Conseils RH

Contrat unique d’insertion : CUI-CAE et CUI-CIE

5 août 2020 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 2 min.
contrat-unique-insertion-cui-cae-cui-cie/

Le contrat unique d’insertion (CUI) associe formation et aide financière pour faciliter l’embauche de personnes dont les candidatures sont habituellement rejetées.

Il se divise en deux catégories : le contrat initiative emploi (CUI-CIE), qui concerne le secteur marchand industriel et commercial, et le contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE), qui s’adresse au secteur non marchand, public ou associatif.

IMPORTANT : À partir de janvier 2018, les CUI-CAE sont transformés en parcours emploi compétences, avec un accompagnement renforcé.

SALARIES CONCERNÉS PAR LE CUI

Le CUI est réservé aux personnes reconnues par les institutions comme spécialement désavantagées dans la compétition pour l’accès à l’emploi. Cette reconnaissance est assez large mais un budget régional maximal est fixé par l’état annuellement.

Sont prioritaires les bénéficiaires des minima sociaux :

  • Revenu de Solidarité Active (RSA),
  • Allocation Temporaire d’Attente (Ata),
  • Allocation de Solidarité Spécifique (ASS),
  • Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).

NB : Les jeunes ne sont pas prioritaires car ciblés par le Contrat d’Avenir.

Une personne qui souhaite bénéficier d’un CUI doit être en lien avec un professionnel assurant un suivi personnalisé de leur insertion professionnelle. Par exemple :

  • un référent RSA,
  • ou un référent Pôle emploi,
  • ou un référent de Cap emploi (pour les personnes handicapées).

Si la personne répond bien aux critères du CUI, sa candidature est ensuite présentée à des employeurs proposant un travail en rapport avec leur profil.

CARACTÉRISTIQUES DU CUI

Le CUI peut être à durée déterminée ou indéterminée.

Lorsqu’il est à durée déterminée :

  • sa durée minimale est de 6 mois (3 mois pour les personnes condamnées bénéficiant d’un aménagement de peine),
  • sa durée maximale, renouvellements et prolongements inclus, est de 2 ans.

Dans le cadre d’un CUI-CAE, l’employeur peut être :

  • une collectivité territoriale (par exemple, une mairie) ou une autre personne morale de droit public (par exemple, un établissement scolaire),
  • une association,
  • une entreprise chargée de la gestion d’un service public (par exemple une société de ramassage des ordures ménagères).

Dans le cadre d’un CUI-CIE, l’employeur peut être :

  • une entreprise,
  • un groupement d’employeurs qui organise des parcours d’insertion et de qualification,
  • un employeur de pêche maritime.

La durée du travail est fixée au minimum à 20 heures par semaine sauf exception.

Pour réussir son intégration dans l’emploi, le bénéficiaire d’un CUI conserve le soutien de la personne qui suit son parcours professionnel. Il est aussi assisté d’un salarié tuteur au sein de l’entreprise.

AIDES A L’EMPLOYEUR

L’employeur perçoit une aide financière versée mensuellement par l’Agence de services et de paiement (ASP) d’un montant variable pouvant atteindre :

  • 47 % du Smic brut pour les CUI-CIE (montant moyen : 30,7%, soit 439,08 € pour un temps plein),
  • 95 % du Smic brut pour les CUI-CAE (montant moyen : 70%, soit 1 001,97 € pour un temps plein).

Les embauches réalisées en CUI-CAE donnent droit à l’exonération :

  • Des cotisations à la charge de l’employeur au titre des assurances sociales et des allocations familiales pour la partie du salaire n’excédant pas le SMIC horaire
  • De la taxe sur les salaires
  • De la taxe d’apprentissage
  • Des participations dues par les employeurs au titre de l’effort de construction.

Dernier avantage, pendant la durée de leur contrat, les bénéficiaires d’un CUI  ne sont pas pris en compte dans le calcul des effectifs. Sauf pour les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles.

Ces aides ne sont pas cumulables avec les autres aides à l’emploi.

Sur le même sujet

référent santé et sécurité
Conseils RH
Le référent santé et sécurité au travail de l’entreprise 29 septembre 2022

Une bonne entreprise possède parmi ses atouts une bonne politique de prévention. Pour l’appliquer efficacement, le référent santé et sécurité au travail (ou aussi « préventeur ») assiste l’employeur, notamment pour évaluer les risques professionnels et planifier des actions de prévention. Autour de ce rôle, de nombreuses questions peuvent se poser : Est-il obligatoire d’avoir un tel […]

DUER
Conseils RH
Rédiger le DUER de son entreprise 29 septembre 2022

Un employeur se doit d’évaluer les risques professionnels liés à l’activité de son entreprise auxquels seront exposés les salariés. Une bonne évaluation des risques permet de mettre en place des mesures de prévention et de protection efficaces. Une fois relevés, les risques professionnels doivent être retranscrits dans un Document Unique d’Évaluation des Risques professionnels, ou […]

accidents du travail bénins
Conseils RH
Le registre des accidents du travail bénins 29 septembre 2022

Il peut arriver qu’un salarié soit victime d’un accident du travail. Dans certains cas de figure, l’accident peut être suffisamment léger pour être considéré comme bénin. En établissant un registre des accidents du travail bénins, l’employeur peut éviter une déclaration d’accident du travail. Anciennement, une autorisation de la CARSAT était nécessaire à l’ouverture d’un tel […]

FacebookTwitterLinkedInEmail