Actualité paie

Coronavirus : chômage partiel pour les CESU

18 mars 2020 par Vincent Langlois - Lecture 2 min.
Coronavirus : chômage partiel pour les CESU

Il est possible pour un particulier de recourir au service d’un employé à domicile (aide ménagère, garde d’enfant, jardinage,…) via le Chèque Emploi Service Universel (CESU). La récente propagation du coronavirus, couplée aux mesures de confinement annoncées par le Gouvernement, a suscité l’inquiétude pour les personnes employées à domicile. Doivent-elles continuer à travailler ? Que prévoit l’État ?

 Un chômage partiel pour les employés à domicile ?

En temps normal, la loi ne prévoit pas la possibilité d’un chômage partiel (ou chômage technique) pour les salariés travaillant au domicile de particuliers via le CESU.

Depuis le 17 mars 2020, la France est dans une situation de confinement quasi total, pour endiguer et lutter contre la propagation du coronavirus. L’activité professionnelle du pays tourne pas conséquent au ralenti, bien que le télétravail soit possible dans de nombreux secteurs.

Par conséquent, les employés à domicile ne peuvent tout simplement plus exercer leur activité. Pour résoudre ce problème, le Ministère du Travail a annoncé la mise en place d’un système semblable à celui du chômage partiel pour les employés à domicile.

Un décret reste à être publié pour que ce système soit officiellement opérationnel.

Comment mettre un CESU au chômage partiel ?

Tout d’abord, comme pour une entreprise classique, c’est à l’employeur (donc le particulier), de placer un employé à domicile au chômage partiel.

Cependant, comme mentionné plus haut, un décret doit encore définir toutes les modalités de la procédure.

Le site du CESU encourage les particuliers employeurs à verser à leurs employés la totalité de leur rémunération de mars même si les heures n’ont pas été effectuées.

Pour la période d’avril, des mesures exceptionnelles d’accompagnement contre le coronavirus seront mise en place pour éviter aux particuliers employeurs de supporter le coût de ces heures non-travaillées. L’employeur indiquera les heures sur un formulaire spécifique et le CESU lui indiquera le montant de l’indemnisation à verser au salarié.

Le montant de l’indemnisation couvrira 80% du salaire net des heures non travaillées. Il n’y aura pas de charges sociales pour le salarié et devra être déclaré en totalité à l’administration fiscale. Pour l’employeur, le montant sera reversé par le CESU mais ne pourra pas être défiscalisé. L’employeur est libre de maintenir la rémunération complète en versant un complément de salaire.

Le reste des modalités, délais et éventuels changements de montants d’indemnisation restent à définir par décret. Celui-ci devrait être publié rapidement pour éviter que la situation des CESU ne s’embourbe.

Sur le même sujet

Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ?
Actualité paie
Projet de Loi de Finances 2022 : quelles mesures pour les entreprises ? 18 octobre 2021

Présenté fin septembre en Conseil des ministres, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2022 poursuit la politique du gouvernement et du PLF de 2021. Ce dernier vise à soutenir les petites entreprises, avec un budget orienté vers la reprise de l’activité et le rétablissement des finances publiques. Le Projet de Loi de Finances […]

Congé paternité : tout ce qu'il faut savoir
Actualité paie
Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir 18 octobre 2021

Lorsqu’un salarié devient père, il bénéficie d’un congé de paternité afin d’être présent auprès de la mère et de son nouvel enfant. Le PLFSS 2021 étend sa durée au 1er juillet 2021 pour un total de 25 jours, en plus d’autres modifications. Ces dispositions s’appliquent pour tous les enfants nés à partir de cette date […]

CSP
Actualité paie
Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) reconduit jusqu’au 31 décembre 2022 14 octobre 2021

Dans le cadre d’un licenciement économique, certains employeurs doivent proposer un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) à leurs salariés. Conçu comme un dispositif pour accélérer le retour à l’emploi, il vient d’être prolongé une nouvelle fois, jusqu’au 31 décembre 2022. CONTRAT DE SÉCURISATION PROFESSIONNELLE (CSP) : MODE D’EMPLOI Les entreprises de moins de 1000 salariés […]

FacebookTwitterLinkedInEmail