Conseils RH

CDI de chantier : comment ça marche ?

4 novembre 2019 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 2 min.
CDI de chantier : comment ça marche ?

Le CDI de chantier, ou CDI d’opération peut permettre à une entreprise intervenant dans le BTP d’engager plus de personnel le temps d’un ouvrage. Véritable outil de flexibilité pour une entreprise, le CDI de chantier doit cependant être établi et clôturé dans des conditions bien précises. Quelles sont-elles ? Réponses dans notre article !

CDI de chantier : principe et définition

Le contrat de chantier, ou contrat d’opération, est considéré comme un contrat à durée indéterminée. Il peut permettre à une entreprise d’engager de nouveaux salariés sur un projet de chantier ou d’ouvrage, dont la date d’aboutissement ne peut pas être connue à l’avance.

Initialement conçu pour le secteur du BTP, les entreprises d’autres secteurs peuvent y avoir recours depuis la réforme du Code du Travail du 22 septembre 2017.

Établir un CDI de chantier

Il est possible pour une entreprise d’avoir recours à un contrat de chantier dans des conditions établies par convention ou accord collectif de branche étendu. Ces-derniers doivent alors indiquer :

  • Les activités concernées ;
  • La taille des entreprises concernées ;
  • Les mesures d’informations, garanties de formation, contreparties de rémunération et indemnités de licenciement des salariés concernés.
  • Les modalités en cas de rupture de contrat si le projet ayant sollicité un CDI de chantier n’aboutit pas ou se termine de manière anticipée.

Sans convention ni accord collectif de branche étendu, il est toujours possible de conclure un contrat de chantier. Cela reste possible uniquement pour les secteurs dont l’activité régulière est similaire à celle du salarié embauché en contrat de chantier. Cette possibilité a pour objectif de permettre aux entrepreneurs du BTP de continuer à conclure des CDI de chantiers.

Fin de CDI de chantier

Bien que le contrat de chantier soit un contrat à durée indéterminée, il prend fin lorsque le projet de chantier ou d’ouvrage mentionné dans celui-ci est réalisé. Ainsi, l’accomplissement des tâches indiquées dans le contrat constitue un motif de licenciement reposant sur une cause réelle et sérieuse.

Par conséquent, la rupture d’un CDI de chantier est soumise à la même procédure que celle applicable lors d’un licenciement pour motif personnel. L’employeur devra alors :

  • Convoquer le salarié à un entretien préalable de licenciement ;
  • Énoncer au salarié, pendant l’entretien et de manière exhaustive, les raisons ayant engendré la procédure de licenciement ;
  • Notifier son licenciement au salarié si la décision est maintenue.

A savoir :
Dans le cas où l’ouvrage ayant demandé l’embauche de salariés en CDI de chantier ne peut aboutir, ou se termine de manière anticipée, le contrat peut être rompu.

Sur le même sujet

Covid entreprise
Conseils RH
Covid 19 : Les protocoles sanitaires en entreprise 22 octobre 2020

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, et une quantité non négligeable de nouveaux « clusters » apparus en milieu professionnel, les protocoles sanitaires en entreprise ont été renforcés. S’ajoutent ainsi aux précédentes mesures de préventions : Le port du masque obligatoire en entreprise ; L’encouragement du recours au télétravail. Revoyons ensemble ces différentes […]

Congé de reclassement
Conseils RH
Le congé de reclassement : tout ce qu’il faut savoir 22 octobre 2020

La mise en oeuvre du congé de reclassement s’articule avec la procédure du licenciement pour motif économique dans les grandes entreprises. Au cours de celle-ci, l’employeur doit respecter certaines démarches particulières du fait de ce congé. Faisons le point sur le fonctionnement, la durée et le financement de ce dispositif. CONGÉ DE RECLASSEMENT : QU’EST-CE […]

Conseils RH
Maladie professionnelle : Prise en compte dès les premiers symptômes 21 octobre 2020

Le 1er juillet 2018, les règles de prise en compte des indemnisations pour maladie professionnelle ont changé. Elles sont plus favorables aux salariés en prenant en compte la constatation des premiers symptômes de la maladie par un médecin. Cette nouvelle règle instaure aussi une limite à la rétroactivité de l’indemnisation. LA MALADIE PROFESSIONNELLE Les conditions […]

FacebookTwitterLinkedInEmail