le confinement depuis le 11 mai 2020. Il est normal pour les entreprises de s’interroger sur leur impératif lors de ce déconfinement et quelles seront les consignes à suivre. Comment envisager une reprise du travail en toute sécurité à la sortie du confinement ?

Évaluation des risques liés au coronavirus

L’employeur a pour obligation d’assurer la sécurité de l’ensemble de ses salariés. Il devra prendre toutes les mesures nécessaire pour cela, tant pour la santé physique et mentale des salariés. Ces mesures doivent comprendre :

  • Des actions de prévention ;
  • Des actions de formation et d’information ;
  • Le déploiement de moyens adaptés à la structure de l’entreprise.

Ces risques sont à incorporer dans le DUER de l’entreprise par le biais d’une mise à jour.

Malgré le déconfinement, la maladie sera toujours bien présente. Il sera alors impératif pour l’entreprise d’évaluer :

  • Les situations de travail qui présentent des risques de transmission du virus ;
  • Les risques potentiellement créés par une réorganisation du travail dans l’entreprise.

Télétravail et réorganisation

Le confinement a été l’occasion pour beaucoup d’entreprise de recourir au télétravail à plus grande échelle si leur activité le permettait. Ayant demandé initialement de privilégier le télétravail, le Gouvernement suggère désormais de moins y recourir pour permettre aux entreprises de reprendre un rythme d’activité normal.

Le télétravail reste toutefois la meilleure solution pour éviter les risques de contamination entre salariés.

Si l’entreprise ne peut pas appliquer le télétravail ou décide de ne plus y recourir, elle doit alors repenser l’organisation du travail en son sein. Plusieurs mesures sont applicables sans trop de difficulté, notamment :

  • Le report ou l’annulation des déplacements non essentiels ;
  • La limite au strict nécessaire des personnes présentes aux réunions ;
  • L’organisation d’un roulement pour les pauses et le déjeuner pour ne pas créer de trop gros regroupements dans les espaces communs ;
  • L’entretien et la désinfection des postes de travail et des outils de travail.

Reprise du travail : aménagement des locaux

L’aménagement des locaux va varier selon l’entreprise et son secteur d’activité. Des pistes générales peuvent cependant être étudiées pour permettre à toutes les entreprises de préparer leurs installations afin de limiter le plus possible la propagation du virus :

  • Si l’entreprise possède des locaux suffisamment grands, elle peut alors réorganiser la disposition des postes de travail avec une distance d’au moins 1 mètre au strict minimum entre chaque poste de travail ;
  • Les bureaux vacants peuvent être utilisés pour réduire le nombre de salariés regroupés dans la même pièce ;
  • Pour les open-space, revoir les horaires de travail des salariés sur site pour limiter leur nombre au même moment est une option intéressante. Une alternance travail sur site / télétravail peut être proposée, même si ce-dernier reste la meilleure solution pour éviter les risques de contamination ;
  • Pour les ateliers et les dépôts, l’application d’un marquage au sol pour les distances de sécurité ainsi qu’un sens de circulation imposé peuvent être des mesures efficaces de prévention ;
  • Si l’entreprise est amenée à recevoir des clients ou du public, la réception sur rendez-vous uniquement est de rigueur ;
  • Pour les cantines, il est préférable d’avoir des bouteilles d’eau individuelles plutôt qu’une fontaine collective qui serait manipulée par tous les salariés.

Affichage de prévention

Il est vivement recommandé, mais pas obligatoire, d’afficher les consignes sanitaires à l’intention des personnes dans l’entreprise. Ces affichages devront être facilement accessibles et visibles par tous. Les différentes consignes de prévention et protection devront y être listées, à savoir :

Les gestes barrières :

  • Lavages demains régulier ;
  • Utilisation de mouchoirs jetables ;
  • Désinfection des objets et surfaces après utilisations si possible ;
  • Respect d’un mètre de distance entre chaque personne et des distances mises en place dans l’entreprise ;
  • etc…

Les consignes relatives au port du masque :

  • Marche à suivre pour le mettre ;
  • Les règles à suivre lorsqu’on le porte (ne pas le toucher, le remettre plusieurs fois) ;
  • Comment le jeter s’il est à usage unique ou le laver s’il est réutilisable ;
  • etc…

La marche à suivre en cas de symptômes :

  • Rappel des principaux symptômes du coronavirus ;
  • Rester chez soi en cas de suspicion de symptômes et contacter la direction ou le service RH de l’entreprise ;
  • Contacter son médecin traitant, ou le SAMU en cas de symptômes graves.

Équipements et hygiène

Il est important de permettre aux salariés présents sur le lieux de travail d’obtenir des équipements de protections suffisants, notamment :

  • Du savon désinfectant ;
  • Du gel hydroalcoolique ;
  • Des gants jetables ;
  • Des plaques de plastiques pour éviter la projection postillons lorsque les salariés sont amenés à interagir avec de la clientèle (comme dans les supermarchés).

La quantité et le renouvellement des stocks devront être régulièrement vérifiés. Les masques de protection sont pour l’instant distribués en absolue priorité au corps médical.

Un rappel collectif à l’ensemble des collaborateurs sur les gestes barrières à adopter est également impératif, à savoir :

  • Un lavage des mains fréquents ;
  • Faire en sorte de tousser dans son coude ;
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique seulement et les jeter à la poubelle après utilisation ;
  • Respecter la distanciation sociale d’au moins 1 mètre ;
  • Éviter le plus possible de se toucher les mains et le visage.

Dépistage et contrôle de température

Certaines entreprises pratiquent déjà le contrôle de la température de leurs salariés. Cette pratique est fortement déconseillée car elle est :

  • D’une part peu efficace, la fièvre n’étant pas un symptôme systématique et peu être masquée par la prise de médicaments ;
  • D’autre part, le contrôle peut instaurer une inquiétude supplémentaire pour les collaborateurs.

Il est plus judicieux de demander aux salariés une autosurveillance, qui s’avère bien plus efficace.

De plus, le Ministère du Travail a publié un protocole national de déconfinement pour les entreprises. Il regroupe et détaille les différentes mesures listées dans cet article. Une version assouplie du protocole est attendue cette semaine pour favoriser le retour au travail des salariés.

De plus, ce protocole interdit purement et simplement les campagne de dépistage du personnel. Le Ministère insiste également sur le rôle des entreprises dans la prise en charge d’une personne présentant les symptômes du coronavirus. Elles devront également, de concert avec la médecine du travail, rédiger une procédure préventive de prise en charge de la personne symptomatique sans délai afin de les isoler rapidement.

Tags:

Sur le même sujet

Conseils RH
BTP : travailler pendant la canicule 3 juillet 2020

Pour les entreprises du BTP, il est fréquent (surtout en période de canicule) que leurs salariés soient exposés à de fortes chaleurs. Afin de préserver la santé et la sécurité de ces-derniers, l’employeur doit mettre en place plusieurs mesures de précautions. L’OPPBTP, qui avait déjà fourni une guide des précautions à suivre pour les chantiers […]

Conseils RH
Bien rédiger le CDD de son salarié 1 juillet 2020

Vous souhaitez embaucher un salarié en Contrat à Durée Déterminée (CDD) dans votre entreprise ? Vous ne savez pas par où commencer pour rédiger le contrat de ce nouveau salarié ? Revenons ensemble sur les différentes étapes à suivre pour bien rédiger un CDD. Pour rappel, un CDD doit impérativement  être rédigé à l’écrit et […]

Conseils RH
Rappel sur les conditions du travail de nuit 25 juin 2020

La loi fixe le travail de nuit entre 21 heures et 7 heures. Un accord peut remplacer cette période par une tranche de 9 heures qui doit être comprise entre 21 heures et 7 heures et qui inclut obligatoirement l’intervalle de 24 heures à 5 heures. Comme le travail du dimanche, il existe des dérogations […]

FacebookTwitterLinkedInEmail