Le blog des gestionnaires de paie et des experts des RH

Actualité paie

Contrôle URSSAF : les nouvelles règles pour 2020

11 août 2016 par Cyril Legrix - Lecture 2 min.

Suite au décret du 13 octobre 2019, les règles de remise de documents aux agents de l’URSSAF vont être modifiées à partir du 1er janvier 2020. Les dispositions relatives au contenu des lettres d’observation et la durée de période contradictoire sont aussi affectées par ce décret. Quelles sont ces nouvelles règles pour les contrôles URSSAF en 2020 ? Réponses dans notre article.

Mettre les documents à disposition des agents de contrôle

En cas de contrôle par l’URSSAF, la personne sujette au contrôle doit mettre à dispositions des inspecteurs tout document et/ou support d’information qui lui sera demandé.

A partir du 1er janvier 2020, sauf autorisation de la personne contrôlée, il sera possible d’exploiter en dehors de ses locaux uniquement des copies des documents remis.

L’URSSAF pourra toujours demander au préalable à ce que les documents qui lui seront remis soient classés selon leur importance dans la procédure de contrôle. Le décret précise cependant que, sans préjudices de demande complémentaire ou d’évaluation par échantillonnage et extrapolation, l’agent de contrôle pourra choisir de demander seulement des données et des documents partiels.

Observations rapportées par les agents de contrôle

Le décret stipule que, pour les contrôles engagés à compter du 1er janvier 2020, les observations que l’URSSAF transmettra à la personne contrôlée à l’issu du-dit contrôle devront être faites au regard des éléments déclarés à la date d’envoi de l’avis de contrôle.

D’autre part, si la lettre d’observations établit un constat d’absence de mise en conformité, ce même constat n’aura plus à être contresigné par le directeur de l’organisme s’occupant d’effectuer le recouvrement.

Durée de la période contradictoire

Il est prévu dans la loi de financement de la Sécurité Sociale instaurée en 2019 que la période dont dispose la personne contrôlée pour répondre à la lettre d’observation envoyée par l’URSSAF peut être allongée. D’une durée de base de 30 jours, elle peut être augmentée à la demande du cotisant contrôlé.

Cette mesure est mise en œuvre par le décret pour tous les contrôles engagés à compter du 1er janvier 2020. Ainsi, le délai peut être allongé jusqu’à 60 jours. Sans réponse de l’organisme de recouvrement, la prolongation du délai sera considérée comme acceptée.

La fin de la période contradictoire aura désormais lieu dans 2 cas de figure :

  • En cas d’absence de réponse aux observations de l’URSSAF par la personne contrôlée au terme du délai de période contradictoire ;
  • En cas de réponse de la personne contrôlée.

A savoir :
Dans sa lettre de réponse, l’employeur contrôlé par l’URSSAF pourra justifier d’avoir corrigé, durant la période de contrôle, les déclarations afférentes. Il pourra également annoncer l’acquittement des somme correspondantes pour que son justificatif soit pris en compte, conformément au droit à l’erreur mis à sa disposition.

L’actualité

Actualité paie
Recouvrement des cotisations URSSAF : nouveautés 2020 12 novembre 2019

Les services de l’URSSAF prennent de plus en plus de recouvrement de cotisations et contributions sociales en charge. Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (ou PLFSS) va intensifier ce processus. Quels transferts sont prévus pour 2020 ? Réponse dans cet article. Situation actuelle du recouvrement par l’URSSAF Actuellement, l’URSSAF s’occupe de collecter […]

Actualité paie
Heures supplémentaires réduction Fillon 20 octobre 2019

Pour inciter les entreprises de moins de 20 salariés à recourir aux heures supplémentaires, elles bénéficient d’une exonération spécifique. Elle est facile à calculer mais complique l’application de a réduction générale des cotisations patronales (RGCP dite Fillon). EXONÉRATION FORFAITAIRE + RGCP : CUMUL PLAFONNÉ La déduction forfaitaire sur les heures supplémentaires pour les entreprises de […]

Actualité paie
« Barème Macron » : première décision de la Cour d’appel 1 octobre 2019

L’application du nouveau barème d’indemnisation en cas de licenciement sans cause réelle, dit « barème Macron » faisant toujours débat, une décision de Cour d’appel était attendue. C’est celle de Reims qui a exprimé son avis sur le barème. A l’étonnement général, elle juge que le nouveau barème est compatible avec le droit européen, mais […]

FacebookTwitterLinkedInEmail