Conseils RH

Congés exceptionnels pour événements familiaux

8 juillet 2021 par Izabela Sula Gonzalez - Lecture 3 min.
Congés pour évènement familial

Un de vos salariés se marie cette année ? Un décès l’oblige à s’absenter de l’entreprise ? La loi Travail améliore le régime des congés pour événements familiaux pour de nombreux salariés. Quelles sont les raisons familiales pour lesquelles vous devez autoriser l’absence et maintenir le salaire ? Voici les congés pour évènements familiaux à prendre en compte.

CONGÉS POUR ÉVÉNEMENTS FAMILIAUX : LA LISTE

Depuis 1978, le code du travail offre des congés pour événements familiaux aux salariés qui produisent des justificatifs. Les évènements pris en compte sont le mariage, la naissance ou l’adoption, le décès d’un proche. D’autres évènements ouvrent le droit à des congés non-rémunérés par l’employeur mais qui peuvent ouvrir le droit à des prestations familiales.

Il est bon de rappeler que de nombreuses conventions collectives améliorent le régime général en accordant des jours supplémentaires ou en reconnaissant d’autres motifs (déménagement, obtention de diplôme,…). Voici ci-dessous la liste détaillée prévue par le Code du Travail:

Congé payé légal Nombre de jours minima autorisés
mariage (ou remariage) 4 jours
conclusion d’un PACS 4 jours
naissance d’un enfant ou l’adoption d’un enfant 3 jours
décès de conjoint ou partenaire d’un PACS 3 jours
décès d’un enfant 5 jours
mariage de votre enfant (ou remariage) 1 jour
décès du père ou de la mère 3 jours
décès du beau-père ou de la belle-mère 3 jours
décès du frère ou de la soeur 3 jours
annonce de la survenue d’un handicap chez un enfant 2 jours

Les jours d’absence pour événements familiaux sont assimilés à des jours de travail effectif, aucune condition d’ancienneté n’étant requise. Les salariés continuent donc d’être payés.


Évènement Conditions Nombre de jours
Enfant malade enfant de – de 16 ans 3 à 5 jours non payés par an
Présence parentale enfant atteint d’une pathologie grave 310 jours ouvrés non payés sur 3 ans
Proche aidant parent dépendant 3 mois non payés renouvelable dans la limite de 1 an pour toute la carrière

ENFANT MALADE

Si le salarié a un enfant de moins de 16 ans victime d’un accident ou d’une maladie constatés par un certificat médical, il peut bénéficier du congé, sans condition d’ancienneté. La durée du congé non rémunéré est de trois jours par an. Cependant, lorsque l’enfant est âgé de moins d’un an ou si le salarié a la charge de trois enfants (ou plus) âgés de moins de 16 ans, la durée est prolongée jusqu’à  5 jours. Différentes  conventions collectives, peuvent prévoir une durée plus longue ou même une rémunération.

CONGÉS DE PRÉSENCE PARENTALE

Le salarié peut prendre un congé de 310 jours ouvrés en continu ou fractionnés sur 3 ans s’il a à charge un enfant de moins de 20 ans handicapé, atteint d’une pathologie grave ou victime d’un accident dont la présence soutenue ou des soins contraignant sont indispensables. Au de-là, en cas de rechute ou de récidive de la maladie, le parent peut reprendre un congé dans les mêmes conditions. La rémunération est prise en charge par la Caisse d’allocations familiales.

CONGÉS DE PROCHE AIDANT

Si un proche du salarié (ascendant, descendant, frère, sœur, ou personne partageant son domicile) est en phase terminale d’une maladie grave ou incurable, ou dans un état mettant en jeu son pronostic vital, le salarié peut prendre un congé de 3 mois maximum renouvelable une fois. Ce congé peut être fractionné avec l’accord de l’employeur et prendre la forme d’un passage à temps partiel ou d’une suspension du contrat de travail.

Par ailleurs, en février 2018 la loi au bénéfice de proche aidant est enfin parue dans le Journal Officiel. Le dispositif est inspiré du don de jours de repos en faveur des parents avec un enfant très malade. Il élargit le concept et permet le don de jours de repos non pris à un autre salarié ayant à charge des personnes en perte d’autonomie ou présentant un handicap.

Dernière mise à jour : le 08 juillet 2021

Tags:

Sur le même sujet

référent santé et sécurité
Conseils RH
Le référent santé et sécurité au travail de l’entreprise 23 juillet 2021

Une bonne entreprise possède parmi ses atouts une bonne politique de prévention. Pour l’appliquer efficacement, le référent santé et sécurité au travail (ou aussi « préventeur ») assiste l’employeur, notamment pour évaluer les risques professionnels et planifier des actions de prévention. Autour de ce rôle, de nombreuses questions peuvent se poser : Est-il obligatoire d’avoir un tel […]

Prise d'acte : l'essentiel à savoir
Conseils RH
Prise d’acte : l’essentiel à savoir 21 juillet 2021

Il est possible qu’un salarié, de sa propre initiative, décide de faire prise d’acte de son contrat de travail. Par cette action, il veut procéder à la rupture de son contrat de travail en imputant la responsabilité à son employeur. La prise d’acte ne peut pas se faire à la légère, car elle repose sur […]

Accident de travail : procédure et maintien de salaire
Conseils RH
Accident de travail : procédure et maintien de salaire 20 juillet 2021

En cas d’arrêt suite à un accident de travail, le salarié bénéficie d’indemnités journalières de la part de la Sécurité sociale. Celles-ci visent à compenser partiellement la perte de salaire consécutive à l’arrêt de travail. En plus des IJSS, sous certaines conditions, l’employé peut toucher des indemnités complémentaires de la part de l’employeur. Quelle procédure en cas […]

FacebookTwitterLinkedInEmail